Ronquières 2016 – un samedi show, show, show !

Première journée du Ronquières 2016, ce samedi, avec une affiche particulièrement alléchante.

Et premier gros coup de coeur du jour: le sympathique, pétillant et charismatique Mustii. En communion permanente avec le public, sourire dévastateur, Mustii assure un set cohérent, rythmé et accrocheur. La voix est maîtrisée, avec un timbre très personnel. Souhaitons à cet artiste aux multiples facettes un avenir digne du show qu’il nous a offert ce samedi.

Hyphen Hyphen 02

Hyphen Hyphen

C’est ensuite aux niçois d’Hyphen Hyphen d’enflammer la plaine de Ronquières. Même si le set paraît parfois désordonné, voire improvisé, c’est à une leçon d’énergie brute et de générosité que nous convie le quatuor. Véritable tornade de feu, le groupe porte le public à une intensité que les artistes suivant auront parfois du mal à reproduire. Avec un show hyper-dynamique, les français sont visiblement contents d’être là et de porter le public de la scène tribord à ébulition. On peut même se demander s’ils n’auraient pas mérité de passer plus en soirée, avec un set plus long tant l’explosion d’énergie surprend et secoue en ce milieu d’après-midi.

Jain 01

Jain

Jain, ensuite, continue de maintenir une ambiance survoltée. Inclassable brin de fille frêle et menue dans son sobre costume noir à collerette blanche, Jain conquiert le public de Ronquières avec un sourire désarmant et une folle énergie. Seule sur scène, elle remplit l’espace et offre un show musclé oscillant tout à la fois entre électro, rap, dj… C’est puissant, rythmé, dynamique, tout en restant totalement personnel et hors des sentiers battus. Reine du looper et de la boîte à rythme, la chanteuse s’offre en final un voyage sur les bras d’un public conquis, enclose dans sa bulle et exhortant ses fans à ne pas la laisser tomber. J’ai adoré !

Sympa le VIP au @ronquieres festival ! #vip #bateau

Une vidéo publiée par Scenes Belges (@scenesbelges) le

Après d’autres artistes de très haut niveau, ce qui est une des caractéristiques majeure de cette très belle première journée de festival (Sharko, Lilly Wood and the Prick, Milky Chance ou Aaron…), je me permets d’épingler le show de Puggy, que l’on ne présente plus mais qui reste une des valeurs sûres de la pop belge. Dans une mise en place parfaite, malgré un batteur diminué d’une main, sertie dans un plâtre immaculé, Puggy enchaine hits sur hits, et reste sans doute

Aaron01

Aaron

un des rares groupes où l’on a cette agréable impression de tout connaître du début à la fin, alors qu’il faut parfois attendre longtemps chez d’autres avant de se dire “ah, c’est d’eux, ça ?”. Magnifique final pour le groupe bruxellois, avec un light show enfin rendu efficace dans le soleil couchant.

Puggy01

Puggy

Car oui, c’est aussi la bonne nouvelle du jour: le retour du grand soleil pour le Festival. Et toujours ce petit plus, qui fait de Ronquières un festival particulièrement agréable et familial. Comme l’explique une des organisatrices, bénévole au bar: “nous sommes une grande famille, nous venons tous de la même école, nous nous connaissons tous, et nous avons vraiment le but de faire que tout soit au mieux. Et nos enfants reprennent le flambeau en s’investissant eux aussi.” Et c’est vrai que cela se ressent, ici peut-être un peu plus qu’ailleurs…

Mais j’en oublierais presque la tête d’affiche de ce samedi: Selah Sue. Show impeccable, au cordeau, pour la louvaniste. On est au top, avec des musiciens de très haut niveau, oscillant entre jazz, soul et ragga. L’artiste sait prendre son temps, met en valeur ses musiciens, aime à

Saleh Sue01

Saleh Sue

prendre les sentiers de campagne et à revisiter ses tubes. Bravo !

Ah, oui ! Chapeau bas aux concepteurs du nouveau light show projeté sur la tour du plan incliné. Exit le show laser, et welcome à 10 minutes de projections futuristes unanimement appréciées. Du grand art !

Écrit par Eric Beaujean