The Banging Souls – Premier EP et en concert à la Ferme du Biéreau

Assister au premier concert d’un nouveau groupe est toujours un moment unique. D’autant plus que sur papier, on sent que le moment sera nerveux et explosif.

Nul besoin de présenter Gaelle Maevis, chanteuse et guitariste, membre de l’excellent trio Sirius Plan, choriste de BJ Scott ou dans l’équipe de The Voice… Ludwig Pinchart, aux guitares et Pitt Abras, à la batterie, complètent le trio indie-rock namurois.

S’ils ont su nous mettre en appétit avec une première vidéo diffusée un mois avant le concert, il faut reconnaître que les morceaux interprétés sont remarquablement construits et brillamment servis par chaque membre du trio.

La voix de Gaelle peut se faire rocailleuse, éraillée, puissamment rock, comme elle peut entrer dans d’infimes nuances lors de morceaux plus calmes, plus bluesy. On retrouve l’atmosphère de ces chanteuses folk américaines, à la Janis Joplin ou à la BJ Scott. L’accent est parfait, l’interprétation pointe dans le mille, et les 2 ou 3 morceaux plus calmes de milieu de set nous laissent sans voix.

A la Télécaster, Ludwig Pinchart assume seul la responsabilité musicale du set. Morceaux rock indie punchys et efficaces, ou plus construits, en arpèges. La palette sonore est étendues et variée, servie par un son impeccable (bravo à la régie de la Ferme du Biéreau !).

Qui dit power trio attend nécessairement un batteur puissant et complet. C’est le domaine de Pitt Abras, apportant la puissance des toms là où Ludwig enchaine des phrasés plus mélodiques, nuançant les moments calmes, laissant surgir une énergie explosive aux reprises et aux breaks.

Chouette light-show, aussi, dans la grange de la ferme. Au final, un beau moment de plaisir, et l’assurance que ce nouveau groupe peut faire la différence dans une scène rock belge ayant parfois l’habitude de ne plus surprendre par son énergie, son intelligence et d’une certaine façon par son sex-appeal.

La bonne surprise se fit aussi au retour, avec la découverte du premier EP du groupe. L’énergie y est intacte, le choix de morceaux varié et représentatif… A épingler, une belle reprise down-tempo de « Black Betty », morceau fétiche de Ram Jam, en 1977, mais surtout classique blues de Lead Belly.

L’EP est disponible en téléchargement sur les plateformes actuelles: Deezer, Spotify, Itunes, …

Ne manquez pas The Banging Souls: c’est du tout bon !

Crédit photo : The Banging Souls

Écrit par Eric Beaujean