Alaska Alaska, inspiré et imparable, en concert ce samedi

Alaska  Alaska! Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais il y a de fortes chances pour qu’il en aille prochainement tout autrement. D’ailleurs, pourquoi pas samedi aux Wallo, entre deux pèkèts? Le jeune groupe namurois sera en effet, sur la Place d’Armes de Namur, sur le coup de 21h.

10580153_678686175533969_5248224682859774005_n

Et ça tombe plutôt bien, puisque leur tout premier EP (le premier d’une longue série? C’est en tout cas tout le mal qu’on leur souhaite) vient de sortir: Nightingale’s Creed. Et il faut croire que ces gentils rockeurs ont bien fait de mettre autant de temps (4 ans depuis leurs débuts hasardeux sous le nom de Public Phones) avant de faire leurs premiers pas dans l’industrie du disque. Eux qui hantent les scènes depuis déjà quelques années (on les avait notamment remarqués à l’Inc’Rock, au Botanique, ou l’année passée au Verdur’, propice à lancer les jeunes talents d’une sélection triée sur le volet) et sont les auteurs d’une progression assez remarquable, de concerts en concerts. Les chansons qu’ils chantaient il y a un an, se trouvent transformées, embellies de puissance et d’âme.

Alaska Alaska doit son nom à un hommage au film Into the wild de Sean Penn et à son héros rêvant, au désespoir, d’atteindre l’Alaska. Et le sextuor semble avoir été bien inspiré par cette quête. Et inspiré, c’est le mot qui caractérise le mieux cet EP-5 titres enlevé et soigné, emmené par la voix parfaite de Martin Leroy. Entêtant et atmosphérique aussi, tant chacune des chansons se crée un monde, explose les frontières pour un voyage singulier dans l’univers ce groupe aux influences rappelant ce que la scène belge a fourni de mieux ces dernières années: de Balthazar à Girls in Hawai, en passant par BRNS (dont le retour sera bientôt à découvrir ici-même). Tout en gardant une cohérence et une maturité à faire pâlir les novices. Il y a un peu de la froideur d’un western implacable, d’un voyage dans le monde fantastique des après-minuits où tout est possible et un certain souffle épique. De ceux qui ne laisse pas indemne, aux travers de ses sons imparables et transperçant d’émotions (Waltz et Nightingale’s creed, exemples de ce que le groupe fait de mieux. Vices beau à en pleurer).

Parfois face à un EP, on est obligé de poser un regard bienveillant, passant au silence les nombreux défauts. Ici, savoir-faire et vision précise de sa musique font d’Alaska Alaska, l’auteur d’une première empreinte musicale brillante aux mélodies à se damner! C’est un fait, enveloppé d’une part de mystère, le groupe a les qualités indéniables requises pour aller loin, jusqu’aux confins du rêve alaskain.

En tout cas, à ne pas rater, samedi à 21h sur la Places d’Armes! Les absents auront tort!

Alaska Alaska, Ep Nightingale’s Creed, disponible sur Bandcamp

Sites: http://www.alaskaalaska.be/ et https://soundcloud.com/alaska-alaska-official/

Écrit par Alexis Seny

Alexis Seny