Soldout : rencontre en 16 :9

A l’occasion de leur passage par l’Inc’Rock, le duo belge s’est posé le temps d’une discussion qui portait principalement sur leur nouveau disque, la VO du premier long métrage de Delphine Lehericey « Puppy Love ». A les écouter, on perçoit à quel point ce projet les a emballés et a été pour eux une étape importante après près de 10 années de carrière.

C’est à la demande de la réalisatrice, qui connaissait leur travail, que Charlotte et David se sont mis à imaginer l’habillage musical de cette histoire de passage, de lien et de relation en évolution.

Charlotte et David soulignent à quel point il était enrichissant d’écrire de la musique qui ne soit pas que de l’électro et ce même si ils étaient un peu sceptiques à la base. Notamment lorsque la réalisatrice leur a demandé de reprendre « It’s a sin » des Pet Shop Boys, titre très éloigné à première vue de leur univers. Pourtant la sauce a pris quasi immédiatement, dès que la ligne de basse a été réarrangée, Charlotte s’est posée fidèlement à l’original pour au final une version extrêmement personnelle et originale.14_Sold Out_ITW_NJ-01

Ce qui était neuf dans la manière de fonctionner, précise David, c’est de devoir travailler « à la commande », Delphine savait exactement où elle souhaitait aller. Le scénario était construit et c’est sur cette base que le groupe a dû travailler alors qu’habituellement leurs compositions sont créées individuellement et puis rassemblées sans réel fil conducteur.

Charlotte admet que cette manière de fonctionner était contraignante mais qu’elle influencera sans doute les prochaines créations à venir.

Quand arrive la question de leur réaction au visionnage du film, la réponse est unanime. Étant donné que le travail avait été mené en étroite collaboration avec l’équipe, le groupe avait suivi l’ensemble des étapes de la création et n’a pas eu de grosse surprise lors de la projection finale. Par contre, ils ont été impressionnés lors des avant-premières. Voir les réactions du public, différentes de ville en ville, entendre les rires ou les silences, le tout sur fond de leur création, avait une dimension inexplicable.

Le film a déjà été présenté en Belgique (Anvers ou Festival du film international de Namur), en Suisse (Puppylove est une co-production belgo-suisse) mais également au Mexique. Le groupe admettant volontiers ambitionner une ouverture internationale, non pas commercialement parlant mais plutôt pour démarrer une nouvelle aventure, reprendre des risques, voyager.

Les Soldout vivent ce projet « Puppylove » comme une étape particulière. Un temps de respiration dans la vie du groupe qui se produira en fin de soirée de ce premier jour.

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter