Hellfest 2019 : Les portes de l’Enfer ce sont referm√©es.

C’est d√©j√† le dernier jour du festival, la fatigue commence √† se faire sentir mais c’est toujours valeureux et sous un soleil bien lourd que nous passons une derni√®re fois les portes de l’enfer.

On arrive tout juste pour assister au concert de Brutus dans la War Zone. Les louvanistes jouent devant un parterre d√©j√† bien rempli et le trio ne se fait pas prier pour r√©veiller les festivaliers en alliant beaut√© et puissance. La performance de la chanteuse-batteuse Stefanie est vraiment bluffante dans les deux domaines. Quelle triomphe en fin de concert! Le public est unanime pour applaudir chaudement le groupe belge et trouver qu’un set de 30 minutes c’√©tait bien trop court‚Ķ Vivement leur retour en concert √† l’AB!

Et hop, encore un encha√ģnement de concerts de qualit√© ! Messa nous hypnotise compl√®tement dans la Valley, c’est non sans nous rappeler le style des belges de Black Mirrors, du stoner psych√©d√©lique avec une voix f√©minine. On n’aura pas pris 5 minutes pour rentrer dans l’univers du groupe, un m√©lange de malsain et de l√©g√®ret√©. Les italiens nous font planer haut dans la stratosph√®re du Hellfest. √Čtonnamment la nuque n’est pas encore trop douloureuse on se l√Ęche alors compl√®tement √† en perdre la t√™te en se d√©lectant des cris et pleurs de la guitare qui fendent l’atmosph√®re de la Valley.

On d√©marre notre marathon trash m√©tal de la journ√©e avec les californiens de Death Angel et on peut dire que √ßa envoie grave! Les mecs sont dans une forme olympique et jouent vachement bien avec le public. La nuque commence √† en prendre un coup, les riffs rapides et entra√ģnant nous emp√™chent de nous reposer. Une setlist vari√©e qui donne un bon aper√ßu de l’ensemble de la discographie du groupe, pour notre plus grand plaisir.

On retourne √† l’ombre de la Valley pour YOB et il n’a pas fallu 1 minute pour savoir qu’on retournerait les voir dans 3 semaines √† Dour. Que ce doom / stoner metal est bon! On a d√©couvert ce groupe lors de l’annonce de leur tourn√©e estivale et on n’est pas d√©√ßu par la qualit√© du show live. Le son dans la tente est absolument impeccable, m√™me si c’est particuli√®rement puissant et peut paraitre brouillon, ils s’en sortent vachement bien, surtout avec la voix massive de Mike Scheidt. Niveau d√©cors, on se croirait en plein d√©sert avec ce courant d’air chaud qui traverse la Valley.

Apr√®s une petite pause restauration durant Trivium on retourne sous le cagnard de la Mainstage pour les am√©ricains de Clutch! On les a vu fin de l’ann√©e derni√®re √† l’AB et on ne boude pas notre plaisir de revenir casser la nuque ici √† Clisson. Ils assurent compl√®tement le show avec leur blues rock qui hume bon le Maryland. On fera quand m√™me un petit passage par les fontaines pour se rafraichir pendant le concert et on peut dire que √ßa revigore ! Apr√®s s’√™tre pos√© dans le d√©sert avec YOB, ici on d√©boule √† toute allure les fen√™tres ouvertes le long de la Route 66 avec le son √† fond! Big up au chanteur et ses go√Ľts vestimentaires, il arborait un superbe t-shirt Funkadelic, groupe incroyable qu’on vous conseille de d√©couvrir si vous ne connaissez pas.

Et bam on enchaine avec la patate Testament! D√©cid√©ment cette programmation d√©di√©e au trash est une excellente id√©e. On n’arr√™te pas d’en prendre plein la face et les circle-pits de succ√®dent dans la fosse. √áa faisait bien longtemps qu’on ne les avait pas vu mais assur√©ment ils ont encore la p√™che les v√©t√©rans du trash. Le d√©but de set avec Brotherhood of the snake, voil√† une s√©lection du dernier album qu’elle est bonne. Le reste du set est fait pour les fans, avec des classiques de la disco du groupe.

Une bonne demie heure de Stone Temple Pilots qui ne nous aurons franchement pas convaincu et puis direction le Temple qui n’aura jamais aussi bien port√© son nom que pour Sk√°ld! La c√©r√©monie est lanc√©e et on en fait tous partie. Ce rituel viking attire √©norm√©ment d’adeptes, √† nouveau le Temple ne peut accueillir tout le monde. √áa peut √™tre un exercice difficile d’installer une ambiance aussi particuli√®re dans un festival mais ici avec la foule qui s’est d√©plac√©e en masse aucun probl√®me. Une exp√©rience qui sera certainement √† retenter en salle pour une immersion encore plus profonde.

On s’attendait plus ou moins au m√™me topo que ZZ Top hier avec aujourd’hui les rockeurs sudistes de Lynyrd Skynyrd. Mais content de constater qu’ils ont quand m√™me un peu plus de feu magique encore en eux. Les rednecks d’Alabama ont fait plaisir au public en proposant leurs plus grands classiques qu’il est toujours agr√©able √† entendre une bi√®re √† la main pendant que le soleil descend doucement sur la plaine de l’enfer.

R√©veil brutal maintenant avec Lamb of God, apr√®s la joyeuse balade de fin de Lynyrd Skynyrd on peut dire que √ßa contraste! La fameuse puissante double p√©dale a le don de bouger les foules et r√©veiller tout √ßa avant en distribuant des claques √† tout va! Le m√©tal qu’ils nous balancent est teint√© d’une multitude d’inspirations, c’est complexe et tr√®s bien produit, encore une fois on souligne l’excellente qualit√© du son. L’√©nergie du chanteur coupl√©e √† la musique nous emp√™che de rester en place et on lance nos derni√®res forces dans la bataille!

Slash & Myles Kennedy enflamment la plaine de Clisson! On a d√©j√† pu voir la formation √† plusieurs reprises mais ce n’est pas pour √ßa qu’on allait les rater ce soir. C’est tellement bon en live, un moment comme √ßa partag√© avec de belles personnes √ßa n’a pas de prix! Le groupe est comme √† son habitude en place, pas de v√©ritable surprise sur ce set, on a droit au morceau ¬†Dr. Alibi en l’honneur de Lemmy. Pas mal de monde sont venu les applaudir certainement attir√© par l’id√©e d’avoir un titre ou l’autre des Guns mais ce sont principalement les compos r√©alis√©es pour son projet avec le chanteur d’Alter Bridge sont jou√©es ce soir. Il faut quand m√™me avouer que Slash reste un guitariste de g√©nie et ses solos sont d√©mentiels.

Et bardaf c’est l’embard√©e Slayer d√©barque sur la Mainstage 2 pour la cl√īturer et √ßa d√©fonce tout! Un des groupes du Big Four frappe fort pour sa derni√®re date en France. Le show est √† l’image de la musique, absolument dantesque, on en prend plein la vue et les oreilles. On aurait d’ailleurs pr√©f√©r√© un son de guitare encore plus tranchant, c’√©tait un peu dilu√© dans la masse. Toutes les projections, effets pyrotechnique, jeu de lumi√®res rendent le concert encore plus √©norme que ce qu’il est d’habitude.
Encore plus fort qu’un rouleau compresseur recouvert de piques enflamm√©es! World Painted Blood, War Ensemble, God hates us all, Raining Blood et autres Angel of Death sont √©videmment de la partie pour ce dernier concert sur le sol fran√ßais du groupe historique de trash. On termine de d√©truire nos cervicales avec Slayer, un bel adieu √† son public fran√ßais!

A peine quelques secondes apr√®s le d√©but du concert de Tool, les premi√®res notes de √Ünema r√©sonnent que des frissons envahissent tout notre corps. Les projections sont √† la hauteur de la r√©putation du groupe et leur son est impeccable, toute la justesse de leur prod si sp√©cifique est rendue √† merveille ici au Hellfest. Maynard James Keenan et sa voix sont au top m√™me si plac√© vachement en retrait. La setlist est parfaite, jouant des raret√©s comme des classiques, l’heure et demi sera pass√©e √† toute allure! Ils ne tournent peut-√™tre pas souvent mais franchement si vous avez l’opportunit√© de les voir, n’h√©sitez pas!


√Čcrit par Ga√ęl Rinclin