La dystopie selon Birdpen

Birpen revient avec son nouvel album « There’s something wrong with everything ». Le titre n’est pas des plus optimistes tout comme l’illustration de la pochette.

Et les titres confirment cette première impression. L’album se veut être un miroir réflexif du monde qui nous entoure, de cette sensation de vitesse incontrôlable et incontrôlée qui s’empare de nos vies, de ces informations qui défilent plus vite que nos yeux ne savent les lire et notre cortex les comprendre.

On est plongé dans une atmosphère urbaine à la Schuiten, une ville à l’image de Monopolis de Starmania. Sommes-nous tous des anti-héros qui cherchons notre place dans un mouvement perpétuel qui nous tient debout ?

https://www.youtube.com/watch?v=d4Z3_CldlFo

 

Musicalement impeccable, l’album se révèle au fil de l’écoute. Le rythme est soutenu et les voix se veulent aériennes ou profondes pour nous entraîner au plus profond de nous-même sans oublier de nous ramener à la surface pour un temps de respiration nécessaire avant de replonger.

Le disque s’inscrit pleinement dans une tradition de dystopie, ce système créé par l’homme qui l’entraîne irrémédiablement vers un futur qui se révèle être le côté sombre du projet de départ.

Avec cet album, Birdpen nous mets face à notre propre rôle, à nos propres contradictions. Un disque addictif et coup de cœur.

Birdpen sera le 14 novembre au Botanique (Bxl), le 15 novembre au Reflektor (Lg) et le 16 novembre au salon (Silly).

https://www.facebook.com/birdpen/

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter