« Hey Tim ! Great show tonigth ! »

Une bombe nuclĂ©aire ! Un concert d’exception, un groupe qui atteint (presque) son paroxysme musical, en phase du dĂ©but jusqu’Ă  la fin. C’est le meilleur rĂ©sumĂ© du concert de The Brew, le 21 octobre, au Spirit of 66 (Verviers, si besoin est de le prĂ©cisĂ© tellement l’endroit est mythique).

The brew (ou tous simplement « les Brew » ) et nous, c’est une histoire particulière. PrĂ©sents Ă  de très nombreux concerts en Belgique depuis de nombreuses annĂ©es, nous avons pu apprĂ©cier l’Ă©volution du groupe. Après 2 e.p. (the brew et fate and time), qui permettent au groupe de se faire connaĂ®tre, l’enregistrement du premier album studio se fait en Belgique (LongzĂ©e), en 2007. L’album « Jocker » renforce la position du groupe sur la scène europĂ©enne. Les albums s’enchaĂ®nent (A million death stars – Third flor – Live in Europe) pour terminer sur Control, qui sort en fĂ©vrier 2014.

The Brew (1)Pour le groupe, le Spririt of 66 est aussi liĂ© Ă  une histoire particulière. Comme Jason (voix et guitare) nous le dit en interview, c’est lĂ  qu’ils ont fait leur premier concert de leur première tournĂ©e en Europe. C’est aussi lĂ  qu’ils ont Ă©crit la chanson « Every gig have a neighbourg » (A million death star – 2010). Ces 2 Ă©lĂ©ments combinĂ©s font que chaque concert Ă  Verviers est un souvenir Ă  entretenir.

En tournĂ©e dans toute l’Europe pour promouvoir l’album Control, les Brew sont pour la deuxième fois en Belgique depuis le dĂ©but de l’annĂ©e. Si nous n’avons pas pu assister au premier, nous sommes venus en force pour le deuxième. Après une bonne surprise en première partie (Albany Down), le groupe arrive. A l’aise sur scène comme s’ils ne connaissaient que ça, le rythme s’enchaĂ®ne.

Quasi tous les morceaux du nouvel album y passent, pendant quasiment une heure. Les morceaux sont très longs, car les solos de Jason sont très nombreux. Ils sautent dans tous les sens avec Ă©nergie et dynamisme. Une PARFAITE synchronisation entre les membres permet des effets surprenants. Le groupe s’arrĂŞte, reprend ensemble, rĂ©glĂ© comme du papier Ă  musique. Une très bonne maĂ®trise des instruments et de l’amplification sont une caractĂ©ristique des Brew, de nombreux effets viennent complĂ©ter un niveau de jeux très bon.

The Brew (2)C’est alors que vient le solo de batterie. Kurtis Smith, batteur du groupe Ă  acquis sa renommĂ©e par une puissance de frappe et une rĂ©gularitĂ© sans dĂ©faut. Le solo de batterie est un des moments phares de la soirĂ©e. A ce niveau-lĂ , le public en a pour son argent. Un solo très long, plus long que les autres concerts en tous cas. Après une partie « vitesse » Ă  la baguette, Kurtis attaque la partie « hardcore » et entame son solo avec les mains. Si la douleur se lit sur son visage, il poursuit jusqu’au bout. Il reprend ensuite les baguettes et enchaĂ®ne sur une partie « technique », avec des gestes très prĂ©cis et des jeux sur le rythme. Presque 10 minutes s’Ă©coulent et Tim (basse et chĹ“ur) et Jason reviennent.

Après les morceaux qui ont fait leur succès (notamment KAM, Ă  visionner sur YouTube !), le groupe se lance dans une interprĂ©tation de grands morceaux de l’histoire du rock où Led Zepplin occupe une grande partie du rĂ©pertoire. La reproduction est presque identique, mais Jason n’a pas encore la dextĂ©ritĂ© de Jimmy Page.

Au bout d’une heure trente de concert, le groupe quitte la scène. Le public refuse, et les Brew reviennent pour une partie apparemment largement improvisĂ©e. Les spectateurs sont invitĂ©s Ă  chanter et Ă  participer au concert. Le moment le plus mĂ©morable reste la descente de Jason dans le public pour faire participer tout le monde au solo de guitare. Il a laissĂ© le public toucher les cordes, ce qui ne donnait pas si mal. Le groupe jouera pendant encore une petite heure avant les adieux dĂ©finitifs.

En synthèse du concert, la technique est parfaitement maĂ®trisĂ©e. Les albums studio ne sont aucunement comparables Ă  l’Ă©nergie dĂ©gagĂ©e sur scène. Le live est BIEN meilleur. Visuellement, le groupe est très bon aussi. Il est très très plaisant de voir un groupe qui prend du plaisir sur scène. On ne compte plus les jokes qu’ils se font entre eux (compter jusque 4 en français n’est appartement pas aisĂ©). La sonorisation est très bonne mĂŞme si la batterie va un peu fort en fin de concert (augmentĂ©e pendant le solo, elle n’est pas baissĂ©e après). Les Brew sont accompagnĂ©s d’une Ă©quipe technique et d’un roadie de qualitĂ©.

Le public satisfait. Le concert Ă©tait excellent et l’ambiance amicale. Ă€ la fin du concert, les artistes sont descendus pour serrer des mains. Nous avons pu remercier Tim, avec qui nous sommes proche et lui dire « Hey Tim ! Great show tonight ! ».

Retrouvez les photos du concert dans notre galerie

Photos : Christian Colleye

Écrit par Loïc Beaujean