Yelle: “√Ä tous les r√©alisateurs qui auraient un r√īle √† me proposer, je suis preneuse!” (Interview)

C’est un bonheur d’√©changer quelques mots avec Julie, la chanteuse de Yelle (qui n’a d√©cid√©ment jamais autant signifi√© You enjoy the life). La t√™te bien sur les √©paules et en simplicit√©, elle a r√©pondu tr√®s sympathiquement √† mes questions, avant de mettre le feu ce mercredi 17 d√©cembre au Botanique avant-derni√®re date d’une tourn√©e harassante, avec notamment 5 semaines aux States! L’occasion d’√©changer, en toute simplicit√©, sur le dernier album, le cin√©ma, l’importance du public mais aussi sur Stromae.

INTL EXCLUSIVE_YELLE_red profile c 2014 MACIEK POZOGA-61593124

Bonjour Julie, Compl√®tement fou, c’est le nom de votre dernier album qui a donn√© lieu √† une tourn√©e compl√®tement folle qui s’ach√®ve doucement et avec 5 semaines folles de dates aux √Čtats-Unis. Comment √ßa se passe?

√áa se passe plut√īt tr√®s bien, on est super contents ¬†d’√™tre all√©s aux √Čtats-Unis, de retrouver ce public fid√®le et chaleureux qui revient chaque fois, qui nous soutient, et qui ram√®ne des amis. Il y a une chouette √©nergie. C’est vrai que √ßa a √©t√© intense puisqu’on est parti cinq semaines l√†-bas avec un bon paquet de dates. √áa a √©t√© une bonne exp√©rience. Apr√®s, on est rentr√©, on a commenc√© √† tourner en Europe ces trois derni√®res semaines. On n’a pas non plus √©t√© d√©√ßu de l’accueil europ√©en, et notamment dans des pays o√Ļ nous n’avions jamais √©t√© jouer: la Pologne… On est content de continuer notre route et de bient√īt vous revoir, vous les Belges.

Comment vous expliquez ce succ√®s international, assez impressionnant et… Compl√®tement fou. Vous faites une musique universelle?

Je pense qu’il y a de √ßa, du caract√®re tr√®s dansant de notre musique qui fait que les gens m√™me s’ils ne comprennent pas les paroles, s’y retrouvent quant m√™me: cette √©nergie positive. C’est en tout cas le retour qu’ils nous donnent. Et c’est toujours agr√©able de voir qu’on provoque des choses positives chez les gens, une bonne √©nergie, une envie de danser, de s’exprimer. On ne sait pas vraiment ce qui fait la diff√©rence et pourquoi, nous fran√ßais, nous avons l’opportunit√© de tourner beaucoup √† l’√©tranger. Mais en tout cas, le partage d’√©nergie a l’air de fonctionner.

Puis, en m√™me temps, j’imagine que la perception de votre musique est diff√©rente en fonction des parties du monde que vous visitez?

C’est √† dire qu’il y a plusieurs niveaux¬†de lectures. Il y a les gens qui √©coutent et s’arr√™tent √† la m√©lodie, la rythmique. Puis il y en a d’autres qui sont plus curieux, qui vont essayer de comprendre de quoi il est question, aller voir sur internet la signification de certains mots. Surtout que moi, sur sc√®ne, je joue beaucoup avec mon corps donc je m’amuse beaucoup. Et donc, il y a ceux qui vont vraiment aller chercher la traduction de tous mes textes pour comprendre ce que je raconte. Il y a plusieurs degr√©s d’√©coute, d’autant qu’il y a plusieurs moyens pour nous d√©couvrir: par les clips, les par la mode. C’est int√©ressant de voir qu’il y a r√©ellement plusieurs mani√®res d’√©couter un artiste. Apr√®s, en concert, j’avoue que c’est quand m√™me la majorit√© du temps des gens tr√®s expressifs qui dansent et s’amusent dans la foule.

Il y a chez vous une esp√®ce de bouillonnement cr√©atif dans lequel je me reconnais. Puis, il y a le public, tr√®s chaleureux et tr√®s g√©n√©reux. C’est toujours un plaisir de venir, on se sent vraiment √† la maison.

Vous arrivez en Belgique, donc. Que va-t-il se passer? Vous avez une relation particulière avec le public belge?

Oui je pense qu’on a une relation privil√©gi√©e avec la Belgique. D’une part, parce qu’au fur et √† mesure des ann√©es, on s’est fait beaucoup d’amis qu’on est content de retrouver √† chaque passage. Avec, d’autre part, des gens cr√©atifs comme Jean-Paul Lespagnard (ndlr. cr√©ateur et couturier belge) avec qui je travaille depuis plusieurs ann√©es, ou Laetitia Bica, photographe que j’aime beaucoup. Ou les gar√ßons de Dansez-vous Fran√ßais qui organisent des soir√©es r√©guli√®rement. Il y a chez vous une esp√®ce de bouillonnement cr√©atif dans lequel je me reconnais. Puis, il y a le public, tr√®s chaleureux et tr√®s g√©n√©reux. C’est toujours un plaisir de venir, on se sent vraiment √† la maison.

Qu’est-ce qu’ il va se passer sur sc√®ne? Vous n’arriverez pas √† Bruxelles un peu fatigu√©e?

Mais pas trop, je suis vraiment arriv√©e √† faire attention √† mon sommeil, √† ma qualit√© de vie, je suis plut√īt en forme. J’attaque cette derni√®re semaine de tourn√©e vraiment sereinement. Je me sens pr√™te √† donner plein plein de choses pour terminer cette ann√©e 2014. J’esp√®re que les gens seront contents, qu’ils s’amuseront avec nous √† d√©couvrir ce nouveau live et ces nouvelles chansons.¬†

On a l’habitude de votre fantaisie, de l’expressivit√© de vos shows. Qu’y-a-t-il de nouveau sur cette tourn√©e?

Bien s√Ľr, il y a les nouvelles chansons du nouvel album tout en les m√©langeant aux anciennes chansons. Apr√®s, on a chang√© de formule, il y a d√©sormais deux batteries sur sc√®ne et un nouveau show lumi√®re. Il y a des nouvelles choses √† voir. On commence vraiment √† se sentir √† l’aise dans cette nouvelle formule. On esp√®re qu’elle sera du go√Ľt de nos amis belges.

Vous ouvrez cet album Compl√®tement fou, avec le titre √©ponyme, qui commence par “Je suis arriv√©e au sommet“. Vous √™tes arriv√©es au bout d’une √©tape?

Peut-√™tre que c’est √ßa, je le vois vraiment comme un moment de ma vie o√Ļ j’ai gravi certains √©chelons, me suis battu pour certaines choses et me sens d√©sormais bien dans mes baskets l√† o√Ļ je suis en ce moment. Il ne s’agit pas de dire “je suis arriv√© au sommet des charts”. Non, c’est une vision personnelle et subjective de dire que j’ai pass√© des √©tapes et je suis arriv√© √† un moment de ma vie o√Ļ j’ai confiance en moi-m√™me, et j’ai envie de faire encore plus ce que je veux qu’avant. Ceux qui voudront et √† qui √ßa plaira me suivront et les autres passeront leur chemin.¬†

√áa veut dire qu’il va y avoir du changement?

Je ne sais pas du tout, je vis au jour le jour et j’ai du mal √† me projeter loin mais je pense qu’en effet je suis tr√®s curieuse et j’aime exp√©rimenter des nouvelles choses. Alors pourquoi ne pas faire un album compl√®tement diff√©rent ou avec un artiste √† l’oppos√© de ce que je peux faire d’habitude. Je trouverais √ßa super int√©ressant comme je trouve qu’il faut provoquer des choses nouvelles aux oreilles des gens. Il ne faudrait pas faire un nouveau Safari Disco Club (ndlr. son deuxi√®me album) ou un nouveau Compl√®tement fou dans trois ans. C’est pas tr√®s int√©ressant, je pr√©f√®re bouleverser les choses quitte √† en perdre un peu en route – je sais que des gens ne supportent pas le changement – mais, en tant qu’artiste, je trouve que c’est important de se renouveler, de se faire un peu peur et d’aller dans choses qu’on ne ma√ģtrise pas et qui peuvent donner des choses int√©ressantes.

Dans un monde de la musique qui va de plus en plus vite, vous prenez votre temps, 3 ou 4 ans entre chaque album. C’est important?

C’est vrai, j’ai toujours √† cŇďur de faire les choses bien. Et pour √ßa, prendre le temps est n√©cessaire, il faut r√©fl√©chir √† ce qu’on fait, en √™tre content. Quitte √† y rester trois ou quatre ans. C’est vrai, le monde va super vite, √ßa m’angoisse un peu donc je suis contente de r√©ussir √† prendre le temps.

D’autant qu’il y a cette chanson, Dire qu’on va tous mourir? Pourquoi?

(Rire) Alors, en fait, √† chaque album, il y a toujours eu une chanson introspective, un peu plus profonde que les autres n’ont l’air. Et Dire qu’on va tous mourir, on avait cette phrase depuis longtemps, on se la chantonnait, on se la r√©p√©tait, et on a eu envie de la mettre en musique.¬†Parce que √ßa fait partie de la vie, d’un cheminement, c’est important d’en parler, que ce ne soit pas tabou.¬†Ce n’est pas √©trange, √ßa fait vraiment partie de moi. Apr√®s, je sais que √ßa peut un peu surprendre les gens. Mais c’est important de parler de tout, de sexe dans d’autres morceaux, d’amour, de doute et aussi de la mort. C’est n√©cessaire.

Après, dans un autre genre, il y a la chanson Moteur Action, il y a des rêves de cinéma chez vous?

C’est vrai, j’ai eu la chance de tourner dans un court-m√©trage et d’avoir un petit r√īle dans un long-m√©trage (deux films de Cl√©ment Michel dont le court-m√©trage est visible ci-dessous). Ca m’a beaucoup plu, et je pense que c’est une autre facette de moi. Un jour, je prendrai le temps pour m’y pencher un peu plus et de faire un peu plus de cin√©ma. Surtout, qu’en tant que chanteuse, j’ai pu faire partie de diff√©rents jurys de Festivals, notamment au FIFF de Namur, une super exp√©rience. Donc, oui j’aimerais bien renouveler l’exp√©rience cin√©matographique. Donc, √† tous les r√©alisateurs qui auraient un r√īle √† me proposer, je suis ouverte!

Finalement, √ßa fait presque dix ans que Yelle existe (depuis la diffusion de Je veux te voir sur l’alors tr√®s m√©connu Myspace), quel regard vous portez sur ces presque dix ann√©es?

J’ai l’impression que tout a √©t√© tr√®s vite et que je n’ai pas forc√©ment eu le temps de prendre du recul. Mais je me trouve tr√®s chanceuse de pouvoir aujourd’hui faire de la musique √† temps plein, de voyager, de tourner √† l’√©tranger. C’est une richesse qui n’est pas donn√©e √† tout le monde. Je suis ravie et toujours surprise de me dire que c’est vrai, √ßa fait presque dix ans. Je suis extr√™mement contente de ce qui m’est arriv√© ces derni√®res ann√©es.

Moi, je me souviens d’un concert il y a quelques ann√©es, aussi √† Bruxelles, o√Ļ vous faisiez la premi√®re partie de Stromae. Quels souvenirs vous en gardez?

Oui, juste! Je garde de tr√®s bons souvenirs, c’√©tait assez incroyable.¬†C’√©tait la premi√®re fois que je le voyais sur sc√®ne, m√™me si je connaissais d√©j√† ses chansons. Je l’ai trouv√© impressionnant de charisme et la mani√®re dont il tenait son public √©tait vraiment incroyable et puis, surtout, j’avais √©t√© agr√©ablement surprise par sa simplicit√© et sa gentillesse. Je suis tr√®s contente de ce qui lui arrive. J’esp√®re qu’il s’amuse beaucoup et qu’il prend autant de plaisir qu’au d√©but, et que √ßa le rend heureux. Son bonheur et sa joie sur sc√®ne m’avaient beaucoup marqu√©e ce jour-l√†.

Pour vous, c’est important de rester simple?

La vie d’artiste n’est pas d√©connect√©e de la r√©alit√©. On a aussi des questionnements, des doutes, un quotidien √† g√©rer… la vie tout simplement. C’est important de ne pas oublier d’o√Ļ l’on vient, les valeurs dans lesquelles on a √©t√© √©lev√©. De ne pas oublier les gens qui nous ont aid√©, c’est √©vident. J’ai √©t√© √©lev√©e comme √ßa: mon p√®re √©tait musicien mais il n’a jamais oubli√© qu’il √©tait un enfant de paysan, de la Terre. Et que c’est aussi √ßa la vie. Je le remercie de m’avoir inculqu√© cet √©tat d’esprit. Aujourd’hui, je reste aussi les pieds sur terre, je ne p√®te pas les plombs Et je ne suis pas pr√™te de le faire m√™me si un jour j‚Äôatteins d’autres sph√®re, je n’en sais rien. Mais je pense que mon √©ducation reviendra toujours, me rappellera toujours d’o√Ļ je viens.

Enfin, Bruxelles sera votre avant-derni√®re date en 2014. Qu’allez-vous faire apr√®s? Prendre des vacances?

Oui, je vais me ressourcer. Je n’ai pas vraiment envie de partir ailleurs dans les moments de pause, j’ai juste envie d’√™tre chez moi, de voir ma famille, mes amis. √ätre dans ma maison, √ßa me vas tr√®s bien. Les f√™tes de No√ęl approchent, √ßa va √™tre l’occasion de vivre de bons moments, de s’amuser. Apr√®s, peut-√™tre que je ressentirai le besoin d’aller un peu ailleurs. Car il y a toujours des moments o√Ļ on a besoin de d√©connecter. Mais l√†, je suis tr√®s contente de retrouver ma Bretagne.

Album Artwork

Yelle, Complètement fou, chez Sony et en concert le 17 décembre au Botanique, derniers tickets ici 

√Čcrit par Alexis Seny

Alexis Seny