INTERVIEW Elvis Black Stars

À l’occasion du Rocktobre 2013, Scènes Belges a eu l’occasion de rencontrer Elvis Black Stars, le rock-band andennois, dont la notoriété est en pleine croissance. Au terme d’une tournée bien remplie, le groupe vous balancera encore sa pop-rock aux relents de sueur et de bière le 6 décembre au Coliseum de Charleroi. Mais avant d’être un groupe de musique professionnel, Elvis Black Stars est avant tout un groupe de bons potes, à l’amitié franche et savoureuse. Augustin Dujeux (voix/guitare) et Damien Sorée (batterie) nous parlent de ce qui fait l’essence de leur projet.

Sc√®nes Belges¬†: Mettons les pieds dans le plat directement : on aime vous qualifier de¬†boys-band rock’n’roll… Que pensez-vous de cette √©tiquette?

Augustin¬†: C‚Äôest sans doute parce qu’on a beaucoup tourn√© avec les BB Brunes, et du coup, on pourrait croire qu‚Äôon fait de la musique pour minettes… mais je ne le prends pas mal du tout ! Nous, on fait de la musique et on aime ce qu’on fait, donc voil√† !

Damien¬†: C’est peut-√™tre aussi parce qu’on a de chouettes coupes de cheveux ! (rire)

Scènes Belges : Et donc, votre musique, vous la qualifiez comment?

Damien¬†: Au niveau de la composition et des morceaux en tant que tels, c’est pop-rock. Mais les concerts sont tr√®s √©nergiques, il y a un c√īt√© plus rock’n’roll dans la dynamique sur sc√®ne.

Scènes Belges : En terme de composition, comment ça se passe?

Augustin¬†: Disons qu‚Äôau d√©but, sur le premier album, on s’est un peu cherch√©, alors que maintenant, on arrive √† quelque chose de plus concret. J’arrive avec la base des compositions et apr√®s, on travaille tous ensemble. On reste un groupe, donc on compose et on arrange les choses de mani√®re √† ce que sur sc√®ne, on se retrouve vraiment tous les quatre. Il n‚Äôy a pas UNE personne qui compose pour le groupe…

Damien¬†: C’est vrai que sur le premier album ‚Äď m√™me si on est pas vieux ‚Äď on √©tait encore fort jeune. Et quand tu composes au d√©but, c’est en g√©n√©ral tous ensemble dans le local. Mais pour le second album, on est parti deux semaines en Provence pour travailler sur les maquettes. Et l√†, Augustin avait d√©j√† enregistr√© pas mal de morceaux de titres. Donc il arrive souvent avec un couplet ou un refrain, et √† partir de ce qu’il propose, on √©crit ensemble. Mais le truc de base vient d’Augu !

Sc√®nes Belges¬†: Quelles sont vos sources d’inspiration, vos influences?

Augustin¬†: C’est assez large en fait ! On parle souvent d‚ÄôOasis, parce que c’est quelque chose qu’on a beaucoup √©cout√©. Maintenant, on est ouvert √† plein de choses. J’adore le post-rock, j’aime aussi l’√©lectro. Je pense que pour faire de la musique, il faut √©couter plein de choses.

Damien¬†: Apr√®s, il n’y a pas un morceau ska, puis un morceau punk, puis un morceau hard-core… Non, √ßa reste homog√®ne. Mais c’est vrai que les gens disent souvent que dans le phras√© et l’intonation d’Augustin, √ßa ressemble √† Oasis… Nous, on prend √ßa bien !

Scènes Belges : Et au niveau des textes?

Augustin¬†: On ne revendique rien du tout. On est l√† pour expliquer la vie de tous les jours et parler de ce qu’on a v√©cu, parce qu’on a bien v√©cu.

Damien¬†: C’est plus des anecdotes, en fait, il n’y a pas d’engagement… Je ne vais pas dire que c’est presqu’un pr√©texte pour faire de la musique mais ce n‚Äôest pas comme dans la chanson fran√ßaise, o√Ļ souvent √ßa part d’un texte et apr√®s, ils composent un morceau de musique autour. Nous, c’est plus √† l’anglaise : il y a un riff de guitare, le morceau se construit, et avec l’atmosph√®re qui s‚Äôen d√©gage, Augustin voit de quoi il veut parler.

Scènes Belges : Est-ce que vous avez un public-cible? À qui adressez-vous votre musique?

Augustin¬†: On fait de la musique pour tout le monde ! Mais dans nos concerts, c’est assez large, en fait… Ca va de 14 ans √† 50 et plus. Par contre, ce qui est bien, c’est qu’on a fait une tourn√©e avec les BB Brunes en France. Et que, par rapport √† toutes les minettes de 12 √† 14 ans maximum qui √©taient l√†, il y a plein de parents qui sont venus nous trouver en disant ¬ę¬†haaa, enfin du vrai rock !¬Ľ. Attention, je ne critique pas les BB Brunes, on s’entend super bien et on a eu de tr√®s bons moments ensemble. Mais c’est gratifiant de se dire qu’on peut encore accrocher des gens un peu plus √Ęg√©s.

Sc√®nes Belges¬†: Un quatri√®me membre, Arnaud Perrier, vous a rejoint √† la guitare en f√©vrier. C’est dans un but purement sc√©nique ou c‚Äôest pour les besoins du prochain album?

Augustin¬†: Ce n’est pas qu’on voulait aller plus loin, mais dans les compos qui arrivaient, j’avais besoin d’un support guitare. Je sentais d√©j√† dans le premier album que j’en avais besoin, mais maintenant, c’√©tait indispensable.

Damien¬†: M√™me si c’√©tait d√©j√† vraiment bien √† trois, et que c’√©tait tr√®s √©nergique, il y a un moment o√Ļ tu as envie que √ßa soit un peu plus habill√©. Et √ßa marche super bien ! C’est aussi un pote √† nous, qui ne fait que √ßa, et qui avait du temps √† consacrer au projet.

Sc√®nes Belges¬†: Vous avez eu un √©t√© assez charg√© en belles dates (les Ardentes, les F√™tes de Wallonie, etc). Si vous ne deviez retenir qu’une date, qui vous a vraiment marqu√©e, ce serait laquelle?

Damien¬†: Ben… Sans vouloir faire la rock-star, √ßa a √©t√© assez charg√©, donc on enchainait, on enchainait, on enchainait… Par exemple, le jour des Ardentes, on avait une deuxi√®me date au Luxembourg le soir-m√™me, donc…

Augustin¬†: Mais je me souviens quand m√™me d‚Äôune date o√Ļ il faisait vraiment d√©gueu, o√Ļ il y avait pas grand monde, mais o√Ļ on a vraiment ressenti qu’on passait un √©chelon, qu’on montait d‚Äôune marche. On s‚Äôest tous dit sur sc√®ne : ¬ę¬†ouais, l√†, putain, √ßa commence √† le faire !¬†¬Ľ. Et c’est en partie suite √† l‚Äôarriv√©e du deuxi√®me guitariste. Parce qu‚Äôil a fallu le temps qu’il se mette en place aussi.

Damien¬†: Il faut imaginer que le mec, il arrive dans une structure qui tourne, avec une grosse √©quipe. On est quatre sur sc√®ne mais on est onze en tout ! Et apr√®s ce concert-l√†, on a eu le d√©clic ! Boum, tout le monde se sentait vraiment bien √† sa place. On s’est dit : ¬ę¬†Ok ! L√†, c’est bon !¬†¬Ľ

Scènes Belges : Vous avez un petit rituel avant de monter sur scène?

Augustin¬†: Ouais, toujours ! C’est d’office notre bouteille de Whisky, puis on s’embrasse tout le temps ! On est m√©ga soud√©. (rire) Mais on ne fait pas de feu de camp, et tout √ßa!

Damien¬†: Oui, on ne joue pas de la guitare autour du brasero. (rire) Mais on en parlait encore quand on √©tait en France : m√™me si on a du m√©rite parce qu’on travaille beaucoup, on a quand m√™me de la chance de vivre tout √ßa, et de le vivre entre amis. Chacun reste tr√®s proche…

Scènes Belges : Pour terminer, que pensez-vous de la scène belge actuelle?

Augustin¬†: Si je dois choisir, pour moi, c’est la sc√®ne flamande, parce que tout ce qui en ressort est quand m√™me bien per√ßant. Je ne dis pas que la sc√®ne wallonne est pourrie, mais ce n’est pas mon style. Mais c’est dommage parce que je trouve qu‚Äôau niveau du rock’n’roll, au niveau de la vrai vie sur sc√®ne, je ne retrouve plus vraiment de groupes wallons qui vit des m√™mes choses que les groupes flamands ou internationaux.

Damien¬†: Il n’y a plus assez de groupes qui fonctionnent √† la transpiration. Par contre, il y a plein de groupes qui sont soud√©s entre eux, des collectifs et tout √ßa. Nous, on a jamais √©t√© trop l√†-dedans, on fait notre truc √† nous, m√™me si on s’entend bien avec d’autres groupes, hein !

Augustin¬†: Mais chacun son truc, bien s√Ľr !

www.elvisblackstars.com

En concert le 6 décembre au Coliseum à Charleroi

√Čcrit par Jonathan Piroux

Jonathan Piroux

Reporter