Une Rotonde débordande pour Loyle Carner

Loyle Carner, jeune MC anglais de 24 ans vient enflammer la Rotonde. Son album Not Waving, but Drowning est sorti il y a un petit mois et a reçu un accueil particulièrement bon, aussi bien du public que de la presse.

L’ouverture de la soir√©e est confi√©e √† un grand habitu√© de l’exercice, Dj Sonar! Avec 30 ans de carri√®re on peut dire que le DJ sait ce qu’il fait et nous offre un petit set soign√© dont il a le secret. L’atmosph√®re parfaite pour commencer √† s’ambiancer avant l’arriv√©e de la t√™te d’affiche de la soir√©e, Loyle Carner.

Il n’est pas venu seul, Loyle est accompagn√© par un bassiste, Ashley Henry au clavier et bien s√Ľr √† l’arri√®re aux platines et MPC, Rebel Kleff.

Le Rotonde a rarement √©t√© aussi remplie. Elle d√©borde litt√©ralement de public, si vous √™tes arriv√©s apr√®s le d√©but du show ou que vous partiez vous prendre un rafra√ģchissement c’√©tait la gal√®re pour entrer √† nouveau dans la salle. L’anglais kick ses rimes sans vaciller tout au long de ses morceaux, jamais √† bout de souffle il encha√ģne tr√®s facilement et l’ambiance est v√©ritablement torride dans la Rotonde. Ses morceaux hip-hop plus pos√© arrivent comme un vent de fra√ģcheur pour terminer cette journ√©e ensoleill√©e.
Il a ce qu’il faut pour le live : une multitude de sourires, des √©changes sympas avec la foule et une attitude toujours positive sur sc√®ne, il se met le public dans la poche au fil du concert et sait comment jouer avec.

Malheureusement, pour une fois le son √©tait loin d’√™tre parfait dans une Rotonde qui vibrait bien trop √† cause de la puissance des basses qui se trouvaient assourdissantes par moment, passant compl√®tement au-dessus de la voix de Loyle Carner. Une setlist faite d’anciens morceaux bien diss√©min√© durant le set. De temps √† autres, Rebel Kleff rejoint l’avant-sc√®ne pour √©pauler Loyle et jouer le r√īle du backeur. Le MC anglais s’adapte √† merveille a son public avec beaucoup d’humour‚Ķ en parlant plus lentement par moment pour √™tre s√Ľr que tout le monde comprenne. En revenant pour le rappel il prend quelques minutes pour profiter d’une ovation et un torrent d’applaudissements puis nous l√Ęche un slam incisif et encha√ģne avec son morceau en featuring avec Jorja Smith. Un concert d’une extr√™me qualit√© qui n’a fait qu’encore plus donner envie de revoir le gar√ßon, peut-√™tre sur des sc√®nes plus grandes. Car ce sera tr√®s certainement l’une des derni√®res fois qu’on aura l’occasion de profiter d’un concert de Loyle Carner aussi intimiste.

√Čcrit par Ga√ęl Rinclin