Jane Doe and the Black Bourgeoises – “Popaganda”

Si l’expression “Jane Doe” est employĂ©e dans les pays anglo-saxons pour dĂ©signer une personne non-identifiĂ©e, c’est un peu l’effet que me produit d’abord cet album, avec le peu d’informations dont je dispose. Disons simplement que ces Black Bourgeoises sĂ©vissent dans la RĂ©gion du Centre, et partagent le batteur de Von Durden. Ceci explique d’ailleurs une rĂ©elle parentĂ© sonore, comme dans le type de compositions que je vous invite Ă  dĂ©couvrir dans cet album.

Jane doe (2)Jane Doe nous offre une pop-rock intelligente, tonique et vivifiante, aux sonoritĂ©s fuzzy “brutes de dĂ©coffrage”, nappĂ©es d’une touche Ă©lectro qui nous fait osciller entre un rock puissant et charpentĂ©, Ă  l’amĂ©ricaine, et une electro-pop Ă©nergique qui rappelle les accents d’un Garbage. Les structures des morceaux sont complexes et variĂ©es mais les sons hyper-saturĂ©s laissent nĂ©anmoins la part belle aux mĂ©lodies. C’est important…

Cependant, il y a aussi autre chose, avec des intros souvent bien typĂ©es, puis de suite dĂ©menties par une explosion bouillonnante et 100% rock’n’roll… Ainsi, si “Mercedes Benzz” dĂ©bute comme un bon blues graveleux (au sens propre), la suite du morceaux s’inscrit rĂ©solument dans une modernitĂ© rock. De mĂŞme, l’intro de “Dead Flesh” Ă©voque un morceau Ă  la An PierlĂ©, avant de se dissoudre dans un hard-rock puissant et couillu… VoilĂ  des filles (au chant) qui en ont !

Signalons aussi “Runaway”, excellente pop-rock puissante Ă  l’amĂ©ricaine, “Talking Machine” aux accents punkoĂŻdes new-yorkais, Ă©voquant les Ramones ou une Blondie passablement Ă©nervĂ©e, “Pluggin’USA” ou enfin ” It’s all about risky (when the wolf is coming down)” Ă  l’electro “Garbage” (j’y reviens…) jusqu’aux inflexions de voix “façon  Shirley Manson”…

Au final: un album rĂ©jouissant, qui augure d’une Ă©nergie scĂ©nique Ă  tout casser. C’est mĂ©chant, dynamique et rugueux. Ces gens savent mettre le feu, avec des versions rock très actuelles ! Une musique tonifiante, qui rĂ©veille de grand matin et vous met en forme pour avaler des kilomètres d’autoroute, Ă  fond la caisse, l’album de Jane Doe en boucle et le volume bloquĂ© sur “10”…

Écrit par Eric Beaujean