George Ezra à Forest National : une soirée riche en surprises dans une ambiance chaleureuse…

On se souvient tous du titre « Shotgun » qui a marqué l’été 2018, et bien Geroge Ezra aura encore marqué son public avec un show digne de ce nom à Forest National ! On a eu droit à un spectacle incroyable mettant en valeur son dernier album dont on a pu se délecter de chacun des titres. Retour sur une soirée tantôt rock, tantôt folk !

George Ezra arrive sur les planches de Forest National bien entouré ! En effet, le jeune britannique a ramené tout son band, composé entre autres de guitaristes, d’un trio de cuivre, d’un batteur et d’un pianiste. Pas de mac, pas de pads mais place à une musique organique et prenante jusqu’aux tripes. Tandis que certains titres ont pris une dimension jazzy, d’autres ont été marqués par un côté rock’n’roll que l’on ne peut entendre qu’en live ! J’ai été (agréablement) surprise de redécouvrir le style de chansons que je connaissais sous un format digital ; c’est aussi pour ça qu’on vient en concert ! Parfois les artistes restent conforme aux versions originales, parfois ils sortent des sentiers battus, tout comme Geroge Ezra ce soir…

Le groupe assure, et le son est d’une excellente qualité malgré la présence de nombreux instruments sur scène, c’est pas le bazar et on s’en réjouit ! Malgré les changements de style parfois totalement opposés, on passe d’un morceau à l’autre sans défaut de transition, et souvent avec une petite anecdote que George Ezra raconte avec humilité et humour. Le show light s’adapte entre chaque titre, et malgré que l’on soit à Forest National, il s’est voulu très chaleureux et intimiste, digne d’un salon (face à 5000 personnes certes).  La voix de George Ezra nous emporte loin avec lui, à travers ses nombreuses chansons écrites lors d’un voyage en train à travers l’Europe (Barcelone, Cassy’O, Did your hear the rain,…). Avec une voix pareille, il pourrait chanter l’annuaire que l’on serait quand même charmés ! La fin du show approche, et il est temps de descendre à…Budapest ! Le public chante (ou plutôt hurle) d’une même cadence dès les premières notes, preuve que malgré les quinze titres précédents, il est toujours aussi en forme !

Après un court rappel, le groupe revient et nous interprète Shotgun, titre « phare » que l’on peut entendre relativement souvent à la radio (et qui apporte un peu de gaieté lorsqu’on est dans les embouteillages bruxellois pour aller à Forest National). C’est la dernière chanson, alors on donne tout, on danse, on chante, on profite de la fin du show comme il se doit, et George Ezra nous le rend bien ! Comme s’ils n’étaient pas assez nombreux sur scène, il a invité le 8 hot brass band (un groupe venu tout droit de Nouvelle-Orléans, qui a fait leur première partie) à jouer avec eux sur ce titre. Avec des rythmes soul, une bonne dose de funk et une pointe de jazz, la salle se sera transformée en piste de danse géante. Chapeau bas l’ingé son, car ça aurait franchement pu être la cacophonie, alors qu’en réalité pas du tout ! Le concert s’est terminé sur une très très bonne note, et chacun est reparti le sourire aux lèvres.

Écrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset