Patrick Bruel: L’homme heureux et curieux.

Il est des artistes qu’on ne présente plus tant le simple fait d’évoquer leur nom provoque nombre de réactions. Patrick Bruel est de ceux-là, adoré ou détesté, il est sans conteste un de ceux qui compte aujourd’hui dans le paysage musical français et ça depuis maintenant plus de 30 ans.

Après un album triomphal et une tournée marathon à guichets fermés, Patrick Bruel s’arrêtera deux soirs à Lille devenant ainsi le premier chanteur à remplir le stade Pierre Mauroy. L’occasion pour scènes belges de discuter avec lui , deux questions et des réponses ultra détaillées qui abordent son actualité, ses engagements et ses envies à quelques jours de ce qu’il qualifie lui-même des deux dernières dates belges de sa tournée (5 et 6 septembre).

30 ans de carrière, des films et des chansons qui rencontrent une vraie adhésion du public. Bien sûr il y a eu des hauts et des bas. Comment garde-t-on l’envie de monter sur scène ou sur un plateau de cinéma ?

Patrick Bruel : Je préfère mettre les bons moments en avant et garder les moments difficiles pour nourrir mes chansons, pour avancer en m’appuyant aussi sur ce qui a moins bien fonctionné. Rebondir.
Je n’ai aucune difficulté à m’engager dans un projet car chaque soir j’ai envie d’y aller, de monter sur scène que ce soit pour chanter ou au théâtre, pareil pour un plateau de cinéma. Peut-être parce que j’ai le sentiment de ne jamais vivre les choses de la même manière, de rendre chaque moment unique. J’ai appris en tant qu’acteur à réinventer. Chaque soir, je réorganise, je change l’ordre des chansons, j’essaie de faire fuir l’ennui. L’accueil du public est tel que j’ose toutes les audaces. Je ne veux pas de lassitude, si c’était le cas, je raccrocherais. Je pense que je suis honnête intellectuellement et que mon public ne mériterait pas que je me répète. Il y a tant d’activités que je voudrais faire mais je n’ai qu’une vie, je suis un homme heureux, un artiste heureux. Là on réfléchit à un album en anglais, il y a encore trop peu de détails pour en parler vraiment mais j’ai envie de tenter ça. Je suis impatient et curieux. C’est une chance aussi je pense.

Au quotidien, j’adore tout ce que je fais. Bien sûr, m’occuper de mes enfants reste au top des choses que j’aime. Après ma relation avec mes fils, partager avec un public, échanger, vivre cette émotion c’est ce qui me fait le plus d’effet. Je me donne à 100% dans chaque activité. Bien entendu, j’ai eu de la chance d’avoir des chansons et de films qui marchent, je ne me sens pas cantonné dans un rôle. Par exemple, je réalise mes clips, je pense à la réalisation de films bien entendu, on m’y fait penser, on me laisse entendre que ça pourrait me convenir. Mais là je n’en ressens pas encore l’urgence. Un film c’est long, ça prend une énergie folle. Si l’envie n’est pas omniprésente, ça ne peut pas fonctionner, on s’y perd.

Le tout prochain projet, c’est le DVD de cette belle tournée que nous capterons à Lille, je sais qu’il y aura des Belges. Je m’en réjouis car j’ai une tendresse toute particulière pour votre pays. Et puis cette tournée a été très riche, entre concerts et festivals. Des moments où on pouvait s’abandonner au public, prolonger la fête. Des surprises. Mon public me gâte, me porte. Je repense à la surprise organisée à Forest national où 9000 roses blanches se sont dressées sur une de mes chansons. En échange, j’essaie de ne pas décevoir, les fans mais aussi les nouveaux. Je pense que nous vivons quelque chose de magique, que c’est précieux. J’en suis conscient. J’essaie de préserver cette chance.

SB : Sur ce disque et ce spectacle, « Maux d’enfants » est un morceau atypique. La manière dont vous le défendez sur scène, avec une chorégraphie hip-hop et une mise en scène très audacieuse. Comment vous êtes-vous investi dans cette chanson?

La première chose essentielle c’est le sujet de la chanson qui appelait de la dimension.
Quand je l’ai écrite, c’était très sobre, guitare voix. J’ai essayé divers habillages, du plus pop au plus rock et puis je me suis dit qu’un sujet urbain comme celui-là pouvait coller avec une boucle hip-hop. J’ai cherché et j’ai trouvé la Fouine. Il a été très efficace sur ce titre.
Sur scène, quand il pouvait être présent c’était très intéressant mais quand il ne pouvait pas être là, je trouvais cela dommage de contourner son absence par de la vidéo ou un autre moyen technique. J’ai alors décidé d’assumer.

La chorégraphie, audacieuse en effet, s’est vite révélée essentielle. Après les premiers concerts, on sentait qu’il nous manquait quelque chose. Assez naturellement on a choisi d’intégrer au spectacle des troupes locales, amateurs ou pro. On leur donnait des bases pour que je puisse m’insérer dans leur mouvements, dans leur proposition et on les laissait raconter leur ressenti au travers d’une partie plus libre.

Sur ce titre, lors des concerts, on a également choisi d’utiliser la vidéo au travers d’un film. Avec une réalisatrice assez géniale, Amandine Stelletta, on a réalisé quatre court-métrages. On diffuse la fin de celui dans lequel je joue et qui renvoie vers le site de chat Net Ecoute opéré par l’Association e-Enfance qui permet aux parents et aux enfants en difficulté de se faire aider en tout anonymat.

Je suis content du résultat et de l’écho de ce titre.

Patrick Bruel est un homme gâté, content de sa vie, conscient de sa chance, engagé, militant, investi et honnête. Son concert du 5 septembre à Lille affiche complet mais il reste quelques places pour le 6 à l’heure où nous publions ces lignes. L’occasion de voir ou de revoir l’artiste pour une des dernières dates de cette belle tournée.

Plus d’information sur e-Enfance et l’engagement de l’artiste : http://www.e-enfance.org/actualite/patrick-bruel-soutient-eenfance-via-son-nouveau-clip-_272.html

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter