D√©m√©nagement sauvage √† l’Orangerie!

Retour au¬†Botanique pour¬†Blood Red Shoes ! Ils ne sont pas revenus pour rien, apr√®s leur excellent concert dans la Rotonde¬†en f√©vrier, les voil√† de retour pour d√©monter l’Orangerie dans les r√®gles de l’art garage rock!

Annabel Lee d√©bute la soir√©e alors que l’Orangerie se rempli doucement mais s√Ľrement. La configuration de la salle est un peu raccourcie par rapport √† la normale, on s’y sent encore plus proche du groupe. Trio de rock a l√©g√®re tendance punk/new wave, les Bruxellois sont contents de jouer √† la maison et peuvent compter sur le soutien de quelques potes dans les premiers rangs. C’est franchement sympa comme groupe de chauffe, m√™me s’il faut attendre la fin du concert pour que ce soit un peu plus rentre dedans, c’√©tait peut-√™tre un peu t√īt pour tout le monde.

Au tour de Sports Team d’entrer en sc√®ne, ce qu’ils font sur “Let me Entertain You” de Robbie Williams. Ici le groupe est plus cons√©quent, avec deux guitares, une basse, un mini synth√© et la batterie. Le chanteur est survitamin√© d√®s les premi√®res secondes du show, il n’a de cesse de gigoter, se dandiner, haranguer la foule, arpenter la sc√®ne en long et en large. C’est un style qui peut d√©plaire c’est certain, tant il est exacerb√© mais au bout de quelques morceaux c’est bon pour nous, on est emport√© par l’hyst√©rie du chanteur! Attitude tout en contraste avec le comportement de l’homme derri√®re le petit synth√©, qui lui reste immobile, bras derri√®re le dos et n’exprime pas la moindre √©motion sur son visage. On a vraiment droit au Ying et au Yang avec ces deux personnages, √† c√īt√© de √ßa les autres membres du groupe sont relativement normaux. Le c√īt√© anglais du groupe est omnipr√©sent, on ne peut pas se tromper l√†-dessus, un britrock tant√īt sauvage tant√īt plus doux mais toujours m√©lodieux, c’est une sacr√©e d√©couverte que nous avons faite l√†!

C’est parti pour l’ouragan Blood Red Shoes, apr√®s d√©j√† deux concerts de chauffe, le public est √† point! Derri√®re sa batterie Steven Ansell donne le ton et il est percutant et d√©chain√© d√®s les premi√®res frappes incitant le public √† en faire autant, Laura-Mary Carter √† la guitare est tout aussi tranchante et imp√©riale. Les deux comparses sont accompagn√©s par une basse et un synth√© + MPC qui donnent cette saveur un peu plus √©lectronique √† leurs derniers titres. Apr√®s avoir jou√© quelques morceaux du dernier album justement ils se retrouvent √† deux pour encha√ģner des titres plus anciens. On sent clairement qu’ils se font ultra plaisir durant cette partie, m√™me si on pensait qu’au bout de 2 ou 3 chansons on reviendrait au setup √† 4 avec le reste du groupe mais que nenni, ils encha√ģnent les morceaux en remerciant √† chaque fois le public pour le soutien. Ils d√©dient un de leur titre √† Raketkanon qui joue exactement en m√™me temps dans la Rotonde. Tout comme le groupe, on vous invite √† jeter une oreille √† cet excellent groupe de noise-rock venu de Gand.

Et d√©cid√©ment Blood Red Shoes continue √† se rappeler √† nos bons vieux souvenirs d’eux, quel set furieusement bien envoy√©. Comme on l’avait pr√©vu dans notre article de s√©lection pour les Nuits, le groupe a toujours cette √©nergie terriblement irr√©sistible du garage rock. Pour les derniers morceaux les deux membres suppl√©mentaires reviennent sur sc√®ne.
Comme pr√©vu, on ne sort pas indemne d’un concert de BRS avec un final qui aura achev√© les derniers tympans encore en √©tat de l’Orangerie. Rock’n’roll baby!

Setlist :

√Čcrit par Ga√ęl Rinclin