Esperanzah! 2019 plus que de la musique

L’étĂ© est synonyme de festivals. La Belgique en compte un nombre impressionnant et le choix est souvent difficile.

Pourtant, chaque festival, outre sa programmation musicale, a son propre ADN. Esperanzah ! n’échappe pas Ă  la rĂšgle : festival convivial, familial, engagĂ©, festif. L’édition 2019 qui s’achevait ce dimanche n’a pas Ă©chappĂ© Ă  la rĂšgle.

Esperanzah ! c’est tout d’abord un lieu. L’Abbaye de Floreffe. Ses bĂątiments magnifiques, ses chemins de pavĂ©s, ses espaces suspendus, le tout dĂ©corĂ© spĂ©cialement pour l’occasion : des dizaines de parapluies colorĂ©s accueillent les festivaliers, des sculptures/montages en bois parsĂšment le parcours. On entre dans un autre monde. Sensation encore renforcĂ©e quand la nuit tombe et que les ampoules colorĂ©es viennent parsemer le site. On pourra se poser la question de la mobilitĂ© sur le site, surtout Ă  l’issue des « gros » concerts. Le nombre de festivaliers se dĂ©plaçant d’une scĂšne Ă  l’autre entraĂźne un phĂ©nomĂšne d’étranglement Ă  certains endroits qui pourrait en cas de mouvement de foule se rĂ©vĂ©ler dangereux.  C’est sans doute un des signes que la capacitĂ© du site Ă©tait plus qu’atteinte pour cette Ă©dition.

Il y a ensuite le public, bigarrĂ©, joyeux et enthousiaste. DiversifiĂ© aussi : on croise des familles, des groupes d’adultes et surtout beaucoup de jeunes, en bande, le visage maquillĂ© ou pailletĂ©, des fleurs ou un chapeau de pirate dans les cheveux. Le tout se mĂ©langeant avec une rĂ©elle sensation de libertĂ©. Ce mĂ©lange crĂ©e une ambiance conviviale et bon enfant. On voit d’ailleurs peu de sĂ©curitĂ© sur le site contrairement Ă  d’autres festivals trĂšs encadrĂ©s.
Chacun peut y trouver son compte entre le village des enfants, l’espace worldfood (de l’Italie au Mexique en passant par l’Argentine, il Ă©tait difficile de ne pas trouver son bonheur) ou encore les nombreux stands d’associations qui proposent de nombreuses actions de sensibilisation. Esperanzah ! est aussi un festival citoyen.

Mention spĂ©ciale Ă  la propretĂ© des lieux, rĂ©sultats de comportements eco-responsables de la part des spectateurs. Il faut dire que les poubelles de tri sĂ©lectif Ă©taient trĂšs nombreuses et qu’il Ă©tait difficile de les rater.

Cette annĂ©e, Esperanzah ! se voulait Ă©galement attentif au respect de chacun et de chacune. De nombreux panneaux reprenant des slogans percutants jalonnaient les parcours entre les scĂšnes, rappelant Ă  chacun et chacune que le corps de l’autre n’est pas Ă  disposition, que les gestes dĂ©placĂ©s n’ont pas lieu d’ĂȘtre et que « non c’est non ».

Le festival souhaite donner une place Ă  chacun et chacune, proposant Ă©galement des podiums rĂ©servĂ©s aux personnes Ă  mobilitĂ© rĂ©duite. Reste la question plus globale de l’accĂšs PMR vu la configuration du site (sol pavĂ©, cĂŽtes importantes entre les scĂšnes,
). Peu d’amĂ©nagements Ă©taient proposĂ©s mais il serait difficile de proposer quelque chose de beaucoup plus efficace vu l’endroit.

Esperanzah ! 2019 peut ĂȘtre qualifiĂ© de rĂ©ussite. Il y a sans aucun doute des questions qui se poseront aux organisateurs notamment en termes de limite de capacitĂ© du lieu. L’édition 2020 pourrait donc rĂ©server quelques surprises, Ă  suivre
.

 

Écrit par Christelle Cotton

Christelle Cotton

Chroniqueuse / Reporter