Lysistrata + The Guru Guru : d√©ferlante sonore √† l’Atelier 210

Ce mardi √† l’Atelier 210, The Guru Guru et Lysistrata ont pris un malin plaisir √† appliquer les meilleurs recettes de l’indie rock moderne. Excellente d√©couverte pour l’un, grosse confirmation pour le second… Et une bonne claque musicale pour soigner un mardi soir un peu morne !

Lendemain de jour f√©ri√©, mardi soir pluvieux, longue journ√©e de boulot… Il ne fallait pas chercher bien loin les excuses qui auraient pu nous convaincre de rester le cul sur le canap’ devant The Voice… M√©diocre programme, vous en conviendrez, mais l’affiche all√©chante de l’Atelier 210 et une √©thique musicale √† toute √©preuve (…) un ont eu raison de cette maudite flemme.

Venus du Nord du pays, The Guru Guru nous a mis une sacr√©e mandale d’entr√©e de jeu. La faute √† un chanteur au charisme… particulier. Habit√©, Tom Adriaenssens parcourt la sc√®ne et, tel un pr√™cheur hyst√©rique, harangue le public. Derri√®re, le groupe assure, notamment la section rythmique parfaitement en place. La recette math-rock/noise est¬†certes connue, mais les influences sont bien dig√©r√©es et l’√©nergie est communicative. Une bonne entr√©e en mati√®re !

Difficile de d√©crire ce que l’on ressent √† l’√©coute de¬†The Thread, excellent premier album de Lysistrata. Un sentiment d’urgence, de rage adolescente √† peine contenue qui, pour notre plus grand bonheur, est d√©cupl√© en live. Pourtant, le trio parait r√©serv√© √† son entr√©e en sc√®ne. La communication est br√®ve, sinc√®re. Pas de bullshit, la musique d’abord, on appr√©cie. D√®s les premi√®res notes, le son est tr√®s puissant, les voix √©corch√©es. Ben (batterie) a du mal √† mod√©rer son √©nergie et arpente la sc√®ne tel un lion en cage lors des courtes pauses n√©cessaires √† ses coll√®gues pour r√©-accorder leurs instruments. Il faut dire que les grattes sont violemment malmen√©es, entre arp√®ges typiquement post-rock, m√©lodies et rythmiques complexes, explosions post-hardcore et larsens d√©chirants. Une jouissive d√©ferlante sonore !

Le groupe remercie le public avant un dernier morceau, – « pas de rappel, on n’en fait jamais« . Le coup de gr√Ęce est port√© et le trio quitte la sc√®ne sur une temp√™te de larsens… 2h30 apr√®s l’avoir quitt√©, c’est les oreilles sifflantes et le sourire aux l√®vres que l’on retrouve notre canap√©, les joues encore rouges vif du double soufflet ass√©n√© par Lysistrata et The Guru Guru.

√Čcrit par Martin Rossignol