Lukas Graham √† l’AB : ambiance festive au menu !

On se souvient tous encore de son fameux tube ‚Äú7 Years‚ÄĚ qui a explos√© sur les ondes en 2016. Lundi soir, Lukas Graham est venu fouler les planches de l‚ÄôAncienne Belgique pour sa premi√®re venue en Belgique¬†! Le jeune danois a d√©fendu √† la perfection son nouvel album ¬ę3 ¬Ľ, avec une puissance qui refl√®te avec ambition les messages que l‚Äôartiste a voulu faire passer. Debrief d‚Äôune belle et forte soir√©e √† l‚ÄôAB.

¬ę¬†3¬†¬Ľ, le nouvel opus de Lukas Graham, fait partie de ces albums que l‚Äôon (r√©)√©coute avec un plaisir coupable. Un m√©lange d‚Äôindie-pop, de¬†jazz ou encore m√™me de funk, illustr√© par un flow incontournable¬†: de quoi permettre √† chacun d‚Äôy trouver son compte. Outre ses titres les plus populaires, lorsqu‚Äôon entend le reste des morceaux on trouve une telle diversit√© de m√©lodies et de styles que cela ne peut que d√©concerter. Le concert aura lui aussi √©t√©, d√©concertant¬†!

Le groupe fait une entrée digne de ce nom, en ouvrant le bal
par un trio de cuivres : Quelle ne fut pas notre surprise ! On sent d√®s les premi√®res secondes¬†que l’on va assister √† un show de qualit√©. Le d√©but du live est tr√®s “jazzy”, tr√®s rythm√© et prend une belle ampleur au fil des minutes. Cela contraste √©norm√©ment avec l’univers que l’on associe souvent √† Lukas Graham… Comme quoi red√©couvrir des artistes en live peut en √©tonner plus d’un ! On prend plaisir √† √©couter et danser face √† huit musiciens qui nous partagent leurs bonnes ondes ; et malgr√© le fait qu’ils soient huit sur sc√®ne, ce n’√©tait ni une cacophonie, ni d√©sordre. Le boy’s band est parfaitement synchronis√© et le son fut ultra bien ma√ģtris√©. Une s√©rie de morceaux rem√©more √† certains les ann√©es 80′, avec notamment¬†des m√©lodies pop et superbement mises en valeur avec le piano.

La voix de Lukas Forchhammer (de son vrai nom)¬†reste incroyable sur tous les registres qu’il aborde, que ce soit sur des titres plus festifs, ou bien nostalgiques. Le chanteur fait de nombreuses allusions √† sa famille et se livre innocemment face √† son public, qui montre un soutien inconditionnel. Sur les morceaux faisant r√©f√©rence √† ses proches, des photos de famille d√©filent sur les √©crans, qui ont √©t√© tout¬†au long du concert surplomb√©s par un magnifique show light. D’ailleurs, petite parenth√®se, mention sp√©ciale pour tous les visuels illustrant chaque titre : ils furent impeccablement plac√©s¬†!

Des airs assez familiers se font entendre, il est temps de vivre ¬ę¬†7 years¬†¬Ľ en live. Un morceau qui perdure dans le temps depuis d√©j√† 3 ans, qui fait toujours office de nombreuse reprises ou covers‚Ķ Bien entendu, rien ne vaut l‚Äôoriginal¬†! La m√©lodie peut nous faire penser √† Bad Day¬†de¬†Daniel Powter, avec toutes ces envol√©es au violon, l‚Äôaccent anglophone atypique du chanteur, ainsi que les √©motions qui se d√©gagent du titre.¬†Tout le public de l‚ÄôAB est tomb√© sous le charme en l‚Äôespace de quelques notes, et a par la suite litt√©ralement hurl√© le refrain √† tue-t√™te !

Vers la fin du concert, le chanteur a fait venir le trio de cuivres sur le devant de la sc√®ne afin qu’ils nous envoient une instru’ de folie ! On a senti que le groupe √©tait super content d’√™tre l√†, et ils ont certainement profit√© de chaque seconde autant que nous. Il est vrai que pas grand monde attendait Lukas Graham dans ce registre moins pop et beaucoup plus jazz ; je dois dire que ce fut une excellente surprise et red√©couverte de l’artiste.

Comme la tradition l’exige (enfin ma tradition en tout cas), voici le top 5 des titres de l’album qui m’ont le plus séduite ! On y découvre d’autres facettes de l’artiste, et des atmosphères aussi uniques que différentes les unes des autres.

1. Say yes. On sort totalement du registre ¬ę¬†habituel¬†¬Ľ du chanteur, sur des airs de ballade qui tendent vers des influences gospels.
2. Lullaby. Une chanson remplie d’émotions et de bonnes ondes dédiée à sa fille. On aime tout particulièrement la mélodie bercée de passages instrumentaux au violon.
3. Promise. Les chŇďurs en arri√®re plan donnent un charme fou √† la voix exceptionnelle de Lukas Graham.
4. Not a damn thing changed. Un ton poignant et th√©√Ętral donnent un “je-ne-sais-quoi” tr√®s beau, qui fait qu’on ne peut s’emp√™cher d’appuyer sur le bouton replay,¬†pour mieux saisir le sens de cette chanson.
5. Stick Around. L’introduction au piano nous invite fortement √† d√©couvrir la suite du morceau, qui s’av√®re riche en √©motions.

√Čcrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset