Laura Crowe: première magnifique découverte de 2015

Quand la Ferme du Biéreau a annoncé le nom de la première partie du concert d’Emily Loiseau qui se jouait à guichets fermés, beaucoup ont été étonné. Laura Crowe semble sortir de nulle part, personne ne la connait et pour cause, c’est une toute jeune artiste qui s’est présentée devant un public conquis dès la première chanson.

Quand Laura est entrée sur scène, c’est d’abord sa silhouette qui a marqué. Grande, jolie, de très, très longs cheveux. Un look simple mais élégant et moderne. Une allure qui oscille entre princesse médiévale et rockeuse. Et puis, très vite, la voix a envahi l’espace. Une voix étonnante qui se promène entre aigus et graves, entre murmures et presque-cris.

Des morceaux aux accents folks, légers. Des textes en anglais qui invitent à entrer dans un imaginaire.
C’est sous les applaudissements nourris que Laura Crowe quittait le plateau du Biéreau.
Scènes belges l’attendait à sa sortie, histoire de recueillir ses impressions et essayer de mieux comprendre qui est Laura, talent à suivre sans hésitation.

Scènes belges : Quelles sont vos impressions à chaud à l’issue de ce premier concert à la Ferme du Biéreau ?

Laura Crowe : Pour le concert de ce soir, qui est notre vrai premier concert en public, la sensation à chaud est incroyable. Par le passé, j’ai connu la scène. J’ai fait partie d’un groupe de métal mais c’était plus confidentiel. C’est la première fois que je suis face à un public de cette envergure.
J’ai déjà eu des contacts avec le public quand je me produisais dans le cadre de reprises. Ça m’aide pour être à l’aise sur scène et ce même si l’enjeu est plus grand aujourd’hui.
La formule de ce soir, intimiste, fonctionne bien. On a aussi envie de travailler dans une plus grande configuration mais les contraintes d’une jeune artiste sont telles que nous connaissons ne nous permettent pas encore de développer ce type de groupe. Mais rien n’est impossible, nous sommes déjà en contact avec des musiciens d’expérience qui sont prêts à nous accompagner dans cette aventure donc on se permet d’y rêver.

SB : Laura Crowe est le nom d’un nouveau projet que vous avez démarré il y a quelques mois. Quel a été le cheminement jusqu’aujourd’hui ?

LC: Nous avons démarré le projet il y a 6 mois. Pour la mise en œuvre, j’avais été en contact avec l’équipe à l’époque où j’étais associée au montage d’un opéra rock. Quand j’ai vu la fin de mes études arriver, j’ai repris contact avec les musiciens et producteurs pour démarrer ce qui me tenait le plus à cœur, un projet musical personnel qui me ressemble un maximum.
On a beaucoup travaillé pour trouver l’équilibre, on s’est appuyé sur des morceaux qui étaient existants à la base et très vite, la confiance s’est installée et nous avons écrit de nouveaux morceaux.
Je ne suis pas instrumentiste mais l’écriture ça me parle.
Je suis littéraire, mes études en langues germaniques m’ont donné le sens des mots et je prends beaucoup de plaisir à essayer de coller avec les musiques qui me sont proposées.

SB : Ce soir, votre concert était acoustique, voix-guitare. Votre univers est souvent décrit comme pop-folk. Qu’en sera-t-il de l’album qui arrive très bientôt ?

LC : L’album est quasi terminé. Il sera très différent de ce qui a été présenté ce soir. Il a un côté acoustique avec des cordes, de la mandoline, des cuivres mais avec une couleur pop, moderne.
On a voulu un disque qui attaque et qui exploite la voix. On cherche un univers varié mais en respectant notre ligne conductrice musicalement parlant. On ne voulait pas se fermer à quoique ce soit, on a envie de voyager par notre musique. On s’appuie sur ma voix, sur ma façon de chanter. On me dit souvent que je suis atypique, que ma voix a une identité mais j’en suis toujours étonnée. Je ne me suis jamais dit, je vais chanter de telle ou telle manière. Je préfère être spontanée et si ce que je propose est perçu comme étant original, j’en suis ravie. Je sens que ma voix, ma façon de chanter est une force. Honnêtement, je n’ai jamais pris de cours de chant. Bien entendu, je suis amenée à beaucoup répéter, surtout en ce moment. Depuis une année, j’ai vraiment repris le chant. La fin de mes études a marqué pour moi l’entrée dans une nouvelle aventure et vu mon côté perfectionniste, je travaille beaucoup. Je commence à prendre mes marques.

Dans la réalisation de cet album, on a essayé de rester le plus naturel possible, de ne pas jouer la sophistication à outrance. Pour un premier disque, on est concentré, on avance mais on essaie de ne pas revenir sur les chansons une fois qu’elles sont bouclées.

Quand il sera prêt musicalement, on va s’atteler à la partie visuelle. Les photos, les clips, le graphisme seront importants. Nous pensons que notre univers se prête bien à un vrai travail artistique autour de l’image, du visuel de ce disque. C’est important, aujourd’hui, d’être facilement identifiable. C’est un tout.

https://www.facebook.com/lauracrowemusic?ref=ts&fref=ts
crédit photo: © www.mabamiro.be

 

 

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter