Le Festival des Libertés: quand musique rime avec esprit critique

Ce jeudi 18 octobre, le Théâtre National, en plein cÅ“ur de Bruxelles, ouvre ses portes à l’édition 2018 du Festival des Libertés. Depuis 10 ans, celui-ci propose de réfléchir au monde qui nous entoure de manière critique à travers une large programmation de documentaires, spectacles de théâtre, débats, expositions, et bien sûr… de concerts.

Cette année, c’est la notion de pouvoir qui a été choisie comme thématique. Pour pouvoir réfléchir à comment celle-ci peut se définir, comment les rapports de pouvoir s’articulent, mais peuvent aussi être remis en question, voir désamorcés. Pour alimenter ces réflexions, le Festival des Libertés propose une programmation éclectique, qui comprend toutes les formes d’expression artistique. Pièces de théâtre, dont L’Attentat, la très belle adaptation du roman de Yasmina Kahdra , ou débats, avec notamment un débat sur la Criminalisation des contre-pouvoirs, avec l’ancien président de la République d’Équateur, Rafael Correa et le ministre catalan en exil Toni Comin. Mais aussi des expériences, sur l’usage de la langue ou l’auto-organisation ainsi que trois expositions, qui durent le temps du festival.

Mais le Festival des Libertés c’est aussi un lieu d’échange convivial et festif, qui fait la part belle à une programmation musicale diverse et métissée, engagée dans les valeurs de libertés d’expression et pensée véhiculées par le festival, sans nécessairement les articuler autour d’un discours politique construit, mais toujours en les revendiquant.

On aura ainsi le plaisir de voir s’y produire le duo féminin Brigitte et leurs voix envoûtantes. Elles viennent présenter leur nouvel album, après un passage sold-out à l’Ancienne Belgique en avril. Habitués du Festival des Libertés, le groupe californien de reggae aux accents jazzy Groundation, mené par son leader charismatique Harrison Stafford, viendra chanter la paix et l’unité. Samedi soir, on fera la fête avec les trublions de la scène rap « Made in BX » qui envahit le rap francophone, Caballero et JeanJass + special guests. Le dj et producteur electro Fakear viendra délivrer ses sons, mélanges de world music, de trip-hop et de house. Enfin, le week-end de clôture sera chaud avec les venues, vendredi, de la star du reggae conscient Protoje, accompagné de son groupe militant The Indiggnation et, samedi, de Femi Kuti, fils du chanteur et saxophoniste nigérian Fela Kuti et dépositaire de la scène Afrobeat moderne et de l’engagement de son père contre les injustices et l’oppression.

Enfin, le Festival des libertés c’est aussi les secondes parties de soirée et les concerts gratuits dans le bar du Théâtre National. Avec, une programmation variée composée de nombreux artistes belges, comme le brass-band balkanique déjanté Bernard Orchestar, les rappeurs bruxellois du 77 et la rappeuse et chanteuse Blu Samu et le groupe d’Afrobeat psychédélique Azmari, mais aussi des Français de The Geek X VRV, du touche à tout du dub Sir Jean, et des légendes vivantes du roots The Congos.

Écrit par Antonin Moriau