Retour dans les annĂ©es 20 au Jyva’Zik!

Comme chaque annĂ©e depuis maintenant presque une dĂ©cennie, le Jyva’Zik nous revenait ce week-end pour une Ă©dition plus rĂ©ussie que jamais! Ayant pris place plus tard que les annĂ©es prĂ©cĂ©dentes, cette huitième Ă©dition du Jyva’Zik aura nĂ©anmoins vu les festivaliers affluer encore plus nombreux que d’habitude. C’est au final plus de 3000 personnes qui se seront rendu au Parc Ă  Mitrailles de Court-Saint-Etienne pour faire la fĂŞte sous le signe des annĂ©es 20!

jyva (3)CostumĂ©s pour la plupart, petits et grands se seront rĂ©galer avec les nombreuses animations et concerts proposĂ©s cette annĂ©e. Entre les matchs de catch pour lesquels les visiteurs se sont rapidement pris au jeux, encourageant leurs favoris et huant les autres, le cabaret qui proposait des spectacles tout au long des deux jours du festival, le bar a vin et alcool permettant aux visiteurs de dĂ©guster un bon verre de whisky, de rhum ou de cognac en admirant les shows, les reprĂ©sentations du Burlesque Klub dont les demoiselles auront fait chavirer le cĹ“ur de plus d’une personne et bien-sĂ»r les concerts qui auront fait danser les plus motivĂ©s, les visiteurs n’auront dĂ©cidĂ©ment pas eu le temps de s’ennuyer cette annĂ©e.

Pour les plus audacieux qui voulaient parfaire leur dĂ©guisement, des barbiers et maquilleurs Ă©taient Ă©galement Ă  leur dispositions. Toutes ces personnes costumĂ©es, que ce soit les bĂ©nĂ©voles ou les festivaliers, auront grandement contribuĂ© Ă  l’ambiance unique de ces deux jours, nous transportant presque cent ans en arrière pour un week-end de folie et de dĂ©cadence.

jyva (2)Alors que le vendredi Ă©tait placĂ© sous le signe de l’Ă©lĂ©ctro-swing, avec des groupes comme Radio Muzak, The Sweet Life Society et Edgar Tones feat The Su’sis, qui auront ravis les fans du genre tout au long de la soirĂ©e leur offrant la chance de se dĂ©hancher aux sons des instruments des heures durant, le samedi quant Ă  lui s’est vu offrir une programmation plus variĂ©es. Allant de l’indie avec Konoba Ă  l’Ă©lĂ©ctro Swing avec Smokey Joe & The Kid, en passant par les percussions de Don Fiasko, ce sont de magnifiques prestations qu’il nous aura Ă©tĂ© permis de voir ce samedi! Mais les plus attendus de cette seconde journĂ©e Ă©taient les moustachus de Deluxe! Le groupe, originaire de l’hexagone, aura dĂ©chaĂ®ne la foule pendant plus d’une heure, les faisant sauter, danser, chanter Ă  tue-tĂŞte!

Les enfants n’Ă©taient pas oubliĂ©s non plus, de nombreuses animations ayant Ă©tĂ© prĂ©vues pour eux durant les deux jours. On retiendra notamment les passages frĂ©quents et Ă©tranges de l’Homme Saxophone le vendredi, une Ă©trange crĂ©ature ayant un saxophone en guise de tĂŞte et qui se sera baladĂ© dans la foule tout en jouant et dansant de sa dĂ©marche rythmĂ©e. Le festival ouvrant plus tĂ´t pour sa deuxième journĂ©e, des jeux en bois pour les plus petits (bien qu’au final, ils auront attirĂ©s de nombreuses personnes plus âgĂ©es Ă©galement) avaient Ă©tĂ© prĂ©vu dans l’espace servant au City Rockers le soir.

jyva (1)Le City Rockers, parlons-en justement. Concept assez particulier, organisĂ© en plusieurs sĂ©ances chaque soir, permettait aux curieux d’enfiler un casque et d’aller danser dans un espace spĂ©cial, tout en Ă©coutant des tubes vintages. Bien que l’idĂ©e puisse paraĂ®tre Ă©trange, elle aura pourtant remportĂ© un franc succès auprès des visiteurs, ceux-ci n’hĂ©sitant pas Ă  faire la file longtemps Ă  l’avance pour ĂŞtre sĂ»r d’avoir une place!

Toutes ces animations, aussi diffĂ©rentes et originales les unes des autres, auront grandement contribuĂ© Ă  la rĂ©ussite de cette Ă©dition, le festival ayant fait autant d’entrĂ©es le vendredi que sur l’ensemble du festival l’an dernier, et encore plus le samedi!

Finalement, cette huitième Ă©dition fut un vĂ©ritable succès, et on ne peut qu’attendre avec impatience l’annĂ©e prochaine pour voir ce que le Jyva’Zik nous rĂ©servera cette fois!

Photos : Jonathan Boucquey

Écrit par Quentin Joveneau

Quentin Joveneau