Knotfest : Les portes de l’enfer sont entre-ouvertes…

J-1 avant le d√©but officiel du Hellfest et cette ann√©e petite nouveaut√©, le festival s’est associ√© avec le festival itin√©rant de Slipknot, le Knotfest pour offrir aux festivaliers une journ√©e de chauffe qui a d√©cid√©ment bien port√© son nom!

Il se d√©roule sur une seule journ√©e et l’affiche peut faire baver pas mal d’autres festivals de plusieurs jours. C’est √† Sick of it all que revient l’honneur d’ouvrir les festivit√©s, leur hardcore chauffe sans mal les spectateurs d√©j√† pr√©sents, tout comme le soleil. L’√©change qu’ils ont avec le public n’a pas boug√© en un peu moins de 35 ans de carri√®re, tout comme l’√©nergie positive qu’ils d√©ploient sur sc√®ne. On sent le v√©ritable plaisir qu’√† le groupe √† se produire sur sc√®ne pour les fans amass√©s devant la Mainstage 1 du site de Clisson. Un set qui nous sort des anciens morceaux comme des plus r√©cents, toujours avec √©nergie et plaisir. Un concert de Sick of it all complet comme on les aime, voil√† qui nous aura bien r√©veill√©!

Juste apr√®s √ßa nous profitons du soleil d√©cid√©ment bien pr√©sent pour faire un petit tour du site du Hellfest pas encore ouvert √† 100% pour d√©couvrir quelques √©l√©ments de d√©cors particuli√®rement bien foutus! On observe la prestation de temps √† autre approximative de Amaranthe de loin, dans la file du stand merchandising qui n’aura d’ailleurs pas d√©sempli de la journ√©e.

Enchainons √ßa avec un set de Ministry en journ√©e, chose qui nous est assez √©trange, nous avons plus l’habitude de voir le groupe √©voluer en soir√©e et du coup profiter beaucoup plus de la puissance des lights utilis√©es par le groupe. Al Jourgensen nous a sembl√© plut√īt en forme et le concert est pass√© comme une lettre √† la poste dans cette chaude apr√®s-midi.

Sur la Mainstage 2, Behemoth arrive en v√©ritable roi du black m√©tal et malgr√© qu’il fasse encore bien clair leur univers sombre nous englobe. C’est hyper puissant et le public fan est directement dedans. Les projections en fond de sc√®ne sont fabuleusement captivantes, ajout√© √† √ßa les effets pyrotechniques et vous avez le cocktail parfait en cette fin d’apr√®s-midi.

Papa Roach d√©barque sur sc√®ne plein d’√©nergie et commence son set avec Last Resort… Il n’en fallait pas plus, nous avons 15 ans √† nouveau et c’est la f√™te! Incroyable comme un groupe peut vous ramener une tonne de souvenir en quelques morceaux. Ils ont toujours une √©nergie qui se communique √† l’audience en un rien de temps. Certainement beaucoup de nostalgie de la part du public mais clairement on appr√©cie le concert comme dans nos jeunes ann√©es.

Les visuels d√©ploy√©s par Powerwolf sont aussi puissants que leur musique et la foule est franchement pr√©sente pour profiter de la prestation. Ils n’h√©sitent pas √† s’exprimer en fran√ßais pour conqu√©rir encore un peu plus le public et l’inviter √† chanter les morceaux. C’est moins notre style au niveau musical mais pour les fans, c’est clairement imparable!

Rob Zombie et son groupe d√©fonce tout, c’est aussi simple et direct que √ßa! La sc√©nographie mise en place est clairement digne du r√©alisateur qu’il est, avec ces projections et le jeu de lumi√®re hyper en place. Avec pas mal d’√©nergie il se permet un petit tour sur le public des premiers rangs et pendant que le guitariste nous gratifie d’un solo des plus plaisant, lui en profite pour faire la f√™te en fronstage avec les gardes s√©cu’. Tout est tellement bien agenc√© et mis en place, comment voulez-vous ne pas √™tre happ√© par un show comme √ßa? M√™me si on aurait pr√©f√©r√© un peu plus de p√©nombre pour profiter encore mieux du show light, on n’a pas boud√© notre plaisir √† se d√©hancher aux sons du Zombie.

Enfin arrive le groupe derri√®re toute cette journ√©e et ce fameux Knotfest, les am√©ricains de Slipknot surpuissant qui d√©marre avec un People = Shit du tonnerre qui met tout le monde d’accord. Ils ne font pas dans la dentelle et √ßa entra√ģne directement un d√©ferlement puissant qui en met plein les yeux aussi bien que les oreilles. Le show est √† la hauteur de la r√©putation du groupe. Corey Taylor toujours aussi impeccable dans son r√īle de frontman survolt√© et communicatif avec sa voix incroyable. Jay Weinberg √† la batterie assure autant le show que le chanteur. Un tsunami qui cloturera la journ√©e pour nous avant que demain les portes de l’enfer s’ouvrent totalement pour le d√©part du Hellfest.


√Čcrit par Ga√ęl Rinclin