[PIAS NITE] : Une Ă©dition rock, rock, rock !

Retour sur une soirée chez PIAS, label de musique indépendant situé en plein Bruxelles, en étroite collaboration avec 62TV. Le concept de la [PIAS Nite] a pour but d’élargir nos horizons musicaux en nous proposant des prestations live de leurs artistes. Ce soir, on a eu l’immense plaisir de découvrir Whatever!, Okay Monday ainsi que Mujeres, trois trios issus de trois pays différents, qui viennent de faire leur entrée dans le label.

Le premier groupe qu’on a la chance de dĂ©couvrir est un groupe belgo-belge ardennais, Whatever!. Avec leurs mĂ©lodies pop, ensoleillĂ©es, agrĂ©mentĂ©es d’un brin de rock’n’roll, il nous a fait voyager jusqu’en Californie sous une chaleur de plomb ! Ce soir Ă©tait la « release party » de leur tout nouvel EP « Hello, are you real », qui, pour la petite info, partage le vinyle avec un autre groupe qui n’est autre que Aron D’Alesio.

En les écoutant, on a envie de partir en roadtrip, sur un coup de tête, les cheveux au vent et la musique à fond ! Ce qui est vraiment bien lors de leurs différentes interprétations, c’est que dès le début de chaque morceaux, ils envoient une énergie de folie, qui nous fera danser jusqu’à la fin. Le rythme ne se perd jamais, et ce, grâce à la fantastique communication du groupe face à un public hyper réceptif !

Au dĂ©tour du stand de merchandising, on a fait la rencontre d’un des membres du groupe, Nicolas Nollomont (guitare/chant), qui nous a expliquĂ© brièvement leurs dĂ©buts. L’anecdote, c’est qu’en fait lui-mĂŞme et Robin Thirion (batterie/chant) ont commencĂ© ensemble Ă  apprendre la musique et ont fait naĂ®tre le projet il y’a environ 10 ans. Et puis, 5 ans plus tard ils ont fait la rencontre de l’actuel chanteur/bassiste, Justin Deloye. Ils ont commencĂ© alors Ă  arpenter les scènes ardennaises et bruxelloises deux ans plus tard, car « Ă  un moment il fallait se lancer ». 

Au vu des années passées à travailler avant de monter sur scène, on comprend mieux pourquoi ils dégagent entre eux une si belle alchimie et une cohésion presque symbiotique. Le résultat est ici surprenant, entraînant et énergisant ! On valide !

Soit dit en passant, le morceau ci-dessus nous rappelle vaguement la rythmique et certains accords d’Allah-Las je trouve !

Après s’ĂŞtre remis de nos Ă©motions, il est temps de retrouver Okay Monday. Un groupe français, originaire de Lille, qui qualifie sa musique de « Power-Pop », mĂ©lodique et agrĂ©mentĂ©e d’une Ă©nergie folle ! Le trio arrive sans prĂ©venir et lance dans la foulĂ©e le premier morceau, qui nous captive très rapidement. On retrouve donc sur scène AurĂ©lien au chant et Ă  la guitare, Jeremy Ă  la basse et Jean Ă  la batterie. Sous leurs airs de premiers de la classe dans des costumes ajustĂ©s, le groupe nous emporte avec lui au fond d’un vieux garage, en plein Ă©tĂ©, oĂą se mĂŞlent bières, rock et sueur ! La voix angĂ©lique du chanteur au dĂ©but de certains titres prend rapidement une toute autre texture, qui visiblement interpelle le public.

Jay-Fox Photos

On ne peut pas dire que le groupe produit un pop-rock banal ! En effet, à travers leurs interprétations ils nous envoient des paroles pimentées de cynisme et d’humour noir !
Leur désinvolture à la fois adolescente et rebelle saccage tous les codes possibles, en tombant lourdement dans un cliché qu’on adore !

Mis à part les deux ballades « Baby I’m A Rocket » et « Queen Of The Prom », le reste des morceaux ne dépasse pas (ou à peine) les 3 minutes. On a l’impression que chaque titre est une flèche musicale aiguisée et travaillée, qui atteint sa cible en plein dans le mille. Effectivement, pas de chichis, pas d’artifices, pas de zèle inutile : en voilà un groupe simple et efficace. Ils ont par ailleurs enregistré cet album condensé en live en trois jours.

Bref, en 40 minutes de live hypertonique, Okay Monday nous a rappelĂ© notre adolescence et nous a fait rĂŞver le temps d’une soirĂ©e du fameux « American Dream ». Pour ma part qui ne connaissais pas du tout le groupe, j’ai Ă©tĂ© agrĂ©ablement surprise par ce boys band ainsi que par leur univers, aussi puissant que dansant.

Que le temps passe vite! DĂ©jĂ  le dernier groupe, on me souffle qu’apparemment les gars viennent tout droit d’Espagne. J’ai hâte de voir ce que ça va donner !

Mujeres c’est 4 amis Barcelonais (Pol, Yago, Marti et Aitor) qui tournent depuis maintenant 6 ans dans toute l’Europe mais aussi aux Etats-Unis !
En parlant de Barcelone, la ville est très vite devenue un carrefour important entre des musiques pop, rock-garage, et électro en tout genre grâce à son célèbre festival « Primavera ».
Primavera donne un coup de boost aux nouveautés locales, qui tentent de se frayer un chemin parmi tous ces groupes anglophones mis en avant sur leurs plages de cartes postales.

Leur tout nouvel album, «Un Sentimiento Importante», nous parle de relations humaines, de ce qui nous rassemble et ce qui nous sépare. Les dix chansons (qui représentent aussi le nombre d’années du groupe !) ont fait danser dès le début tout le public présent dans l’intimiste salle de concert de Chez PIAS.

Jay-Fox Photos

Jay-Fox Photos

Mujeres revisite la nouvelle scène garage-pop américaine (à  la sauce catalane évidemment) en ajoutant des airs et des mélodies propres à leurs origines. Ils imposent leur propre vision du rock-garage et je dois dire que le chant espagnol couplé aux instru’ hyper percutants donne un charme fou au live ! ! C’est ce même charme qui nous rappelle que la Californie a de profondes racines espagnoles, et que tout ce qui nous a toujours fait vibrer dans ce garage-rock baigné par le soleil et de mélodies prenantes ne vient pas de nulle part!

Les morceaux s’enchaînent, et le public se laisse envoûter par la voix sensuelle et mélodique du chanteur ! On n’a pas envie d’en voir la fin. Et le groupe non plus. C’est pourquoi après le tout dernier morceau de l’album, les espagnols ne se laissent pas avoir par cette fin préméditée et restent à leur place, en annonçant une reprise péruvienne. Une reprise en entraînant une autre, personne ne remarque que le groupe a dépassé son timing depuis belle lurette. Preuve que le public est happé, captivé par leur performance.


En résumé, ce fut une soirée riche en découvertes, dans un endroit très élégant, et ayant une excellente acoustique. De la Belgique à l’Espagne, en passant par la France, on a eu droit a différentes versions d’un même style, mettant en lumière l’identité unique de chaque groupe.

Écrit par Solenn Gousset