Halestorm, Hale yeah!

Enfin! Apr√®s presque deux mois sans concerts, il est temps pour moi de reprendre la route! Ce mardi soir, je prends donc la direction de l’Ancienne Belgique, pour le concert d’Halestorm! Annonc√© soldout depuis quelques semaines d√©j√†, la soir√©e s’annon√ßait¬†prometteuse! Ce¬†concert √©tait une premi√®re pour moi, n’ayant encore jamais eu l’occasion de les voir en live!

Me voici donc dans la salle, pile √† l’heure pour le d√©but du groupe en premi√®re partie : Wilson! Je suis quelque peu d√©contenanc√© de voir un tiers de la salle ferm√© par un grand rideau et les balcons de l’Ancienne Belgique √©galement couvertes de draperies √©toil√©es, alors que le concert √©tait suppos√© √™tre soldout. Choix de la salle ou demande du groupe, difficile √† dire. Je me reprends cependant bien vite, juste √† temps pour voir le groupe d√©barquer sur sc√®ne. Je dois bien avouer que je ne le connaissais pas du tout, je n’en avais m√™me jamais entendu parler jusqu’√† ce soir, car √† la base, ce n’√©tait pas du tout pour eux que j’√©tais l√†. Mais quelle claque! Un groupe m’a rarement autant marqu√© d√®s les premi√®res notes!

Groupe venu tout droit des Etats-Unis, il est assez difficile de d√©finir leur style. Eux-m√™mes se cat√©gorisent comme faisant du “Full Blast Fuckery”, d√©nomination que je ne me risquerais pas √† traduire, ils se rapprocheraient sans doute d’un m√©lange entre du rock de garage et du hard rock, aux paroles acidul√©es et √† la voix rauque. En tout cas, quelle prestance sur sc√®ne, quelle √©nergie! Il ne faudra pas longtemps pour que toute la fatigue de la journ√©e disparaisse comme par enchantement, et que le public se retrouve √† taper dans les mains et √† chanter avec le groupe! Les musiciens ont l’air vraiment contents d’√™tre l√† ce soir, le chanteur n’arr√™te pas de sourire dans sa grosse barbe d√®s qu’il ne chante pas, et les autres s’en donnent aussi √† cŇďur joie! Ca fait vraiment plaisir √† voir!

Halestorm (1)Ce premier show passe beaucoup trop vite √† mon gout, et bien qu’impatient de voir Halestorm monter sur sc√®ne, je n’aurais pas √©t√© contre quelques chansons de plus tant j’ai appr√©ci√©! Mais il est l’heure, la salle r√©duite s’est bien remplie depuis le d√©but du set de Wilson, et le public est d√©j√† bouillant!

Soudain, le noir. Et les voil√†! Halestorm, enfin sur sc√®ne! Venu √©galement des √Čtats-Unis, ce groupe √† l’histoire pour le moins atypique (j’y reviendrai plus tard) √©tait plus qu’attendu par ses fans! A peine la premi√®re chanson entam√©e, la foule se met imm√©diatement √† sauter, danser et chanter √† tue-t√™te, les personnes pr√©sentes se l√©chant compl√®tement, gris√©es par ce hard rock servi par les membres du groupe! Encha√ģnant leurs gros titres, les fans ne peuvent qu’√™tre ravi de cette soir√©e! La chanteuse, combl√©e devant un tel accueil, gratifiera d’ailleurs l’assembl√©e d’un “Hell Yeah!”, avant de le transformer en “Hale Yeah!”, repris en chŇďur par la foule!

Comme je le disais un peu plus t√īt, l’histoire de se groupe sort un peu de l’ordinaire, comme nous le raccontera Lzzy Hale, la chanteuse, durant un interm√®de. Elle et son petit fr√®re Arejay Hale fond√®rent le groupe en 1997, alors qu’ils n’avaient respectivement que treize et dix ans. Litt√©ralement obsed√©s par l’id√©e de former un groupe de rock, au point d’effrayer leurs parents, qui finiront par leur apporter tout leur soutien, notamment leur p√®re qui officiera durant presque dix ans comme bassiste du groupe (jusqu’en 2005), le pari du fr√®re et de la soeur aura finalement pay√© quand on voit la renomm√©e du groupe aujourd’hui, dix-huit ans apr√®s!

Halestorm (2)Mais avec leur √©nergie, la personnalit√© exub√©rante d’Arejay et la sublime voix puissante de Lzzy, il ne pouvait en √™tre autrement! Je reste d’ailleurs assez impressionn√© par leurs performances, Lzzy pouvant passer sans efforts d’une voix douce √† une voix tonitruante et profonde digne de certains groupes de m√©tal, mais restant magnifique. Son petit fr√®re aussi est impressionnant sur sc√®ne, d√©bordant d’√©nergie, et se donnant sans cesse √† fond, sautant sur son tabouret, jouant debout, puis assit, puis de nouveau debout, sans jamais avoir l’air de se fatiguer. Souriant ou faisant sans cesse des grimaces √† la foule comme si tout √ßa n’√©tait qu’un jeu pour lui, c’est g√©nial! De les voir accomplir de telles performances durant plus d’une heure et demie, sans faiblir, refusant m√™me de faire un rappel pour pouvoir rester plus longtemps sur sc√®ne et continuer √† jouer pour leurs fans, √ßa force le respect!

J’ai d’ailleurs √©t√© tr√®s surpris et √©pat√© par le solo de batterie, qui est vraiment sorti de l’ordinaire! L√† o√Ļ bon nombre de batteurs se contentent de jouer quelques passages se ressemblant fortement, puis d’acc√©l√©rer le rythme le plus qu’ils peuvent, Arejay Hale aura choisi de faire dans l’originalit√© en jouant ce qui semblait lui passer par la t√™te, variant les styles, utilisant m√™me √† un moment des baguettes de batterie minuscules, puis des immenses dont je me demande encore comment il a pu r√©ussir √† jouer correctement avec tant elles tenaient √† peine dans ses mains!

La soir√©e se termine finalement, et bien qu’√©puis√© en sortant de la salle, j’en reste tr√®s satisfait, m√™me si elle ne correspondait pas vraiment √† ce √† quoi je m’attendais. Je suis vraiment ravi d’avoir eu l’occasion de finalement voir Halestorm sur sc√®ne, et encore plus d’avoir d√©couvert un autre groupe g√©nial en premi√®re partie!

√Čcrit par Quentin Joveneau

Quentin Joveneau