Hippocampe Fou, la langue française élevée au rang d’art technique

08_Hippocampe fou_CS_05Le concert d’Hippocampe Fou fait très indéniablement partie de nos premiers coups de cœur de cette troisième et dernière journée de l’Inc’Rock Festival. Le p’tit gars issu de l’illustre « Secte Phonetik », vice champion du monde de DMC à trois reprises, a servi au public incourtois un grand moment de rap, alliant un débit de paroles et un flow impeccable à une maîtrise parfaite du scratch. Le MC aligne les mots et les jeux de mots à une vitesse impressionnante, tout en gardant l’intelligibilité de chaque syllabe alors que la cadence atteint parfois une allure folle. Alternant entre ragga extrêmement fluide et slam posé, le bonhomme fait preuve d’une véritable prouesse technique qui nous a scotchée.

Il faut tout de même souligner que le gaillard est bien entouré, puisque qu’il ne se déplace jamais sans Céo comme acolyte et Deska aux platines. Deska dont on regrettera qu’il n’ait pu nous faire une démonstration de sa technique si particulière. « Rhoooo, c’est vraiment dommage qu’on ai oublié de faire la demande à l’organisation de l’Inc’Rock pour ta démonstration de scratch avec ta bite… », dixit Hippocampe Fou.

On retiendra du concert une impro parfaitement maîtrisée au cours de laquelle hippocampe a teasé le line-up de cet après-midi! Juste de quoi nous mettre l’eau à la bouche pour la suite de cette journée dédiée à la musique urbaine.

Écrit par Jonathan Piroux

Jonathan Piroux

Reporter