Ronquières Festival – Yodélice: coup de coeur du samedi…

D’abord: décrire l’homme ! Sanglé dans un costume trois pièces noir, surmonté d’un grand chapeau plat beige, la barbe soignée, on a l’impression de voir surgir sur scène Don Diego de La Vega, en costume de ville, ayant remisé le masque de Zorro au placard comme pour enfin affronter la foule sous son vrai visage…

Ensuite: le son ! Parce que Yodélice, c’est le reflet évident d’un long travail sur le son. Comme tout guitariste, il a étudié son set, il a choisi le meilleur, et chaque choix reflète la personnalité de l’artiste. Pour qui sait le lire, ses instruments exposeront son âme et sa personnalité, plus sûrement qu’en quinze heures d’interview ! Ami lecteur: préoccupe-toi du son de ton guitariste préféré, parce qu’il a passé la moitié de sa vie à le chercher, à le peaufiner, ce son !

Ca n’a l’air de rien, mais un rapide coup d’oeil sur une scène vous indiquera toujours à quel type de musicien vous allez avoir affaire. Désolé pour l’aspect “liste”, toujours arride, mais les guitaristes parmi vous me comprendront mieux ainsi qu’au moyen d’un long discours: Fender Champ “tweed narrow panel”, vieux Fender Bassman vintage au tolex blond et grille “oxblood” (trois !), Fender Jazzmaster vintage, Gibson LP “goldtop” P90, Gibson LP Custom “Black Beauty” vintage… (et une basse Gibson Thunderbird “non-reverse”, tant que j’y suis). Vous avez compris ? C’est bien dans les vieux chaudrons qu’on fait les meilleures soupes !

Alors ça crunche, ça bave, ça vrombit, ça “growle”, ça distortionne avec ce son chaud, chargés en médiums, inimitable, jouissif, des vieux amplis à lampes (oui, les trucs en verre qu’il y avait dans la télé de votre vieille arrière-grand-tante)… Et c’est un bonheur pour nos oreilles, comme c’est un puissant “booster” pour ce guitariste qui joue sur le son, qui rajoute sobrement quelques effets choisis (tremolo, wah, phaser – flanger, “spring” reverb), qui prend plaisir à pousser les instruments au-delà de leurs limites…

Enfin: il y a le show ! Yeux fermés, grimaces, le chanteur officie d’emblée en communion avec un public réceptif. Le répertoire, fortement orienté blues-rock, parvient à faire bouger les plus jeunes, avec “Sunday with a flu”. Maxime Nucci fait monter deux spectateurs, déguisés en spidermen fluos, vert et orange, pour animer la scène. De “sugar ray bang” en “sugar ray bang” doubles puis triples, Yodélice communie avec son public. Un dernier et long blues se termine en débauche disco, avec la plaine de Ronquières qui vibre à l’unisson. Je le reverrai avec plaisir !

Écrit par Eric Beaujean