Ambiance √©lectrique, ce mercredi au Bota …

…pour une soir√©e plac√©e sous le signe du rock n’roll, du kitch et de la pizza¬†! La Rotonde a trembl√© sous les assauts furieux des italian stallions, d√©barqu√©s de leur La Louvi√®re natal pour besogner sauvagement le public bruxellois.

Romano (2)Votre serviteur arrive au d√©but du set du groupe de premi√®re partie, qui nous bave un punk-rock √©nergique, m√Ętin√© de stoner. Sons of Disaster fait son job √† merveille devant une salle d√©j√† bien remplie, et on sent le public gonfl√© √† bloc. Avec sa voix typ√©e, qui n’est pas sans rappeller celle d’Henry Rollins, le chanteur, aussi flegmatique que corpulent passe litt√©ralement le concert dans le public, lan√ßant √† l’occasion un homme dans la foule avec une nonchalance assum√©e. Un ap√©ro brut de d√©coffrage mais plus qu’efficace avant le plat de r√©sistance.

¬†Romano (1)Apr√®s une courte pause, les Romano Nervoso font leur entr√©e en fanfare. Giacomo, toujours aussi flamboyant, moul√© dans un collant √† paillettes du meilleur go√Ľt et arborant son √©ternel maquillage putassier nous rappelle de par sa pr√©sence et son aisance, en quoi il est un des meilleurs frontman du rock wallifornien. D√®s les premiers morceaux, c’est une d√©bauche d’√©nergie, une le√ßon de rock n’roll pour un public qui, entass√© dans les gradins de la rotonde, subit une v√©ritable biffle sonore. Alternant ritournelles glam et br√Ľlots punk, en anglais ou en italien, le groupe prend sa vitesse de croisi√®re avec un sirupeux Glam Rock Christmas, d√©sormais grand classique. Sans se d√©partir de ce cocktail d’auto-d√©rision et d’√©nergie brute qui les caract√©rise, les √©talons nous gratifient d’un splendide et p√©n√©trant Psicotico Blues. Peu apr√®s, alors que r√©sonnent les notes d’In the Name of the Lord l’assembl√©e se voit recevoir la b√©n√©diction de Saint-Giacomo qui, ayant transform√© son micro en goupillon, r√©pand des litres d’eau b√©nite imaginaire sur les premiers rang. Le show se termine sur un apocalyptique Mangia Spaghetti, suivi de Maria, le Aline de Christophe version plombier milanais. Apr√®s un rappel de circonstance, comprenant une autre reprise en italien (jouissif Svalutation de Celentano), sous les ovations d’un public conquis, les Stallions quitteront finalement la sc√®ne apr√®s une prestation haute en couleurs.

Rendez-vous le 7 novembre en première partie des néo-zélandais The Datsuns, au Foyau à Lustin.

Retrouvez les photos du concert dans notre galerie.

Photos : Rapha√ęl Meert

√Čcrit par Denis Gehain