Sonambulle … ou comment j’ai encore Ă©tĂ© bouleversĂ©e par autre chose que du rock !

Ceci n’est pas un concert, c’est un moment de ma vie.

Je suis emportée puis transpercée.

Les titres et les paroles des chansons renvoient Ă  l’histoire de l’Homme, les citations dans le programme reçu au dĂ©but du show le confirment. C’est un travail de mĂ©moire, un spectacle citoyen, la prof d’histoire que je suis prend son pied ! Et en mĂȘme temps, paradoxalement, c’est comme si on ouvrait devant tout le monde mon journal intime. Mes joies, mes peines rĂ©centes, mes craintes du moment surgissent sans prĂ©venir et m’envahissent. Je souris jusqu’aux oreilles. Je tape dans les mains. Je chante. Je pleure. Putain, je pleure ! Je me sens seule. Je me sens en communion avec les chanteurs et le public. Je me sens toute nue. Je suis perdue. Je sors pas de lĂ  comme j’y suis entrĂ©e. Frissons garantis.

J’en rate ma biùre ! 9 cm de mousse et 1 cm de biùre. Une saison bio en plus!

Ceci n’est pas un compte-rendu de concert, ceci est un essai de mots, de phrases sur des impressions, mon ressenti. C’est purement subjectif et personnel. Je suis Ă  peine sortie du concert que je pianote dĂ©jĂ  sur mon gsm. Je note mon texte, ou plutĂŽt mes phrases. Impossible de tenir un discours censĂ© et construit. C’est un enchaĂźnement d’émotions diverses et extrĂȘmes. Je dois passer pour une asociale d’ailleurs. Je suis lĂ , assise Ă  une table avec ma biĂšre, seule. Les gens circulent autour de moi mais moi je lĂšve mĂȘme pas la tĂȘte, je note, j’écris sur mon gsm ce que vous ĂȘtes en train de lire. Je reste dans ma bulle le plus longtemps possible parce que je sens que si je lĂšve la tĂȘte la magie disparaĂźtra, comme le matin quand on se rĂ©veille et que l’on se promet de se souvenir de son rĂȘve


Merci mon collĂšgue adorĂ© de m’avoir embarquĂ©e lĂ -dedans.

Au oui, au fait
 C’est Sonambulle que j’ai Ă©tĂ© voir. A vrai dire, je ne sais toujours pas ce que c’est. Une chorale ? Oui. Mais pas seulement, ou en tout cas c’est le summum des chorales. Une comĂ©die musicale ? Ouais mais pas vraiment en fait 
 Enfin, on s’en approche. Tout ce que je peux dire c’est que ce sont plein de gens (40 adultes) qui reprennent des titres connus (qui vont de Monteverdi Ă  Indila en passant par Milow) Ă  plusieurs voix (2, 4, 6 jusqu’Ă  8!) autour d’un fil rouge, accompagnĂ©s par cinq musiciens, le tout chorĂ©graphiĂ© et illustrĂ© par du multimĂ©dia, des dĂ©cors simples et des voltigeurs suspendus tantĂŽt dans un drapĂ© tantot dans un cerceau.

Bref, peu importe l’étiquette qu’on y met, chorale ou comĂ©die musicale, ce qui compte c’est que ça dĂ©chire et que l’on en prend plein les yeux, les oreilles et le cƓur.

C’est dingue à quel point l’art parle directement aux ñmes.

Encore deux dates les 10 et 11 février au Céria à Anderlecht. Foncez !

Info ici : http://www.sonambulle.be/

Écrit par Patricia Herens