Toots Jazz Festival

¬†Toots Jazz Festival 2014 ‚Äď Entre une partie de cache-cache avec Thomas Dutronc et la virtuosit√© teint√©e d’√©motion de Philip Catherine et Steve Houben.

Ce week-end d√©marrait le tout jeune Toots Jazz Festival de La Hulpe, avec une programmation aux styles diversifi√©s laissant la part belle aux musiciens belges, en l’honneur de Toots Thielemans, prestigieux citoyen de la commune.

dutroncPour cl√īturer la journ√©e du vendredi, Thomas Dutronc, en pleine session d’enregistrement, est venu tester devant un public nombreux ses nouveaux morceaux, dans le style¬† “jazz manouche” qui le d√©finit. En pleine forme, le fran√ßais nous a servi un show impeccable, nous entrainant au fil de joyeuses anecdotes dans le monde festif qui est le sien.

Gouailleur, il nous r√©serve aussi quelques surprises, comme cette bande son de musique chinoise en plein milieu du show, avec distribution de kroepooks “parce qu’il faut bien tenter de percer le march√© chinois”, ou des textes inachev√©s ou imparfaits, expliqu√©s avec sourire, “parce que nous sommes encore en train de les enregistrer, et que c’est difficile de trouver de bonnes rimes en ‚Äď√®de‚Ķ On a bien essay√© “logop√®de”, mais bon‚Ķ”.

Avec des inflexions de voix qui ne sont pas sans rappeler le phras√© de l’illustre paternel, Thomas nous emm√®ne avec lui dans son univers joyeux, d√©sordonn√©, largement teint√© d’humour tendre, laissant la part belle aux improvisations de ses musiciens, magnifiques virtuoses de la musique du grand Django‚Ķ

Dommage cependant‚Ķ que je ne l’ai pas vu, si ce n’est ses cheveux‚Ķ Une sc√®ne trop basse, adapt√©e aux si√®ges de la premi√®re moiti√© de la salle, un jeu assis‚Ķ Et il est impossible de voir quoi que ce soit quand, comme moi, on se retrouve coinc√© √† l’arri√®re. D√®s lors, j’ai surtout subi les discussions et les cris d√©plac√©s de mes voisins, couvrant les moments plus calmes sans le moindre respect de ceux qui, √† d√©faut de voir, essayaient quand m√™me de se concentrer pour √©couter. Messieurs les Organisateurs, pour l’an prochain, pensez √† investir dans une sc√®ne plus haute‚Ķ

C’est donc avec satisfaction que je d√©couvrirai ce samedi que l’enti√®ret√© du chapiteau a √©t√© am√©nag√©e avec des si√®ges, permettant enfin une vision correcte sur des musiciens jouant principalement assis !

philipApr√®s le set du trio de Charles Loos, impressionnant au piano et rejoint par la chanteuse¬†Marie-Laure B√©raud, Philip Catherine nous emm√®ne √† son tour dans un univers tendre et hautement musical, servi par des musiciens dont la haute qualit√© technique est tout simplement impressionnante ! Moment divin, suspendu dans le temps, avec des morceaux de bonne longueur ponctu√©s d’impressionnants solos a√©riens, tour √† tour calmes ou nerveux, toujours charg√©s d’√©motion. Guitariste blues-rock peu au fait du monde du jazz, j’ai pleinement pu mesurer et comprendre cette diff√©rence sur des morceaux dont la structure est clairement issue du blues, mais dont le phras√© s’√©loignera des r√©f√©rents classiques pour s’orienter vers une modulation aux accents jazzy. A √©pingler, le tr√®s beau “Seven Theas”, inspir√©s par une anecdote personnelle du guitariste. Clou du spectacle: Philip Catherine invite Toots √† le rejoindre sur sc√®ne pour quelques morceaux, sous les applaudissements √©mus d’un public conquis. Monsieur le Baron Thielemans s’ex√©cutera de bonne gr√Ęce, lachant au passage quelques traits d’humour, prouvant √† nonante-deux ans que si les jambes n’y sont manifestement plus, la t√™te de l’harmoniciste, elle, a conserv√© toute son acuit√© !

La formation The Real Sax Section de Steve Houben termine enfin cette soirée, devant un public recueilli, calme, attentif, finement connaisseur.

Une très belle entrée en matière, donc, pour un jeune festival prometteur, à la programmation intelligente et  auquel le succès semble sourire !

Retrouvez les photos dans notre galerie.

Photos : Rapha√ęl Meert

√Čcrit par Eric Beaujean