Notre aventure aux Francofolies de La Rochelle…(Re)vivez-la avec nous ! (Partie 1)

C’est parti pour les Francofolies de La Rochelle! Les festivitĂ©s ont dĂ©marrĂ© sur les chapeaux de roues avec une programmation de qualitĂ©, Ă  l’intĂ©rieur d’un cadre inĂ©galable. Balades sur le port, musique, afterworks, soleil… On vous fait part de notre aventure ci-dessous!
Retour en texte et en images sur les jours 1 et 2 du festival :

MERCREDI

Premier concert de la journĂ©e pour scenesbelges : JAUNE. La musique electro-pop du groupe devient rapidement virale et entĂŞtante. Les deux musiciens sont Ă  la fois batteurs et chanteurs, dont l’un s’occupe aussi des pads et autres carrĂ©s lumineux qui, en rĂ©vĂ©lant des sons Ă©lectroniques excellemment bien arrangĂ©s, font le charme de chaque titre. Le Théâtre Verdière n’est pas très propice Ă  la danse, mais on profite comme il se doit du concert, qui se clĂ´ture dans un tonnerre d’applaudissements. Peu Ă  peu au fil de la journĂ©e on dĂ©couvre le site du festival plus en dĂ©tail, et on remarque qu’il y’a une multitude de stands, des coussins gĂ©ants, et tout ce qu’il faut pour lĂ©zarder au soleil entre deux concerts…

19h, il est déjà temps de découvrir le groupe qui ouvrira la scène Jean Louis Foulquier lors de cette 35e édition des Francofolies de La Rochelle. Radio Elvis se lance dans des morceaux pop-rock absolument délicieux. Le public se fait déjà nombreux, et malgré la chaleur qui ne descend pas, il est prêt à bouger à chaque occasion, autant dire jusqu’à la fin du concert ! Il nous reste un peu de temps avant Gaetan Roussel, il est alors l’heure pour nous de se délecter de quelques spécialités locales au Patio Rozenn Kerjac. De nombreux restaurateurs tiennent des stands illuminés de partout, et on a l’embarras du choix!

GaĂ«tan Roussel nous a offert une prestation digne de ce nom en reprenant ses titres les plus connus, pour le plus grand plaisir de ses fans. On a chantĂ© jusqu’Ă  ne plus en pouvoir et danser jusqu’Ă  en avoir mal aux pieds, mais qu’est-ce que ça fait du bien! Juste après, on a eu droit a un invitĂ© surprise, du nom d’Arthur Ely. Le jeune homme prend place sur cette immense scène, seul avec son micro et sa guitare. Et bien quelle surprise ! Il nous a interprĂ©tĂ© que deux chansons, et c’Ă©tait franchement d’un excellent niveau. Vivement demain pour voir son concert entier au Théâtre Verdière!
Vient le tour d’Angèle d’enflammer la grande scène! Comme Ă  son habitude, elle fait une entrĂ©e digne de ce nom face Ă  une fosse noire de monde. La jeune chanteuse belge assure un live de qualitĂ©, avec de jolies chorĂ©graphies (un peu trop) minutieusement travaillĂ©es : le public en prend plein les yeux et plein les oreilles. Tout est rĂ©glĂ© Ă  la minute, au geste près et ne laisse pas de place Ă  l’improvisation; dommage, on aurait aimĂ© une touche un plus spontannĂ©e dans le show. MalgrĂ© ça, on sent qu’Angèle est fière de son album, et le dĂ©fend aujourd’hui devant un public qui connaĂ®t les paroles par cĹ“ur.

Après une courte pause au CafĂ© Pollen, un verre de vin blanc Ă  la main il est temps de se rendre devant la scène Jean Louis Foulquier afin de voir -M- (Matthieu Chedid) en live. Sa rĂ©putation n’est plus Ă  faire, on savait d’avance que le show serait excellent. Avec ses lĂ©gendaires solos de guitare aussi bien trouvĂ©s que maĂ®trisĂ©s, ou encore ses solos de batterie, -M- s’offre un public ultra dynamique et pas fatiguĂ© pour un sou! Bref : vive le rock !


On termine la soirĂ©e sur une bonne note, et allant profiter de l‘after-party au CafĂ© Pollen, oĂą s’est dĂ©roulĂ©e une jam session des plus folles, ce qui m’a rappelĂ© de nombreux souvenirs en Belgique (rires!). C’Ă©tait la touche finale parfaite pour clĂ´turer ce premier jour des Francos!

JEUDI

Deuxième jour du festival, la mĂ©tĂ©o est toujours au rendez-vous et la journĂ©e s’annonce tout aussi chaude que la veille. Après une petite balade sur le port pour accĂ©der au festival, on se dirige vers le Théâtre Verdière, oĂą Arthur Ely s’apprĂŞte Ă  monter sur les planches. Son style nous rappelle celui de Lomepal, ou RomĂ©o Elvis (qui dit grand festival, dit grandes comparaisons!). DotĂ© d’un franc-parlĂ© posĂ©, sans artifices, sur une voix agrĂ©ablement mĂ©lodieuse, il nous dĂ©livre de belles compositions personnelles. Je tiens Ă  prĂ©ciser qu’Arthur Ely aura fait lever tout le théâtre Verdière pour danser au rythme des derniers titres! La fin du concert approche et on a mĂŞme pas besoin de bouger car Vendredi sur Mer ne va pas tarder Ă  arriver ! La voix poĂ©tique de la chanteuse nous emporte Ă  travers illusions et dĂ©sillusions, sur des paroles tranchĂ©es et assumĂ©es. On ne voit pas le concert passer, quand elle annonce dĂ©jĂ  la dernière chanson…

Peu de temps après, Synapson dĂ©barque sur la scène Jean Louis Foulquier, et fait une entrĂ©e fracassante! Le groupe arrive Ă  faire bouger le public en un claquement de doigt, et propose une musique Ă©lectro-pop plus que ravageuse. On danse, on frappe dans les mains, et on s’ambiance comme il se doit !

Entre temps, se tenait aussi le concert de Dick Annegarn Ă  la salle bleue de la Coursive. Un public attentif et connaisseur l’attend avec impatience. Les morceaux s’enchaĂ®nent et le chanteur nous explique son projet “12 villes, 12 chansons” (cela ne vous rappelle pas quelque chose?). Et puis, “Bruxelles” arrive, et la salle est en un rien de temps charmĂ©e.

Il est temps de repartir juste après le concert pour aller voir Hocus Pocus & C2C sur la scène Jean Louis Foulquier. MalgrĂ© le fait qu’ils soient plus de 7 sur scène, c’Ă©tait pas la cacophonie, ils se sont franchement bien dĂ©brouillĂ©s niveau acoustique. On a adorĂ© le show qui s’est voulu ultra novateur et dansant.
Après avoir mangĂ© sur le pouce très tardivement, l’heure est venue de voir Christine and the Queens et son spectacle lĂ©gendaire. La chanteuse retourne la scène Jean Louis Foulquier comme jamais! “Chris” se donne corps, cĹ“ur, et âme, dans une musique intemporelle et moderne, Ă  son image. On a du mal Ă  danser tellement la foule est dense sur un parterre archi archi sold-out. Bref, on valide ! Une pause s’impose, et on se dĂ©tend sur les transats mis Ă  disposition sur le site. On a peu de temps devant nous, car The Blaze commence dans mĂŞme pas un quart d’heure!

Alors que dire du concert de The Blaze… Contrairement Ă  leur prestation Ă  l’Ancienne Belgique en mars dernier, le son Ă©tait ici impeccable, et a rĂ©ellement mis en valeur tous leurs effets et autres mĂ©lodies Ă©lectroniques. MalgrĂ© l’heure tardive, il reste encore pas mal de monde dans la fosse, prĂŞt Ă  danser dans tous les sens, en se laissant aller au grĂ© des basses imposantes et des voix presque aĂ©riennes. Le show light est superbe, la musique est excellente, bref on en redemande encore et encore.

Pour clĂ´turer cette deuxième journĂ©e, on se laisse Ă  nouveau tenter par le CafĂ© Pollen, qui propose une jam session spĂ©ciale QuĂ©bec! Face Ă  la mer, on Ă©coute avec distraction et amusement ces petits concerts improvisĂ©s, en se laissant porter par la musique et le bruit des flots…
La suite? C’est par ici !

Écrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset