Esperanzah! fait peau neuve notre plus grand plaisir !

Esperanzah! a grandi. Esperanzah! a appris de ses erreurs. Esperanzah! nous a offert un premier jour de festival au top, avec comme principal point fort d’avoir r√©ussi le pari d’am√©liorer la fluidit√© du site. Enfin!

Fini cette sensation d’√™tre constamment en train de faire la file et de subir une orga l√©g√®rement √† la ramasse, victime de son succ√®s. En effet, on avait pris l’habitude de consid√©rer le site de l’Abbaye de Floreffe comme √©tant √† la fois la principale qualit√© du festival et son principal d√©faut. Si le cadre idyllique des lieux, qui s’√©tale sur plusieurs paliers, a toujours marqu√© l’identit√© de l’√©v√©nement, il faut reconna√ģtre qu’avec l’affluence croissante des festivaliers, un effet couloir et une pression omnipr√©sente venaient ternir quelque peu le tableau. Pour moi, c’√©tait devenu une fatalit√©… Esperanzah! ne pouvait r√©gler ce probl√®me qu’en¬†r√©duisant la capacit√© humaine du site ou en¬†d√©m√©nageant. Et pourtant, c’est en r√©agen√ßant les espaces que l’organisation a r√©ussi √† offrir une vrai bulle d’oxyg√®ne √† son public.

Parmi les nouveaut√©s de cette ann√©e, on applaudit¬†une modification pertinente de la configuration des sc√®nes, repens√©es en termes d’identit√© musicale. Exit la sc√®ne « d√©couvertes » qui √©tait enclav√©e entre les murs du terrain de basket et bienvenue √† la sc√®ne Alpha, plus ouverte et moins dense, tout en √©tant mieux mise en valeur. Les deux sc√®nes principales, « C√īt√© Cours » et « C√īt√© Jardin », n’ont pas chang√©, si ce n’est qu’elles ont √©t√© rebaptis√©es « Jardin » et « Futuro ». Le Village des Saveurs, qui permet de se restaurer tout en portant les valeurs ch√®res √† Esperanzah! (circuit-court, alimentation bio, respect de l’environnement) s’√©tale maintenant sur deux niveaux et offre une grande diversit√© gustative. Les espaces sont ainsi all√©g√©s mais plus nombreux… Et on red√©couvre le plaisir de se perdre dans les d√©dales d’Esperanzah! Un vrai bonheur.

C√īt√© musique, le vendredi soir arborait des teintes swinggy-jazzy aux accents jama√Įcains, apr√®s une mise en jambe rap et techno. C’est en effet le belge Scylla, ogre au coeur drap√© de velours, qui inaugurait la sc√®ne Jardin de son¬†rap engag√©, sans concession, non apprivoisable, balan√ßant des morceaux d‚Äôune profonde et rare sensibilit√©. C’est ensuite l’ovni Jacques qui a pris¬†le relais, un peu trop t√īt √† notre go√Ľt, sur la sc√®ne Futuro. Je ne me lancerai pas dans l’exercice p√©rilleux de d√©crire l’√©nergum√®ne. Je pr√©f√®re m’en remettre √† ses propres mots. « Jacque + Jacque = Jacques est une √©quation qui synth√©tise bien la personnalit√© prot√©iforme de cet artiste capillairement perturb√©. Jacques tricote des guirlandes de bruits cr√©√©es √† partir des sons de la nature et des choses et objets du quotidien. Il en fait une musique au croisement de la techno et de la musique concr√®te, la techno ¬ętransversale¬Ľ. » En gros le mec bidouille des loops techno de mani√®re organique, √† partir de sons qu’il produit avec les objets qui l’entourent. Ses instruments peuvent √™tre un bic √† quatre couleurs, une feuille de papier chiffonn√©e ou encore un extincteur.

La suite de la soir√©e fut marqu√©e par les sets de Protoje, Gr√©gory Porter et Proleter. V√©ritable figure de proue du mouvement « reggae revival », Protoje nous a balanc√© durant pr√®s d’une heure un reggae classique mais l√©ch√© √† la perfection,¬†exprimant la col√®re de ses fr√®res √† travers des lyrics conscients, responsables et socialement engag√©s.

Je raterai malheureusement ensuite un bonne partie du set de Gregory Porter mais il faut bien faire une pause pour se ressourcer de temps en temps. Je peux cependant vous dire que le groove velout√© du chanteur am√©ricain a peut-√™tre offert au public d’Esp√© un des moments d’√©motion les plus abouti de cette √©dition.

La soirée se terminera sur le set endiablé, alliant hip-hop, electro, jazz et swing du français Proleter, balançant un son de qualité, dans lequel se mêlent organique et electro avec une fluidité naturelle.

On se couchera enfin repu des cette premi√®re journ√©e de qualit√©. Et on vous donne rendez-vous demain pour la suite de l’aventure!

Stay tuned…

√Čcrit par Jonathan Piroux

Jonathan Piroux

Reporter