Juicy fait transpirer le VK avec sa release party

Ce n’est pas une simple soirée découverte que nous a proposé le duo belge Juicy au VK Concerts lors de sa release party, c’était un véritable défilé d’artistes, une fusion des genres, un programme surprenant !

Un an à peine après la sortie de leur premier EP « Cast a Spell », défendu dans les entrailles de l’AB, c’est dans la fournaise du VK Concerts que Juicy nous emmène pour la release party de son deuxième EP « Crumbs ». Les filles les plus cools de Bruxelles sont de retour, et pour célébrer ça, elles se sont entourées d’artistes made in Belgium, la famille quoi ! La famille oui, mais hors de question de faire dans le conventionnel ! Quand Juicy fait la fête, elles invitent Commander Spoon et Darell Cole (rien que ça).

Commander Spoon c’est LE groupe jazz aux influences diverses qui répand sa fièvre un petit peu partout en Belgique depuis un an ! Sélectionné par Lefto (tiens tiens) pour sa compilation « Jazz Cats » le quatuor est considéré comme le gratin de cette nouvelle génération du jazz belge, énergique et audacieuse. Le groupe signe d’ailleurs deux collab’ qui claquent avec Juicy et Darell Cole (Bruxelles, cette ville où tout se croise). Un mix and match qu’on aime tout particulièrement : les voix des filles s’accordent parfaitement avec les instrus enivrantes de Commander Spoon, sur les live sessions « What You Can’t Confess » et « Didn’t Knock ».

On ne pourrait parler de collab’ sans parler de Darell Cole, le « phénix » du hip-hop belge. Né à Londres, originaire de la Sierra Leone, il fuit les tensions politiques de son pays et trouve refuge en Belgique. Alors que TMF et MTV diffusaient déjà ses titres, les médias belges le boudaient. Mais cette époque est révolue, l’artiste se relève et s’impose comme une figure montante du hip-hop belge. Il pose à son tour son flow sur « What You Can’t Confess » avec Commander Spoon et Juicy. Une intervention qui vient subtilement mêler les genres, un délice à écouter, imaginez en concert !

Leur show commence par un jeu de lumière qui excite particulièrement le public, d’où des « Juicyyyy » sortent çà et là ! Ben oui, les filles jouent ici dans LEUR cours de récré ! Une intro bien ficelée donc, qui fait monter la température en moins de 5 secondes. Ces deux nanas savent décidément ce qu’elles font !

La chanson hypnotisante « Mouldy Beauty » ouvre le bal, avec son lot d’applaudissements. Avec « Seed and Ride », elles nous font entrer en douceur dans leur nouvel EP. Du « calme avant la tempête », la formule est bien connue, et pourtant, elle surprend toujours ! Gros gros showligth sur « I wanna, yes, I wanna », le VK se transforme en boîte de nuit, épileptiques s’abstenir. Les gens autour de moi se regardent, impressionnés, surpris ! On vient de vivre une expérience sensorielle assez folle !

Sans transition, Commander Spoon rejoint Juicy pour interpréter « Didn’t knock ». Changement d’ambiance, le public reprend ses esprits, retrouve ses affaires qu’il avait jetées vite fait sur le côté pour se déhancher. L’un appelant l’autre, Darell Cole  gagne à son tour la scène sur les premières notes de « What You Can’t Confess ».

3e titre du nouvel l’EP, « Over my shoulder » calme la foule, qui en profite pour se rendre au bar prendre une petite bière coupĂ©e Ă  l’eau. C’est « GHB » qui fait revenir la foule presque en courant. Le titre-vendetta dĂ©calĂ© a eu son petit succès lors de sa sortie. Normal donc qu’elles remobilisent les troupes avec ce single !

« Mama told me » et « See me now », tous deux sur l’EP « Crumbs » font encore monter la température de la salle comble : les deux titres risquent bien de vous rester en tête pour un moment tellement ils sont bons.

« Something is gone » annonce la fin du concert. Sauf que le public survolté en a décidé autrement. Et on lui donne raison ! Les filles viennent de nous montrer qu’en un an à peine, elles avaient gagné en maturité, tout en gardant une formule qui fonctionne : des créations originales, du second degré, beaucoup d’humilité, et un talent fou ! Elles reviennent sur scène après un bref rappel et nous lâchent un « Count our fingers twice », le titre phare de leur premier EP, le morceau de tous les superlatifs, la bombe qui a lancé le duo et marqué les esprits à jamais !

Avec cette release complètement sold out, le temps des fantômes n’est pas totalement révolu, et c’est tant mieux ! Juicy offre une performance maîtrisée, sans perdre de son essence, de sa sincérité.

Setlist

* Intro
* Mouldy beauty
* Seed and ride
* Hard nut to crack
* I wanna, yes, I wanna
* Didn’t knock
* What you can’t confess
* Over my shoulder
* GHB
* Mama told me
* See me now
* Something is gone
* Count our fingers twice

Crédits photos  :
Diego Crutzen

Écrit par Thaïs Baugniet