Fast, Hard and British : Miles Kane au Botanique!

La tornade Miles Kane a tout emportĂ© au Botanique! 4ème passage dans l’enceinte du Bota depuis le dĂ©but de la carrière d’un des enfants terrible du rock anglais.

Retour fracassant du “britrockeur” ancien membre des Rascals et The Last Shadow Puppets.
C’est dans une Orangerie qui affiche archi-complet que le chanteur vient nous prĂ©senter son dernier opus : “Coup de Grâce“, en français s’il vous plait! Après un premier album acclamĂ© par la critique et rempli de singles ultra efficaces. Son troisième opus se veut clairement orientĂ© dans les 70’s et on verra ce soir oĂą le p’tit gars de Liverpool va nous emmener.

Une chose est sĂ»re, Miles Kane confirme que, si en live la dernière tournĂ©e des Last Shadow Puppets tenait la route, c’Ă©tait surtout grâce Ă  lui. L’attitude du garçon est en tout point parfaite, son charisme dĂ©daigneux Ă  l’anglaise charme le public dès les premiers morceaux. MalgrĂ© cette apparence de rock star inaccessible, le mec reste simple et n’hĂ©site pas Ă  taper dans les mains des premiers rangs, rigoler aux vannes lancĂ©es par le public et installer une ambiance tellement british.

Une setlist principalement composĂ©e du dernier album qu’on dĂ©couvre avec grand plaisir en live. Mais sans oublier pour autant les grands hits des opus prĂ©cĂ©dents que le public connait sur le bout des doigts. Il ne faut jamais plus de deux secondes quand ils commencent un morceau plus ancien pour que les fans se dĂ©chainent. Le son est comme Ă  son habitude impeccable ici dans l’Orangerie. Les premiers rangs sont bien chauds et on voit de temps en temps quelques petits pogos se lancer.  British spirit!

Quant aux pas de danse et dĂ©hanchements de Miles Kane, ils sont toujours aussi dĂ©licieux. Une version de “Don’t Forget Who You Are” tonitruante, que le public rĂ©clamera encore une fois après que le morceau soit fini, empĂŞchant le groupe d’enchainer. On aura donc droit Ă  un deuxième final de la chanson avec une salle qui explose litĂ©ralement. EnchaĂ®nĂ© ça avec une reprise de Donna Summer, un “Hot Stuff” des plus sexy sale qui passe comme une lettre Ă  la poste. Un concert qui sera passĂ© Ă  une vitesse folle, une petite heure de show et puis s’en va. Pas de rappel, mais quand on a dĂ©jĂ  tout donnĂ©, est-ce bien nĂ©cessaire de faire semblant de partir pour revenir? Autant tout donner sans jouer les mijaurĂ©es, ce qu’a magnifiquement bien fait Miles Kane ce soir!

 

Setlist :

Écrit par Gaël Rinclin