Esperanzah ! day two : quelque part entre nostalgie et tubes d’été.

Cette deuxième journée à Esperanzah était incontestablement placée sous le signe de la chaleur ! Pour nous accompagner sous le cagnard, Oum, Goran Bregovic, Juicy, Naâman et autres jolies découvertes !

Photo : Gaetan Nadin

Un réveil plutôt difficile après la tornade de concerts de vendredi soir ! On ne va pas se mentir, l’affiche plus « soft » de ce samedi a fait un bien fou ! C’est sur les mélodies enflammées de Bai Kamara JR. que j’ai enfin ouvert les yeux ! Née en Sierra Leone, c’est en Belgique que l’artiste a posé ses valises pour faire vivre son art. Et sur la scène Jardin qu’il nous fait profiter de sa voix chaleureuse. Un concert agréable à souhait, la recette idéale pour démarrer la journée.

Posée dans le jardin, j’entends au loin la soul tropicale de Liniker E OS Caramelow qui accompagne mon premier verre. Des compositions intéressantes qui n’auront toutefois pas raison du petit lopin de terre sur lequel je suis installée confortablement … C’est pour assister au concert de Oum que je migre vers la scène Alpha. Ombragée, intimiste, cette scène m’aura décidément séduite. Sa voix sensuelle me berce et me fait voyager dans un univers oriental, saoul et jazz. C’est très clairement ma découverte, mon coup de cÅ“ur de cette édition.

Photo : Morgane Lambert

Et puis vint ce qu’il devait arriver : Goran Bregovic, éternel ambassadeur de de la mixité culturelle, avec ses sons teintés de rock, de reggae et de musiques balkaniques ! J’entends ses chansons dans mon salon depuis que je suis gosse, la chanson « Ederlezi », du film « Le Temps des Gitans », résonne encore en moi. Alors ce concert, c’est quelque part une madeleine de Proust, un flash-back dans mon enfance. Trêve de nostalgie, je plonge dans la foule pour palper l’ambiance, m’en imprégner et me laisser emporter. Le mercure monte d’un cran lorsque l’artiste entonne sa reprise de l’air de résistance désormais ultra connu, « Bella Ciao » ! Tout le jardin danse, pieds nus, se sourit et ne cesse d’être heureux ! C’est tellement ça Esperanzah !

Changement radical de registre, je rejoins ma petite scène préférée pour acclamer les copines de chez Juicy ! Les reines du R’n’bitch n’en sont pas à leur coup d’essai : elles ont enchaîné les festivals belges cet été, et posent leur synthé sur les planches de la scène Alpha. Les filles s’amusent très clairement, elles sont enjouées et prennent un malin plaisir devant un public ultra réceptif ! On on aime tellement les voir se trémousser comme des cow-boys, c’est ça tout leur charme : beaucoup d’auto-dérision, des textes bourrés d’humour sur les relations hommes-femmes notamment. Carton plein donc pour ce concert qui fait un bien fou !

C’est Naâman qui clôture cette chaude journée sur la scène Futuro. Étoile montante du reggae français, il développe un son moderne grâce à un flow groovy et mélodieux. Une affiche quelque peu terne par rapport à la folie du vendredi soir, je reste attentive mais pas comblée par ce concert de fin. Radio Bistrot aura raison de moi !

 

 

 

 

 

 

Écrit par Thaïs Baugniet