Amour, Dour et béquilles!

Une 29ème Ă©dition du Dour Festival qui a connu pas mal de changements d’amĂ©nagement. Mais heureusement, Ă  la fin c’est toujours l’amour et la musique qui gagnent!

Ambiance Dour 2017

Une nouvelle annĂ©e est vite passĂ©e et pour la 12ème fois consĂ©cutive on se rend Ă  Dour toujours aussi motivĂ©s! On sait qu’on aura droit Ă  d’excellents concerts et cette ambiance d’amour qui règne sur le festival durant 5 jours.
En tant d’annĂ©es on en a connu des canicules, des piscines de boue, des changements de parkings, camping, etc… La seule chose qui n’Ă©tait pas encore arrivĂ©e, c’Ă©tait devoir faire le festival en bĂ©quilles. Et donc, de tester le cĂ´té PMR du festival.

PMR signifie Personne à Mobilité Réduite. Malheureusement les accès ne sont pas au top du Ambiance Dour 2017 Soeurtop.
Ne serait-ce que le camping PMR, pourquoi était-il si loin? Après The Village (complexe comprenant les festihuts, flexhotels, etc..) et même après la Relax Zone? Choix étonnant et peu pratique.
Pour se mettre en situation et tenter de comprendre les difficultĂ©s que ça peut reprĂ©senter, le chemin jusque la Last Arena prenait entre 40 et 60 minutes (sans parler de celui jusqu’au parking). Beaucoup de festivaliers se sont d’ailleurs plains des trajets, mais imaginez exactement ce mĂŞme trajet en bĂ©quilles? A la longueur, on rajoute les difficultĂ©s dans les graviers (peu pratique en chaise roulante) ou sur les plaques en mĂ©tal assez glissantes une fois un peu de poussière dessus. Les dalles en plastique Ă©taient par contre vraiment très bien, mais trop peu nombreuses.

Ambiance Dour 2017Deux plateformes PMR pour sept scènes et trois toilettes sur les site, c’est peu. Etant donnĂ© qu’il n’Ă©tait pas simple de se rendre jusqu’au Labo ou la RedBull Elektropedia Balzaal, nous n’avons pas pu profiter pleinement de la programmation allĂ©chante de ces deux scènes.
Pour le coup, il y a quelques petits Ă©lĂ©ments Ă  amĂ©liorer pour faciliter rĂ©ellement l’accès au festival pour les PMR. Heureusement nous avons pu compter sur l’ASBL Intro / Inter et leur Ă©quipe de bĂ©nĂ©voles pour essayer de nous faciliter les choses au maximum.

A présent, passons à tout ce que le festival peut offrir de positif!
On commence Ă©videmment par les concerts! La programmation Ă©volue afin de coller au mieux avec les tendances actuelles et on trouve toujours de quoi se contenter. Un peu moins de conflits d’horaires que par le passĂ©, on y gagne.
Ambiance Dour 2017Ensuite il y a les festivaliers! Toujours autant rempli d’amour et de compassion lorsqu’ils constataient la galère que c’Ă©tait pour nous. Certains n’hĂ©sitant Ă  nous aider comme ils le pouvaient. On ne retrouve cette formidable ambiance dans aucun autre festival.
La qualité globale du son lors des concerts est à remarquer également. Que ce soit dans les chapiteaux ou en plein air, le son était très bon.
Les infrastructures de la Redbull Elektropedia Balzaal, qui continue d’offrir un espace diffĂ©rent aux festivaliers friand de musiques Ă©lectroniques en tout genres. Avec les 15 VJ’s se relayant pour nous offrir des effets vidĂ©os des plus adĂ©quats pour ce lieu.
Ambiance Dour 2017 Redbull Elektropedia

Place aux concerts !

Caballero & JeanJass :

Les deux acolytes sont dans une forme olympique pour chauffer le public, déjà très nombreux, du festival de Dour. Qu’il y ait 50 ou 10.000 personnes, ils se donnent à fond et mettent le feu. Deux artistes inratables en live, tant la communication avec le public et entre eux est magique. Voilà qui démarre le festival sur les chapeaux de roue pour nous!

Damso :

Qu’on aime ou pas sa musique, il est indĂ©niable que Damso met un sacrĂ© bordel dans le chapiteau. L’ambiance est chaude et lourde dans une Jupiler Boombox qui ne demande que ça ! On assiste Ă  une performance digne de la hype qu’engendre cet artiste. Avec en bonus VALD qui dĂ©barque pour foutre un plus gros bordel. Ambiance au top!

M.I.A. :

Mathangi « Maya » Arulpragasam ramène les foules devant la Last Arena. Le public est bouillant, l’artiste prĂŞte Ă  en dĂ©coudre mais malheureusement la magie n’opère pas. Quelques problèmes de micro n’aideront pas MIA mais elle termine son show de manière très pro. Et ça nous aura quand mĂŞme bien fait plaisir de la revoir.

A-Trak :

Le DJ nous a livrĂ© un set millimĂ©trĂ©, plein de puissance et de diversitĂ© MĂŞme si le public Ă©tait moins nombreux au dĂ©part du set, on a vu les groupes de personnes s’agglutiner au fur et Ă   mesure de l’avancement du set. Un show light et des projections assez sympa qui accompagne bien les enchaĂ®nements du Dj! VoilĂ  qui clĂ´ture parfaitement cette première soirĂ©e de festival!

The Lemon Twigs :

L’efficacitĂ© est au rendez-vous dans la Petite Maison dans la Prairie en ce dĂ©but de journĂ©e. Le groupe envoie sa pop-rock teintĂ©e de psychĂ© avec une justesse impeccable. Pas de faux pas, tout est assez carrĂ©, un excellent concert pour dĂ©marrer la journĂ©e!

Idles :

Très bonne prestation du groupe anglais, dont le chanteur fera l’effort de s’exprimer en français la plupart du temps. Le public arrive petit Ă  petit sur le concert et se fait vite happer par la puissance post-punk / new-wave du groupe. Ils dĂ©gagent une intensitĂ© qui vous empĂŞche de quitter cette tente tant c’est bon! Pas mal de chansons du nouvel album compose la setlist et c’est avec plaisir qu’on les dĂ©couvre en live.

Kate Tempest :

La tornade Kate Tempest est passĂ©e par Dour et quelle rĂ©ussite! Son flow impeccable et intraitable ajoutĂ© Ă  sa prĂ©sence scĂ©nique ont emportĂ©s la Jupiler Boombox. Ses mots sont justes et touchent exactement oĂą il faut. La demoiselle est accompagnĂ©e par deux musiciens, ensemble ils ont fourni un show complet et captivant pour tout le public. C’est une artiste d’une rare intensitĂ© qu’il ne faut pas rater en concert!

St Paul & The Broken Bones :

En voilĂ  un groupe qu’il ne fallait pas rater non plus! Originaire d’Alabama, ils nous ont livrĂ©s leur soul-folk de toute bonne qualitĂ©. Le chanteur Ă  une prĂ©sence incroyable sur scène qui nous aide Ă  nous laisser emporter par la musique. Ils sont assez rare en Belgique, nous Ă©tions donc bien content qu’ils soient programmĂ©s ici Ă  Dour.

Temples :

Premier passage par le festival pour ce groupe de rock psychĂ©dĂ©lique et ils n’ont pas manquĂ©s l’examen d’entrĂ©e! Leur musique nous laisse voyager dans les univers que l’on dĂ©sire. En fermant les yeux chacun peut se faire son propre voyage tant leurs mĂ©lodies sont variĂ©es. Tout ça accompagnĂ© d’un show light aussi psychĂ© que la musique et voilĂ , vous avez la combinaison gagnante pour ce genre de musique.

The Strypes :

Retour gagnant pour les jeunes anglais! Même s’ils sont encore assez jeunes, la maturité scénique dont ils font preuve fait plaisir à voir. Le public reprend les refrains en chœur et ça fait mouche! Du tout bon rock influencé par le blues, allié à une arrogance toute anglaise ont réussi à séduire toute la Caverne!

Goldie :

Le célébrissime Dj anglais de Drum&Bass avait la lourde tâche de jouer vers 21h30. Dans certains festival ça peut paraître tôt pour ce genre de set, mais pas à Dour! L’espace Redbull Elektropedia Balzaal à beau être énorme, il est bondé! L’aménagement des écrans et des lumières est fidèle à la tradition et nous emmène dans un autre festival. Cette scène fait de plus en plus office de seconde mainstage à Dour. Le set de Goldie est très réussi, avec pas mal de classiques qui font plaisir à entendre malgré les années qui passent.

Vitalic :

On sait pourquoi on va voir Vitalic et on n’a pas Ă©tĂ© déçu! Son show light est impressionnant, ajustĂ© au poil et Ă  l’efficacitĂ© sans Ă©gal. Le public rappliquera en masse sur la plaine de la Last Arena au fur et Ă  mesure que le concert avance. Les nouveaux morceaux passent aussi bien que ses classiques qu’il distille tout au long du set. C’est avec plaisir qu’on dĂ©couvre son nouveau show et qu’on retournera certainement le voir!

Møme :

Le très prolifique Dj/Producteur français est venu pour faire le show et quel show! Il se balade sur scène avec son Keytar et harangue la foule à la moindre occasion. C’est un plaisir pour lui de venir jouer dans ce festival si particulier et il donne tout ce qu’il a! La tente est bondée et ça danse dans tous les sens. Voilà de quoi clôturer ce deuxième jour en beauté!

HER :

Malheureusement le concert se dĂ©roule sans Simon, très malade. Mais ça n’empĂŞche pas le reste du groupe d’avoir la pĂŞche et d’assurer ça comme il faut. Beaucoup d’artistes entendent parler du festival de Dour et semblent heureux d’y jouer. Ce bonheur est très communicatif avec le public qui rĂ©agit au quart de tour tout le long du concert. Leur pop teintĂ©e de soul agit efficacement dans une Petite Maison dans la Prairie bien remplie.

Circa Waves :Circa Waves Dour 2017

Le quatuor de Liverpool envoie la sauce de manière ultra impeccable. Ils ne peuvent pas cacher leurs origines et influences et c’est tant mieux! Parce que ça reste des influences, qu’ils rĂ©ussissent Ă  mettre Ă  leur sauce. Ils dĂ©roulent leur set avec beaucoup d’Ă©nergie, une atmosphère qui convient parfaitement Ă  la Caverne. Qu’il est agrĂ©able d’entendre leurs guitares rugir!

Two Door Cinema Club :

Un peu de pop-rock sautillant en ce début de soirée? Voilà le délicieux plat servi par le groupe Nord-Irlandais qui ramène déjà pas mal de monde sur la Last Arena. Une très bonne setlist best-of qui lance la soirée de la meilleure des manières. On ne les aurait pas vu à un meilleur horaire, bien joué messieurs les programmateurs!

The Kills :

Alison Mosshart - Dour 2017

Jamie Hince - Dour 2017

Comme le dit Ponpon pour les annoncer, inutile de prĂ©senter Alison Mosshart et Jamie Hince, voici The Kills! Et quelle claque d’entrĂ©e! Le son est excellent, leur prĂ©sence Ă©poustouflante et ça ne retombe pas Ă  plat, loin de lĂ . On assiste Ă  une performance digne de ce nom qui vous scotche au mur, quel plaisir. Deux semaines après leur concert Ă  Rock Werchter, on ne boude pas notre plaisir de pouvoir les apprĂ©cier dans une ambiance plus intimiste.

NAS :

C’est en vĂ©ritable patron que NAS revient fouler la scène de la Last Arena de Dour. Sa prestation est aussi bonne  qu’il y a deux ans lorsqu’il est venu jouer l’intĂ©gralitĂ© de son album mythique Illmatic. Ici nous avons la chance d’avoir un panel plus Ă©tendu de son rĂ©pertoire, avec en bonus le morceau Shook One en hommage Ă  Prodigy de Mobb Deep. Une des meilleures prestations de ce festival, et vu le nombre impressionnant de personnes, le festival Ă  eu raison de faire revenir maĂ®tre NAS!

Jonwayne :

VoilĂ  un artiste complètement en dehors du rap-game. Il est atypique au possible, reste relativement immobile derrière son micro et pourtant sa prĂ©sence est incroyable. Son flow singulier sĂ©duit les festivaliers venus assez nombreux pour assister Ă  sa performance. On remercie Lefto d’avoir programmĂ© un tel artiste sur le festival, une des meilleures dĂ©couvertes de cette annĂ©e.

Shobaleader One :

Le side-project du bassiste de Squarepusher est venu retourner le cerveau des festivaliers de Dour! Un show light inversement proportionnel Ă  la complexitĂ© musicale du groupe. C’Ă©tait un concert intense dont on a mis un petit temps à redescendre mais que c’Ă©tait bon! Pas Ă©normĂ©ment de communication avec le public, mais on sait que ce n’est pas le style de la maison.

Igorrr :

Nous avons rarement vu un groupe se faire autant acclamĂ© AVANT sa prestation! Alors que le DJ et les chanteurs se mettent en place sur scène et effectuent les tests micros, il y a dĂ©jĂ  une bonne centaine de personnes qui scande le nom du groupe. Leur retour en formation live Ă©tait attendu et ils n’ont pas déçus! Il est tout de mĂŞme assez marrant de voir le visage interloquĂ©/dĂ©composĂ© des personnes qui ne connaissaient pas le groupe avant de les voir sur scène. VĂ©ritable ovni mĂ©langeant le breakcore avec du lyrique, de la polka, etc… RĂ©ussite tonitruante pour le groupe qui est acclamĂ© en fin de set comme peu l’ont Ă©tĂ©. Un autre grand moment du festival qu’on est heureux d’avoir pu vivre.

Machinedrum :

Travis Stewart nous a gratifiĂ© d’une excellente performance. Laissant la place majoritairement Ă  son dernier effort, Human Energy sorti sur l’excellentissime label Ninja Tune. Il nous faudra cependant partir avant la fin pour nous diriger vers la Petite Maison dans la Prairie et le concert de Rone.

Rone :

Rone aka Erwan Castex en est Ă  son 4ème passage sur la plaine de la Machine Ă  Feu. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il nous a encore bluffĂ©! Setlist parfaitement arrangĂ©e, les enchaĂ®nements sont d’une grande qualitĂ©. Ainsi que son show light très travaillĂ© qui complète l’ambiance musicale du français.

Die Antwoord :

Dommage mais nous n’avons pas assistĂ© Ă  la meilleure prestation du groupe Sud-Africain. Quelques problèmes de niveaux de micros rendaient les parties play-back assez flagrantes. Alors oui ils en envoient plein la vue avec les Ă©crans gĂ©ants, une sorte de spectacle burlesque moderne. Mais au niveau du son ce n’Ă©tait pas le top. Ce n’est pas grave, on repassera car on connait la puissance que le groupe est capable de dĂ©livrer.

The Gaslamp Killer :

Troisième venue en Belgique en 6 mois pour le DJ de San Diego. Après ses passages au DĂ©pĂ´t Ă  Leuven et Ă  l’AB de Bruxelles, il vient nous distiller sa science des dj set Ă  Dour! Il adapte ses sets Ă  l’audience, tout en gardant ses passages classiques comme les parties 8bits, hip-hop ou orientales. Il retourne vĂ©ritablement le chapiteau et nous assène d’une multitude de nouveautĂ©s issues de la cĂ´tĂ© ouest des Etats-Unis. Le label Brainfeeder est fièrement reprĂ©sentĂ© par The Gaslamp Killer cette annĂ©e au festival!

Deap Vally :

Lindsey (guitare) et Julie (batterie) ont eu la tâche compliquĂ©e de rĂ©veiller pas mal de festivaliers de la Caverne en ce dernier jour de festival. Tout le monde le sait, les dĂ©buts d’après-midi du dimanche sont difficiles Ă  Dour. Cependant le duo n’en a que faire et offre une performance  pleine d’Ă©nergie aux courageux prĂ©sent qui apprĂ©cient. Une dernièrejournĂ©e qui dĂ©marre fort bien.

Deap Vally - Dour 2017

Alaclair Ensemble :

Quelle dĂ©couverte! Ce collectif quĂ©bĂ©quois a retournĂ© la grosse centaine de personnes prĂ©sentent dans un Labo chaud bouillant! Les meilleurs reprĂ©sentants du style post-rigodon du Bas Canada ont dĂ©montrĂ©s leurs diversitĂ©s de beats et leur capacitĂ© Ă  enflammer les foules. MĂŞme s’il y a quelques problèmes de micros, ils ne se laissent pas dĂ©monter et assurent le show Ă  la perfection. Et encore un merci Ă  la programmation du festival pour oser ce genre de pari!

Hanni El Khatib :

Il est rare de voir un musicien venir faire lui mĂŞme ses balances aussi prĂ©cisĂ©ment en festival, mais c’est qu’il aime faire les choses bien ce rocker de Los Angeles. Ses prestations live sont tonitruantes et ont ce cĂ´tĂ© sale qu’on aime tant. Quelques morceaux du nouvel album mais sans oublier ses classiques si efficaces qu’ils entraĂ®nent de beaux pogos dans les premiers rangs.
C’Ă©tait le dernier concert de cette partie de tournĂ©e mais il sera de retour le 05 Octobre au Botanique et si vous aimez ce genre de rock, prĂ©cipitez vous sur les places! As usual misterHEK, Fuck it. You Win!

Metronomy :

On n’a pas su assister Ă  l’intĂ©gralitĂ© du concert pour cause de chevauchement avec le prĂ©cĂ©dent. Mais il est toujours agrĂ©able de voir Metronomy, mĂŞme en prenant le concert en court! Ils prennent du plaisir sur scène et le communique bien avec le public joyeusement rĂ©parti sur la plaine. Un tout bon set de festival tout comme Two Door Cinema Club deux jours plus tĂ´t.

Sleaford Mods :

Les anglais livrent une prestation comme ils en ont le secret. D’un cĂ´tĂ© la nonchalance du lanceur de beats couplĂ©e Ă  l’intensitĂ© de l’aboyeur font mouche parmi le public qui semble dĂ©jĂ  bien connaitre les deux zigotos. MĂŞme si ce n’est pas la première fois qu’on assiste Ă  leur prestation, on y prend Ă  chaque fois toujours autant de plaisir!

Ambiance Dour 2017

Pour clôturer, le classique top / flop de cette année.

Tops :

+ La diversité de la programmation musicale
+ Les festivaliers
+ L’ambiance
+ La qualité globale du son
+ Le dévouement des bénévoles Intro
+ Les installations de la Redbull Elektropedia Balzaal
+ La tonne d’amour brassĂ©e pendant le festival!

Flops :

– Les parkings
– Les trajets et le cĂ´tĂ© PMR
– Les toilettes

Dour, I love you, but you’re bringing me down!

Dour 2017

 

PS: Je tenais personnellement Ă  remercier Pieter, le reponsable de l’ASBL Intro prĂ©sent sur place ainsi que Santo, pour nous avoir tant aidĂ©s.

Écrit par Gaël Rinclin