Interview – Tryo : un nouvel album trĂšs engagĂ© et un retour aux sources

Tryo fĂȘte cette annĂ©e ces vingt annĂ©es d’existence. AprĂšs deux ans d’absence sur scĂšne, les quatre larrons nous reviennent enfin pour une tournĂ©e qui annonce la couleur de leur prochain album, prĂ©vu pour l’automne. Afin de nous faire patienter, il en ont dĂ©voilĂ© il y a deux jours le premier morceau, Souffler, qui bat le rythme des mouvements sociaux actuels, et appelle notamment Ă  plus de solidaritĂ© et d’honnĂȘtetĂ©, en dĂ©nonçant l’hypocrisie et les promesses sans lendemain d’une gauche dĂ©cevante, au crĂ©puscule de son quinquennat. Un clip dans lequel Renaud fait une petite apparition surprise. Et on peut dĂ©jĂ  dire que ça annonce du bon ! C’est simple, efficace, entrainant, ensoleillĂ©, c’est du Tryo comme on l’aime.

La grande premiĂšre de cette nouvelle tournĂ©e avait lieu vendredi dernier, au Wacolor. C’est Ă  cette occasion que nous avons pu rencontrer le groupe, quelques dizaines de minutes avant son concert. Ils nous parlent un peu de leur prochain album, qui semble s’annoncer comme celui du retour aux sources, comme un album sans artifice, bien ancrĂ© dans le contexte social et politique du moment. Et surtout, ils nous parlent de leur impatience de remonter sur scĂšne et de retrouver leur public !

ScĂšnes Belges : Ce soir, c’est votre premiĂšre, c’est un peu le dĂ©but de la saison des festivals, et vous avez dĂ©cidĂ© de l’entamer en Belgique. Quel est votre rapport Ă  la scĂšne belge ?

Manu : Pour en avoir rencontrĂ©, les musiciens belges sont de sacrĂ©s musiciens : ça bosse dur et ils sont trĂšs prĂ©cis. TrĂšs critiques au niveau du goĂ»t aussi. MĂȘme le public belge, au niveau musical, est difficile, ou du moins exigeant. Je pense Ă  des artistes qu’on a rencontrĂ©s
 Je pense Ă  Daniel HĂ©lin, qui est un putain de chanteur, qui a vachement pris Ă  Brel et qui, en mĂȘme temps, a vraiment sa personnalitĂ©, sa propre prĂ©sence scĂ©nique et surtout des textes incroyables !

Mali : Moi je pense Ă  Stromae, mais tu ne connais pas
 C’est un petit jeune, ça marchera pas mais c’est bien, quand mĂȘme ! (Rire)

Guizmo : Et du cĂŽtĂ© du public, c’est super de toute façon. On a toujours Ă©tĂ© trĂšs trĂšs bien accueilli en Belgique. On est de retour sur la route, on est de retour sur la scĂšne. Ça fait trĂšs longtemps qu’on n’a pas fait de date, et lĂ , c’est la premiĂšre, c’est le retour des festivals, c’est en Belgique
 On est ravi ! Et il y a un public trĂšs jeune, donc c’est bien, ça va nous mettre la pĂȘche.

Mali : On est ravi de retrouver le public, et impatient aussi. Ce soir dĂ©jĂ , mais on va encore revenir Ă  l’Ancienne Belgique et Ă  LaSemo ! Donc on ne quitte pas le peuple belge. Ce n’est que le dĂ©but !
13497745_1018439024913398_4700378962732075683_o

Avec Tryo, on aime traiter de sujets graves, mais on aime le faire avec optimisme et avec gaieté.

 

Votre nouvel album est dĂ©jĂ  enregistrĂ©, il sort en automne. Il a Ă©tĂ© produit dans un climat social et politique assez sombre en Europe. On vous sait capables de morceaux assez militants. Doit-on s’attendre à un opus engagĂ©, qui s’inscrit dans ce contexte ?

Manu : Ça, c’est sĂ»r.

Mali : Il y a deux choses. Musicalement, il y avait une envie de nous retrouver Ă  quatre, sans musiciens additionnels. Trois voix, trois guitares, un percussionniste : c’est la couleur de l’album. Sur les derniers albums, il y avait souvent des musiciens invitĂ©s, et lĂ  on avait envie de nous retrouver entre nous. Musicalement, il y a quelque chose d’épurĂ©.

En ce qui concerne le message, en effet, c’est un album qui raconte un petit peu tout ce qu’on a vĂ©cu ces derniers temps. On est des citoyens comme tout le monde et on a Ă©tĂ© touchĂ© par tout ce qui s’est passĂ© : que ce soit les attentats, l’extrĂȘme-droitisation de la France, les migrants
 Et on raconte tout ça Ă  notre maniĂšre. Mais ce n’est pas plombant du tout, hein !

Guizmo : Oui, ça reste festif ! Il faut que la joie et l’enthousiasme prĂ©dominent !

Mali : Avec Tryo, on aime traiter de sujets graves, mais on aime le faire avec optimisme et avec gaietĂ©. On a l’habitude d’avoir des textes parfois trĂšs durs mais sur des mĂ©lodies trĂšs lĂ©gĂšres et festives. Et c’est Ă  nouveau lĂ -dessus qu’on s’est retrouvĂ© pour cet album-lĂ . Mais en effet, c’est un album trĂšs engagĂ©.

13528547_1018439491580018_5920637679325442232_o
Trois voix, trois guitares, un percussionniste : c’est la couleur de l’album.

 

Aura-t-on l’occasion de dĂ©couvrir de nouveaux morceaux sur scĂšne cet Ă©tĂ©, avant la sortie de l’album ?

Mali : Oui ! Ce soir, on va dĂ©jĂ  vous jouer en trois. De nouveaux morceaux, qui sont lĂ , qui sont impatients, qui bouillonnent, qui ont envie de sortir et de rencontrer le public. Parce qu’aujourd’hui, c’est le dĂ©but des festivals et c’est vraiment super important, ce moment oĂč on livre pour la premiĂšre fois ses morceaux au public.

Guizmo : On avait envie de revenir avec des nouveautĂ©s. De ne pas retourner sur scĂšne juste pour aller sur scĂšne. On a vraiment envie de prĂ©senter de nouvelles chansons, et ça va se faire dans la continuitĂ© de la sortie de l’album et de pas mal d’autres concerts.

Mali : Puis on ressentait une certaine urgence aussi. Quand on s’est vu en octobre, on avait des morceaux. Ils Ă©taient lĂ , il fallait qu’ils sortent et qu’ils aillent Ă  la rencontre du public. C’est au-delĂ  d’un album, au-delĂ  de tout ça. C’est vraiment qu’on a envie de les chanter, tout simplement.

Manu : Puis ça fait deux ans qu’on n’a pas tournĂ©. On est en manque. (Rire)

Vous venez de fĂȘter vos 20 ans. Est-ce qu’on peut dire que c’est « l’album des 20 ans » de Tryo ?

Manu : Oui, et on les fĂȘte toujours (Rire) mais ce n’est pas ça. Ce n’est pas un album-cĂ©lĂ©bration. Ce n’est pas un bilan du groupe. C’est plus un bilan de la vie qui nous entoure, et de ce qu’il se passe en France et dans le Monde.
13490615_1018438934913407_7713908978562388016_o

Tryo sera en concert le 9 juillet Ă  LaSemo et le 30 novembre Ă  l’Ancienne Belgique.

www.tryo.com

Écrit par Jonathan Piroux

Jonathan Piroux

Reporter