Jasper Steverlinck, une voix venue du ciel

C’√©tait un √©v√©nement attendu de ce d√©but d’ann√©e: le retour de Jasper Steverlinck sur sc√®ne, au Botanique. Et preuve que le leader d’Arid ne se d√©mode pas, il a fallu s’y reprendre √† deux fois pour contenter les fans ravis de ce “come-back”, tr√®s vite soldout, la premi√®re soir√©e en a ainsi appel√© une deuxi√®me largement pl√©biscit√©. Et en grand seigneur de la pop belge, Jasper Steverlinck a tr√®s vite fait la preuve par deux.

D’abord, il y a une voix, cette voix si reconnaissable et incroyablement harmonieuse, venue du ciel pour entrer par tous les pores de votre peau. Et pour le coup, Jasper se pr√©sente √† nous, seul √† la guitare, riche de sa voix taill√©e dans le m√™me cristal aux mille carats que celle de Klaus Meine, le chanteur des Scorpions. La magie op√®re d√©j√†, dans ce rayonnement sympathique et proche du public. Et si le Flamand chevelu apporte les touches finales √† son prochain album solo (successeur du tr√®s prenant Songs of innocence sorti, quand m√™me, en 2004), que les nouvelles chansons sont bien pr√©sentes pour le plus grand plaisir de l’assistance, les chansons plus anciennes ne sont pas en reste. “J’ai voulu retrouv√© les chansons comme je les ai √©crites avant qu’elles ne deviennent des rock songs“. L’ambiance est forc√©ment diff√©rentes, notamment sur Common emprunt√© √† Arid mais l’alchimie op√®re entre pop mais aussi blues et rock, forc√©ment. Plus soul aussi comme sur son nouveau single, Things that I should have done.

Puis Jasper ne reste pas bien longtemps seul (mais tout de m√™me ensemble au vu de l’amour sans faille et spontan√© que lui porte le public, son public), et le voil√† rejoint par batteur, clavi√©riste et guitaristes pour des morceaux plus p√™chus. Toujours avec humour et douceur r√©unie comme pour une reprise qui n’en est peut-√™tre pas une, ou alors… “Je vais vous chanter une chanson qu’Ad√®le a reprise mais que, pourtant, j’ai chant√© avant elle.” Le public rigole et Jasper sort de sa besace une reprise d’un certain Bob Dylan, Make you feel my love. Un grand et fort moment. Dans ce concert √©clectique mais n’oubliant pas ses classiques, samedi, Jasper nous a prouv√© au moins une chose: on a trouv√© bien plus fort que le vent violent du dehors pour nous d√©coiffer. Et √ßa ne nous a m√™me pas d√©rang√©, bien au contraire!

√Čcrit par Alexis Seny

Alexis Seny