Esperanzah! 2019 : les concerts Ă  ne pas louper !

Le Festival Esperanzah! revient pour sa dix-huitième édition dans le cadre de l’Abbaye de Floreffe de vendredi à dimanche. Comme chaque année c’est une programmation aussi large qu’ouverte qui sera proposée au public, à la croisée des mondes, des cultures, et des univers artistiques et musicaux. Qui dit large et ouvert, ne dit pas forcément “fourre-tout bordélique”, bien au contraire. Choisir c’est renoncer, et ce fut compliqué, et ces choix sont forcément subjectifs, mais on vous propose malgré tout notre petite sélection des 3 concerts à ne pas louper chaque jour cette année à Esperanzah!

VENDREDI

Danakil & The Baco All Stars (scène Jardin – 19h30)

C’est assez rare en festival pour être signalé mais c’est deux heures de concert aux accents de reggae qu’ils vont nous servir. Poser un esprit et une énergie tranquille, ça prend du temps, alors deux heures c’est bien. Et pour l’occasion ils seront accompagnés par toute une série d’invités qui font partie du label qu’ils ont créé.

Dub FX (scène Futuro – 21h45)

Benjamin Standford de son vrai nom arrive tout droit d’Australie pour proposer un son où se marient dub, reggae, drum and bass et beat box, parmi bien d’autres courants. Il s’est d’abord fait connaître sur les réseaux sociaux. Les internautes ont choisi leur camp, et rarement ils se trompent. On ira voir et écouter ça de nos yeux et nos oreilles.

Thylacine (scène Futuro – 00h00)

On a pas peur de l’Ă©crire, mais le jeune dj-saxophoniste-producteur français est probablement ce qui est arrivĂ© de plus intĂ©ressant Ă  la musique Ă©lectronique made in France ces dernières annĂ©es. C’est un vĂ©ritable artisan de la musique Ă©lectronique qui se prĂ©sente Ă  nous. Avec un premier album enregistrĂ© Ă  bord du TranssibĂ©rien et un second dans un van amĂ©nagĂ© en studio dans un pĂ©riple Ă  travers l’Argentine, il ne manquera pas de faire voyager les festivaliers au travers des contrĂ©es sauvages et planantes de sa musique. Et il a tout rĂ©cemment enregistrĂ© un titre au sein du château de Versailles.

SAMEDI

Michael Kiwanuka (scène Jardin – 20h15)

Ougandais ayant vĂ©cu dans la banlieue de Londres, c’est d’un destin mouvementĂ© qu’émerge une belle hybridation culturelle. Il en dĂ©coule une soul portĂ©e par une voix chaude et rassurante qui fait l’unanimitĂ© au niveau international.

L.E.J (scène Jardin – 23h00)

Avec un premier album appelé “Poupées Russes” sorti il y a un an et avec une Victoire de la Musique en tant que “Révélation Scène” en 2017, on peut attendre quelque chose de solide et construit de leur part. Défonçant gentiment mais sûrement les barrières des genres, elles mélangent avec justesse les harmonies vocales, le gospel et le hip-hop, le tout sur un fond de violoncelle et de percussions.

Fakear (scène Futuro – 00h15)

Voilà un autre artisan magicien de l’électro française “good vibes” actuelle, au même titre que Thylacine. Il appartient à cette génération de dj-producteur qui ne trichent pas sur scène, puisque ses consoles sont toutes penchées légèrement en avant de manière à les rendre visibles pour le public qui assiste alors à la construction des morceaux en live. Loin de là l’idée du dj qui vient avec sa clé USB et qui fait le show à coup de “push your hands up in the air”. On se laissera bercer et on se déhenchera sur ses rythmes et ses beats qu’ils va piocher principalement dans la partie orientale du globe.

DIMANCHE

VanupiĂ© (scène Jardin – 14h30)

Le Monsieur décide du jour au lendemain de tout quitter et de se lancer dans la musique. Après un premier album défendu notamment en première partie de Tryo et d’Alpha Blondie, il revient avec un second album aux sonorités reggae, avec des touches soul et pop. Et ca passe plutôt bien, surtout si le soleil s’en mêle.

Hilight Tribe (scène Futuro – 21h45)

Baroudeurs des hémisphères et des continents depuis 20 ans, les membres d’Hilight Tribe comptabilisent plus de 750 concerts. Portés par une musique trance qui se nourrit des cultures du monde, ils ne se contentent pas d’être de “simples” bidouilleurs sonores. Sur scène, c’est avec un véritable attirail d’instruments ancestraux qu’ils viennent activer le rythme de la danse et de la trance chez les spectateurs. Le tout en prônant l’unité et la paix des peuples et des cultures. Bref, ils seront dans leur jardin à Esperanzah!

Caravan Palace (scène Jardin – 23h00)

Être au carrefour du vintage et des sonorités actuelles est devenu la marque de fabrique des français, mêlant gros beats survitaminés avec contrebasse, cuivres et autres instruments plus traditionnels. C’est une énergie dansante qui se dégage de leur musique et de leurs chaudes et intenses prestations lives, à la manière des “Cats” des Aristochats qui s’embarquent dans une folle improvisation musicales et festive pour finir par défoncer le plancher. Oui on fait avec les références qu’on a en stock.

Voilà de quoi vous occuper les yeux, les oreilles, et tous les autres sens le week-end prochain. Et parce qu’on est faible et qu’on a pas été capable de se limiter à ces choix forcément trop restrictifs, n’hésitez pas non plus à aller voir Glauque, Giorgio, Monolink, Feu! Chatterton, Rafael Aragon et tout le reste de l’affiche en fait.

Écrit par Jean-Yves Damien