DĂ©mĂ©nagement sauvage Ă  l’Orangerie!

Retour au Botanique pour Blood Red Shoes ! Ils ne sont pas revenus pour rien, après leur excellent concert dans la Rotonde en fĂ©vrier, les voilĂ  de retour pour dĂ©monter l’Orangerie dans les règles de l’art garage rock!

Annabel Lee dĂ©bute la soirĂ©e alors que l’Orangerie se rempli doucement mais sĂ»rement. La configuration de la salle est un peu raccourcie par rapport Ă  la normale, on s’y sent encore plus proche du groupe. Trio de rock a lĂ©gère tendance punk/new wave, les Bruxellois sont contents de jouer Ă  la maison et peuvent compter sur le soutien de quelques potes dans les premiers rangs. C’est franchement sympa comme groupe de chauffe, mĂŞme s’il faut attendre la fin du concert pour que ce soit un peu plus rentre dedans, c’Ă©tait peut-ĂŞtre un peu tĂ´t pour tout le monde.

Au tour de Sports Team d’entrer en scène, ce qu’ils font sur “Let me Entertain You” de Robbie Williams. Ici le groupe est plus consĂ©quent, avec deux guitares, une basse, un mini synthĂ© et la batterie. Le chanteur est survitaminĂ© dès les premières secondes du show, il n’a de cesse de gigoter, se dandiner, haranguer la foule, arpenter la scène en long et en large. C’est un style qui peut dĂ©plaire c’est certain, tant il est exacerbĂ© mais au bout de quelques morceaux c’est bon pour nous, on est emportĂ© par l’hystĂ©rie du chanteur! Attitude tout en contraste avec le comportement de l’homme derrière le petit synthĂ©, qui lui reste immobile, bras derrière le dos et n’exprime pas la moindre Ă©motion sur son visage. On a vraiment droit au Ying et au Yang avec ces deux personnages, Ă  cĂ´tĂ© de ça les autres membres du groupe sont relativement normaux. Le cĂ´tĂ© anglais du groupe est omniprĂ©sent, on ne peut pas se tromper lĂ -dessus, un britrock tantĂ´t sauvage tantĂ´t plus doux mais toujours mĂ©lodieux, c’est une sacrĂ©e dĂ©couverte que nous avons faite lĂ !

C’est parti pour l’ouragan Blood Red Shoes, après dĂ©jĂ  deux concerts de chauffe, le public est Ă  point! Derrière sa batterie Steven Ansell donne le ton et il est percutant et dĂ©chainĂ© dès les premières frappes incitant le public Ă  en faire autant, Laura-Mary Carter Ă  la guitare est tout aussi tranchante et impĂ©riale. Les deux comparses sont accompagnĂ©s par une basse et un synthĂ© + MPC qui donnent cette saveur un peu plus Ă©lectronique Ă  leurs derniers titres. Après avoir jouĂ© quelques morceaux du dernier album justement ils se retrouvent Ă  deux pour enchaĂ®ner des titres plus anciens. On sent clairement qu’ils se font ultra plaisir durant cette partie, mĂŞme si on pensait qu’au bout de 2 ou 3 chansons on reviendrait au setup Ă  4 avec le reste du groupe mais que nenni, ils enchaĂ®nent les morceaux en remerciant Ă  chaque fois le public pour le soutien. Ils dĂ©dient un de leur titre Ă  Raketkanon qui joue exactement en mĂŞme temps dans la Rotonde. Tout comme le groupe, on vous invite Ă  jeter une oreille Ă  cet excellent groupe de noise-rock venu de Gand.

Et dĂ©cidĂ©ment Blood Red Shoes continue Ă  se rappeler Ă  nos bons vieux souvenirs d’eux, quel set furieusement bien envoyĂ©. Comme on l’avait prĂ©vu dans notre article de sĂ©lection pour les Nuits, le groupe a toujours cette Ă©nergie terriblement irrĂ©sistible du garage rock. Pour les derniers morceaux les deux membres supplĂ©mentaires reviennent sur scène.
Comme prĂ©vu, on ne sort pas indemne d’un concert de BRS avec un final qui aura achevĂ© les derniers tympans encore en Ă©tat de l’Orangerie. Rock’n’roll baby!

Setlist :

Écrit par Gaël Rinclin