Gonzo
 Attention, cocktail molotov.

0004757705_10Gonzo, c’est LE mĂ©lange musical dĂ©jantĂ© de l’annĂ©e 2015.
Des musiciens d’horizons diffĂ©rents, Ă©voluant dans des projets personnels et que l’on n’aurait jamais imaginĂ© ensemble. Baptiste (Saule), Vinc’(Fugu Mango, Bikinians), Simon (Hibou, Le YĂ©ti), Nico (Eleven) et Joe (A Mute) forment ce drĂŽle d’objet musical difficile Ă  classer. C’est rock, punk, reggae, un peu hip hop
 et ça explose sur scĂšne.
Rencontre de drĂŽles de trentenaires, dĂ©complexĂ©s, des grands gamins, heureux d’ĂȘtre lĂ . Tout ce qu’on aime en somme.

Ce qui frappe en premier, c’est sans aucun doute l’alchimie entre les cinq membres du groupe, ce que nous confirme (Ă  cinq voix) le groupe : « On a des univers diffĂ©rents mais un ADN identique. Dans les annĂ©es 90 on Ă©coutait la mĂȘme musique. Cette influence est trĂšs importante. Aujourd’hui, on ne retrouve plus vraiment cette atmosphĂšre dĂ©jantĂ©e. Avec Gonzo, on a tous envie de casser le cĂŽtĂ© lisse de ce qui se fait aujourd’hui. Nous sommes des enfants de groupes des annĂ©es 90, de ce rock garage caractĂ©risĂ© par une grosse Ă©nergie sur scĂšne. Dans notre dĂ©marche, il y a la volontĂ© de faire des choses qui n’existent pas. On explore et c’est sans doute ce qui surprend et peut-ĂȘtre ce qui plaĂźt »

Loin d’ĂȘtre un projet expĂ©rimental ou purement rĂ©crĂ©atif, Gonzo propose, sur scĂšne, un set bien rodĂ©, au point oĂč rien n’est vraiment laissĂ© au hasard : « Nos expĂ©riences nous permettent de faire de la musique carrĂ©e, qui sonne, bien jouĂ©e tout en gardant une libertĂ© Ă  la limite du punk. On ne calcule pas tout ce qu’on fait et on pense que ça se ressent sur scĂšne. La spontanĂ©itĂ© et l’envie de jouer (dans tous les sens du terme) sont vraiment le ciment de notre proposition ».

Grosse dĂ©couverte de 2015, Gonzo est de tous les festivals. Pourtant le groupe n’est pas un nouveau-né : « Le groupe existe depuis de nombreuses annĂ©es mais restait volontairement confidentiel. On faisait un concert par an, dans un lieu discret. Cette annĂ©e, nous avons mis les choses en place pour que ça soit plus visible. Au dĂ©part, on ne pensait pas mener Gonzo sur cette voie mais dĂ©but 2015, on a essayĂ© de remonter un nouveau groupe et puis on s’est dit qu’on prĂ©fĂ©rait remettre Gonzo sur les rails. On a senti un engouement extĂ©rieur quand on parlait du projet donc on s’est dit que c’était le moment pour le faire. On a trĂšs vite enchainĂ© un EP, on a de nombreuses dates sont arrivĂ©es (RonquiĂšres, Les solidaritĂ©s, les Nuits du soir,
). ».

Mis en lumiĂšre, Gonzo ne restera plus longtemps la pĂ©pite dĂ©couverte lors des rendez-vous musicaux de l’étĂ©, des projets sont en cours : « On rĂ©flĂ©chit dĂ©jĂ  Ă  un album. On sait qu’on se donnera le temps de le faire entre nos propres projets mais on sait dĂ©jĂ  que l’expĂ©rience de la scĂšne nous permettra de produire un album qui rĂ©pondra aux attentes du public. C’était une bonne idĂ©e de dĂ©marrer le projet par la scĂšne. Ça a nourrit le projet. ».

Sur scĂšne, Gonzo envoie du trĂšs bon son mais aussi une Ă©nergie dĂ©jantĂ©e : « Le rapport avec le public sur Gonzo est trĂšs particulier. C’est sans doute liĂ© aux personnalitĂ©s des musiciens et du capital sympathie que nous avions dĂ©jĂ  individuellement. Au dĂ©part, on Ă©tait sur des petites scĂšnes et lĂ  avec les dates qui s’enchaĂźnent on sent qu’on prend de l’assurance individuellement mais aussi collectivement. On se rend compte que le public aime ça aussi et qu’il n’est pas ou plus attachĂ© Ă  l’une ou l’autre personnalitĂ© du groupe qu’il suivait sur des projets extĂ©rieurs Ă  Gonzo ».
Au dĂ©part, souvent qualifiĂ© de « nouveau projet rock de Saule », on se rend compte qu’il n’en est rien : « On fait le choix de mettre les voix en avant, de jouer la carte de la polyphonie. Tout d’abord parce que ça renvoie Ă  pas mal de groupes 90’s mais ça permet aussi d’effacer les personnalitĂ©s plus populaires du groupe. GrĂące Ă  ça, on a rĂ©ussi Ă  faire de Gonzo un groupe Ă  part entiĂšre et non pas le projet d’un tel ou d’un tel. C’est dĂ©finitivement une aventure collective oĂč chacun Ă  sa place, sans mise en avant particuliĂšre. ».

Gonzo a dĂ©montĂ© les Francofolies de Spa et RonquiĂšres. Ils poursuivent leur route vers le BSF, la fĂȘte des solidaritĂ©s Ă  Namur, les Nuits du Soir Ă  la rentrĂ©e,..).

https://galaxygonzo.bandcamp.com

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter