Saint-Valentin réussie avec Shearwater au Botanique.

Tout d’abord commençons par une brève prĂ©sentation du groupe :

Shearwater s’articule autour de Jonathan Meiburg, musicien de Austin (Texas). Pour cette tournĂ©e il est entourĂ© de Sadie Powers, qui joue sur une basse fretless prĂ©cisera plus tard le leader du groupe. Josh Halpern se retrouve derrière les fĂ»ts, Lucas Oswald Ă  la guitare et enfin Emily Lee au clavier.

Le groupe est signĂ© sur l’excellentissime label de S IMG_20160214_214209 eattle, Subpop. Ils en sont dĂ©jĂ  Ă  leur neuvième album studio, Jet Plane and Oxbow, qu’ils sont venus nous prĂ©senter au Botanique. Cet endroit qu’ils connaissent bien puisqu’ils y viennent pour la sixième fois! Mais c’est pour la première fois en tant que tĂŞte d’affiche Ă  l’Orangerie comme le prĂ©cise Jonathan. Et si le public ne manque pas de lui rappeler leur prestation sur cette mĂŞme scène Ă  l’Autumn Falls 2012, il IMG_20160214_211730prĂ©cise vite que ça ne compte pas, la tĂŞte d’affiche de l’Ă©poque Ă©tant Father John Misty! Tout ça avec beaucoup de sourire et de bonne humeur.

Le concert commence avec une intro savamment travaillée, composée des rythmes tribaux et un excellent jeu de lumière sur scène mais aussi dans la salle, laissant le temps aux musiciens de rentrer sur scène et se placer.

Dès les premiers instants on sent le leader très heureux d’ĂŞtre Ă  nouveau prĂ©sent chez nous. Ça se confirmera tout le long du concert, avec de larges sourires entre les chansons, quelques petits mots en français et des explications nourries avant le dĂ©but des morceaux..

Le son est absolument impeccable, on distingue chaque instrument sans le moindre soucis. Ceci nous permet de nous laisser emporter, au grĂ© de nos envies, tantĂ´t par les guitares saturĂ©es, la basse bien rebondie de Sadie, le doux clavier de Emily ou bien les frappes puissantes du batteur. Leur musique est plus brut en live que sur album, les musiciens n’hĂ©sitant pas Ă  attaquer sauvagement leurs instruments!

Le show n’est pas seulement musical, il est Ă©galement visuel! C’est qu’ils aiment les expĂ©rimentations et on sent leur habitude Ă  utiliser ce type de matĂ©riel. En plus des lumières et tubes lumineux prĂ©sent sur scène, le guitariste a fait greffer des lasers rouge et vert sur son instrument, le chanteur aura Ă©galement droit Ă  sa dose de lasers, installĂ©s sur deux gants ils innondent le public d’effets lumineux pour le plus grand plaisir de ce dernier.

IMG_20160214_212747Jonathan Meiburg a autant de charisme quand il chante que lorsqu’il maltraite sa guitare, on reste admiratif devant sa façon de transmettre les Ă©motions au travers de sa voix ou de son instrument. Le batteur n’est pas en reste, ses mouvements et son attitude attirent le regard.

En rappel ils nous jouent deux chansons de l’album Lodger de David Bowie, une sorte d’hommage.

C’est quelque chose qu’ils souhaitaient dĂ©jĂ  faire avant la tragique nouvelle de son dĂ©cès. Le groupe s’est d’ailleurs demandĂ© s’ils devaient, ou non, le faire maintenant que les choses ont changĂ©s mais après en avoir discutĂ© entre eux ils ont pris la bonne dĂ©cision de jouer ces deux morceaux absolument fabuleux que sont DJ et Look Back in Anger. Les deux morceaux clĂ´turent le concert de fort belle manière, les musiciens prenant quelques secondes ensuite pour recevoir la tonne d’applaudissements qu’ils mĂ©ritent!

Écrit par Gaël Rinclin