Konoba : Colours and shapes. Quand la lumière fut.

konobaDerrière Konoba se cache Raphaël Esterhazy, musicien qui distille son univers comme autant de gouttelettes de rosée dans une forêt féérique. Un voyage léger et surprenant.

Dernier opus en date, Colours and Shapes. Un disque, léger et à la fois traditionnel. Du son référence à des groupes classiques et cette touche de fluidité qui cristallise le tout. Musicalement, les influences se veulent nombreuses (oserait-on aller jusqu’au Doors en passant par Alt+J ou Beck) mais au-delà de cela, il y a surtout une voix. Particulière, un peu à l’image de celles qui ont fait la marque d’un groupe comme « Girls in Hawaïi ».
Ce disque tente la proposition d’une belle mixité entre la pop et l’introspection. A la fois très intime et pourtant si ouvert. Chacun peut se retrouver dans ce disque. Et c’est suffisamment précieux que pour être souligné.
On sent clairement dans la production l’impact anglo-saxon des années passées en Angleterre, une espèce de décomplexion qui permet à Konoba d’avoir l’audace d’aller plus loin que ce qui est attendu. De ne pas se limiter à de la pop rock écoutable mais d’aller chercher au-delà une forme d’équilibre.
Il est étonnant de voir que ce groupe doive passer par des tremplins pour obtenir une reconnaissance. Leur projet est déjà très abouti. A suivre sans hésitation.

Konoba sera en lisse lors de l’édition 2014 du grand Tremplin du Brabant wallon à la Ferme du Biéreau (Louvain-la-Neuve) le 28 novembre prochain.
L’EP est disponible sur les plateformes de téléchargement

Bandcamp: http://konoba.bandcamp.com/album/colours-shapes

Pour faire plus ample connaissance avec Konoba, visitez leur page Facebook : https://www.facebook.com/KonobaMusic?ref=ts&fref=ts

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter