Interview Victoria + Jean : Show chaud!

Samedi dernier, Victoria+Jean se produisait Ă  l’Inc’Rock Festival. Un concert qui nous a Ă©bloui par l’enthousiasme communicatif du groupe mais aussi par un show light Ă©poustouflant. Scènes Belges a eu la chance de rencontrer le duo juste après leur concert, pour un entretien dĂ©contractĂ© dans les loges. Ils nous parlent de leur projet musical.

Victoria + JeanGaël pour Scènes Belges : Votre show light est très bien foutu, est-ce que vous êtes arrivés avec un produit fini ou bien apportez-vous encore des modifications ?

Jean : Des modifications il risquerait d’il y en avoir. Pas parce qu’on s’est rendu compte qu’il y avait des soucis, mais parce que c’est un gars qui est assez pointilleux, il est gourmand!
Il s’agit de Ludovic Wautier, il a entendu la musique et a cherché à nous voir en répétition, une fois il a filmé la répétition et le résultat que vous pouvez voir en live là maintenant, ça tient juste à ça!

Victoria : Il a écouté les morceaux très attentivement pour s’en imprégner, il a une mémoire musicale incroyable. Mais il faut surtout le voir à l’œuvre en direct, c’est un véritable musicien, mais aux lumières!

Comment s’est déroulée l’élaboration de l’album au niveau de la production ?

Victoria : C’est nous qui sommes venus vers les producteurs, car ils sont plusieurs.
Notre but Victoria + Jeanétait de contacter les producteurs qui nous ont fait le plus chavirer dans notre vie musicale. On a donné à chaque fois, à chacun d’eux, notre album entier et par chance, ils ont choisi des morceaux différents, ce qui fait que tout l’album a pu être réalisé avec ces différentes personnes. Si à la base, on les a choisis, ou que eux nous ont choisis, c’est aussi car nous n’avions pas grand-chose à se dire sur la manière dont on voulait bosser ensemble.

Pour le show live, David (du groupe Soldout) se joint à vous, comment est venu cette collaboration ?

Victoria + JeanJean : Nous étions amis avant de se rencontrer musicalement, et il sent bon! Quand on s’est rencontré, il me faisait me dire que pour une fois j’allais assumer ce que j’ai toujours voulu faire même si je ne savais pas si ça allait être bon.  J’en ai marre qu’on dise que les musiciens s’offrent des défis pour pouvoir paraitre. Il n’y a pas d’arrogance ni de défis en musique, on parle juste de ce qu’on sait faire et de ce qu’on assume profondément nous-même. Et lui, avec ses mots, je me suis dit « bingo », ça colle!

Est-ce que la manière d’aborder les interviews est différente dans les pays anglo-saxon?

Victoria : Non… Enfin ça dépend… Une interview est une interview…

Jean : Il ne faut pas oublier que l’Angleterre est le lieu de naissance de la presse “people“, donc ils vont te parler de la couleur de tes chaussettes ou pourquoi  tu t’es habillĂ© de cette manière en sachant que le regard de ta femme, tu ne sais pas pourquoi Ă  ce moment-lĂ , est entre la haine et l’amour. Ça, c’est la presse Anglaise! (rires)
Vous vous êtes est capable de ne pas avoir écouté l’album et d’avoir ressenti certaines choses et de faire semblant. Eux ne font pas semblant, ils te démolissent dès le départ mais tu peux encore les ravir par la suite, vous vous ravir c’est compliqué… Mais par contre quand tu aimes bien, c’est goal!

Victoria + JeanEt concernant le marché du disque anglo-saxon ?

Jean : Le marchĂ© anglo-saxon est surchargĂ©, on n’est pas plus sexy qu’un autre et c’est ce que j’aime Ă  me dire. Comme on pourrait le croire ici, qu’en Ă©tant belge on veuille fuir cette Ă©tiquette belge, mais pas du tout. On arrive lĂ -bas avec une rĂ©elle conscience de ce que nous sommes. Si tu me dis que je suis exotique, oui, que je suis sexy, oui et si tu me dis que je suis chaud… OUI ! (rires)
Et ces ingrédients-là, ils les aiment là-bas!

Dans des interviews précédentes, vous citez à de nombreuses reprises Prince comme artiste dont vous aimeriez faire la première partie, avec qui vous aimeriez collaborer, etc… Une sorte de malédiction vous entoure ?

Victoria : C’est fou hein…

Jean : Ah ben regarde on peut revenir sur une chose : nous sommes ici en compagnie de Philippe, dont le fiston (Corentin) a réalisé notre clip en Suède (ndlr : pour la chanson Härligt Sverige) et le jour de la sortie de ce clip… David Bowie s’en est allé. Le jour de la sortie du mix, Prince est décédé. Chaque fois que l’on est amené à présenter quelque chose il y a un décès.
Victoria : Donc on va devoir arrêter de donner des noms comme ça…

Du coup, qui sera le prochain artiste avec lequel vous aimeriez collaborer ?

Jean : Justin Bieber ! (rires)

Victoria + JeanVictoria + Jean

Écrit par Gaël Rinclin