Great Mountain Fire, un retour enflammant (Nuits du Botanique 2015)

Great Mountain Fire a f√™t√© son grand retour lors d’une grande et belle release party, ce mardi aux Nuits du Botanique. Les choses ont chang√©, leur mani√®re de faire de la musique peut-√™tre aussi, un peu, out a √©volu√©, et le Great Mountain Fire ne pourra que se r√©pandre plus avec ce deuxi√®me album.

Quand on fait sortir de l’ombre le Great Mountain Fire, sans doute faut-il 11256550_961316993878872_4717558098380435691_nassurer un pr√©ambule de… feu. Et le Bota s’√©tait assur√© une belle premi√®re d√©flagration avec Mammut. Ce groupe aussi imposant que son nom se constitue de trois filles et trois gar√ßons. H√© oui, la parit√© est de mise pour nous servir un grand grondement b√©n√©fique. C’est suintant, rituel et spirituel, un peu. La chanteuse semble d√©vou√©e corps et √Ęme, aid√©e par de beaux riffs. Elle s’√©vapore sur les derni√®res notes en toussotant et dans des cris bizarres. Mammut a tout donn√©, mais reviendra. Car ce groupe-l√†, tant√īt psych√©, tant√īt rock, est loin de manquer d’√©clat.

Puis, les h√©ros du jour arrivent, brillants, √©tincelants, surr√©alistes aussi (entre la chapka du chanteur et la coiffure du clavi√©riste qui a bien bien bien chang√©. “Mesdames et messieurs, le Great Mountain Fire est de retour!” lance Thomas de Hemptinne, le chanteur. On veut bien le croire! Et apparemment, on n’est pas les seuls, la salle de l’Orangerie est full, foule des grands11264898_961665197177385_4057490126799985579_n jours, des papas, des mamans, de la famille, des fans de la premi√®res heure ou des d√©couvreurs de la derni√®re heure. Car oui, si Cinderella et autres Late Lights rythment encore¬†certaines de nos heures, on n’avait plus eu de nouvelles du groupe depuis 2 ans. Et si les temps changent, le groupe a bien √©volu√© pour revenir plus accompli, peut-√™tre plus m√©tiss√© et moins direct, plus en guitares, plus √©volutif et plus psych√© aussi.

La fête est sur scène et dans les rangs, le claviériste fait son show, les autres servent à boire au public. Et dieu que les nouvelles chansons sont divines. Conquis peu à peu, difficile de ne pas être devenu addict à la fin du concert. Si le baptême de feu est passé, le groupe continue, avec ce deuxième album et les concerts qui lui sont dédiés, à entretenir le feu sacré.

√Čcrit par Alexis Seny

Alexis Seny