Un vendredi sur les chemins de traverse du BSF

Ce vendredi le BSF, nous avions notre programme tout tracé. Ce serait la Place des palais avec Calixico et Deus. Valeurs sûres. Risque zéro. Et puis on s’est laissé emmener sur des chemins de traverse. Et les surprises furent belles !

C’est donc tout naturellement que nous démarions la journée en écoutant RO x Konoba qui ouvrait la scène principale du festival bruxellois. Tout en simplicité, le groupe a facilement fait danser le public.

Détour par le Mont des Arts qui accueillait Glass Museum.

Les deux garçons, l’un au piano, l’autre à la batterie, placés face à face se sont livrés à un véritable exercice de style.

Quelle musicalité : la maîtrise absolue des instruments n’empêchant absolument pas la spontanéité. Le public ne s’y trompe pas, il entre dans la bulle formée par le duo et très vite plus rien d’autre n’existe. Du très haut vol.

Portés par cette découverte, nous décidions de changer nos plans initiaux et de n’écouter que notre curiosité. Nous choisissions donc de nous rendre à la Madeleine pour General Elektriks.

Le groupe français d’électropop présentait son nouvel album « Carry No Ghosts ». La Madeleine était pleine à craquer et l’indicateur de décibels montait dans le rouge reflet de l’ambiance surchauffée. Le groupe mouille la chemise offrant un concert énergique et très original. Un des coups de cœur de ce BSF.

Alors que Deus soulevait la Place des Palais, nous décidions de nous poser au Mont des Arts pour le concert de Fink. L’artiste se fait rare et l’on sait que ses concerts valent le détour. Alors que les albums studio se veulent plutôt blues, sur scène c’est une configuration plus rock qui attend les spectateurs. Avec une voix absolument sublime, l’Anglais crée une atmosphère intrigante qui aspire le spectateur.
Notre déception n’est pas musicale mais plutôt organisationnelle. Pourquoi programmer simultanément des artistes complémentaires ? Le Mont des Arts n’aura jamais connu l’affluence, laissant parfois les artistes dubitatifs face au public clairsemé.

Mais c’est sans doute aussi un peu le jeu des festivals.

Xavier Piron & Christelle Cotton

 

 

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter