Ronquières 2019 : Un festival réussi avec une édition record!

8ème édition du festival de Ronquières et encore une fois il a affiché soldout avant même le début des festivités. Le succès familial de ce festival n’est plus à démontré, avec pas loin de 48.000 personnes sur les deux jours, ce qui constitue un nouveau record du côté du plan incliné. Le site bien aménagé, l’ambiance familiale, une attention particulière prêtée aux festivaliers ainsi qu’une affiche cohérente. Tout est mis en place pour perdurer ce succès et c’est tout ce qu’on leur souhaite!

Place à la musique et nous arrivons avec le hip-hop du groupe belge Glauque. Le flow est rapide, maîtrisé et leurs instrus aux inspirations très variées réveillent les festivaliers venus assister à l’envol d’un groupe dont on va certainement encore entendre parler. Ils tournent énormément depuis le début d’année et on sent que ça leur fait du bien, les prestations sont de meilleurs en meilleurs. Très clairement un groupe à suivre dans les prochaines années.

Direction Bâbord avec un nouveau concert de Juicy! Après leur performance au festival de Dour elles reviennent ici dans une formule plus traditionnelle de duo. Les comparses sont comme à l’accoutumée très énergiques et communiquent bien avec le public. La foule commence à arriver sur la plaine mais on apprendra plus tard qu’il y a eu pas mal de problèmes d’embouteillages pour arriver sur le site, ce qui explique cette arrivée au compte-goutte des festivaliers.

On se réveille un peu avec les Français de Last Train pour une bonne dose de rock! Le leader a 22 ans mais déjà une aisance sur scène à toute épreuve, il nous rappelle un certain Pete Doherty avec son attitude rock’n’roll un peu “je m’en foutiste“. Il se déchaîne et n’hésite pas à haranguer le public qui répond bien à ses appels. Le groupe mélange des parties bien rythmées et rentre dedans à des passages plus lents et atmosphériques, ce qui nous offre une belle palette de rock.

Et voilà que ça balance pas mal à Tribord avec Typh Barrow! On l’a déjà dit mais elle a la soul en elle et parvient à communiquer son groove avec le public sans soucis! Elle joue en majorité des titres de son album Raw, disque d’or quand même. On continue dans l’ambiance familiale et super positive. Elle descend dans les premiers rangs du public pour un peu plus de proximité sur le morceau dédié à sa petite sœur. 

Les bons beats dansant de Boulevard des Airs profilent bien la suite de la soirée. L’ambiance monte petit à petit et le site lui se rempli de plus en plus. Les embouteillages sont terminés et le public peut enfin arriver librement sur la plaine. D’ailleurs il chante et danse sur toute la plaine, y compris au VIP ce qui n’est pas toujours gagné à Ronquières! Le groupe continue d’avoir un énorme succès en Belgique et l’ambiance est aussi au rendez-vous. Evidemment une grande partie des chansons de leur album “Bruxelles” sont de la partie, mais on aura droit également aux morceaux du dernier album en date, sorti l’an dernier, Je me dis que toi aussi. Pas de surprise lors de ce concert, mais que du plaisir!

Ce n’est pas la première fois qu’il vient et une nouvelle fois Mustii électrise le public de Ronquières! L’hyper maniéré sur scène, Thomas Mustin, démontre encore toute l’étendue de son talent scénique et sa capacité incroyable à entrer en communion avec son public. Comme une cérémonie shamanique, les deux parties semblent entrer en transe ensemble pour créer cette magie Mustii qui s’opère quasi systématiquement. Une recette qui fonctionne sur chaque date, il a le public dans sa poche.

Antoine Valentinelli, plus connu sous le nom de Lomepal, met tout le public du festival d’accord avec un show complet, assuré et maîtrisé. La foule reprend en chœur les refrains les plus connus avec beaucoup de plaisir et vu l’affluence il n’a pas volé son statut de tête d’affiche du jour avant la soirée électro. Le son de ce concert est particulièrement excellent et on ressent qu’il apporte pas mal de soins aux différents détails de son show. Après le concert on verra d’ailleurs pas mal de festivaliers médusés par l’excellente prestation à laquelle ils viennent d’assister… Et la soirée ne fait que commencer!

Quel lancement pour cette soirée électro! Todiefor à Bâbord sait ce qu’il a à faire et le fait bien. Il ambiance la foule avec un show, certes sans risque et rempli de tubes déjà entendu à maintes reprises, mais au combien efficace. On profitera de cette pause du côté du site pour se sustenter à l’un des nombreux food trucks présent au festival.

Qui d’autre que les 2 Many DJ’s peuvent nous sortir un Mo-do – Einz Zwei Polizei, ou bien Zomby? Un DJ set absolument remarquable, les transitions se font en douceur, le choix des morceaux est hyper cohérent avec le public qui les attend. Ici les 2 Many ont clairement fait plaisir aux trentenaires avec un DJ set léché rempli de morceau où l’on se dit :”Oooh mais ouiiii! Je connais ça !” Et qui vous rappellent un tas de souvenirs. Néanmoins on aurait préféré avoir des projections comme ils le font sur leurs tournées Radio Soulwax, avec les pochettes d’albums animées mais ce ne fut pas le cas. Don’t forget : 2 Many is never too much!

C’est Ykons, un groupe de la région liégeoise qui nous accueille pour ce deuxième jour. Ils ont sorti leur album “Reflected” en début d’année, c’est une pop aux accents rock admirablement bien foutue! Y’a déjà pas mal de monde sur la plaine qui profite du soleil et des différentes activités mise à disposition des festivaliers. Le message étant passé la veille d’essayer d’arriver plus tôt afin d’éviter un maximum les embouteillages. Malheureusement tout le monde n’écoutera pas ce conseil et il y aura donc à nouveau quelques problèmes pour arriver sur le site aujourd’hui courant de l’après-midi.

Quel plaisir ensuite de retrouver Novastar sur la scène Bâbord! Ça faisait un paquet d’années qu’on ne les avait plus vu et l’occasion était trop belle ici à Ronquières. Le soleil, une petite bière et des amis c’est le combo parfait en début d’après-midi avec ce groupe dont la musique pop et mélodique nous rappelle notre 1er Rock Werchter en 2004 (année durant laquelle il y a eu les 2 Manys Dj’s également, venu remplacer David Bowie en dernière minute). On peut dire qu’on prend ce qu’on est venu chercher, c’est-à-dire beaucoup de plaisir et de nostalgie en écoutant le projet de Joost Sweegers.

Soleil, bonne humeur et Grandgeorge sont au rendez-vous sur la scène Tribord, le public est quant à lui bien étalé à son aise sur toute la plaine. Encore un peu de pop mais cette fois aux accents “bluesy“, voilà ce que nous propose Grandgeorge qui n’en est pas à sa première venue ici… Il a démarré sa carrière “festivalesque” ici il y a 4 ans! L’histoire d’amour entre le groupe et Ronquières se poursuit et vu encore le succès à la fin du concert, ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Bim badaboum voilà le retour de Konoba a Ronquières! Cette fois-ci pour défendre le projet 10 avec R.O durant lequel ils ont parcouru 10 pays en 10 mois pour créer 10 morceaux. La plaine côté Bâbord est bien remplie pour accueillir le duo qui joue pas mal de morceaux du dernier album mais sans oublier le classique “On Our Knees” qui remporte évidemment son petit succès auprès du public. Malgré un petit stress avant de monter sur scène, les deux gaillards sont à l’aise et jouent de plus en plus avec le public. On sent que le fait d’avoir écumé différentes scènes à travers le monde les a bien fait grandir. Enorme succès de foule pour ce concert, avec un public qui aurait certainement souhaité que ça dure encore un peu plus longtemps.

Quelle prestation encore de Adam Naas… Comme à chaque fois, ceux qui ne connaissent pas tirent une tête pas croyable quand ils découvrent les prestations vocales et scéniques du jeune homme. Son talent n’est pas a démontré et il ne faut pas beaucoup de morceaux pour mettre tout le monde d’accord qu’il a quelque chose de sacrément spécial. Il se donne sur scène et capte l’attention de quiconque assiste au show, sa voix peut partir dans tous les sens, des aigus aux graves et sa musique reste généralement pop-soul avec un côté sombre. Il aurait peut-être mérité une programmation un peu plus tardive, mais on sait à quel point il est difficile de gérer les horaires de chacun.

Le soleil est toujours bien présent et c’est Clara Luciani qui monte à Bâbord. On l’avoue, la pop en français n’est pas notre truc de prime abord mais… il faut avouer qu’il y a quelque chose qui nous retient. Elle a une certaine aura qu’on n’explique pas mais il est impossible de ne pas être pris dans son univers. Sachant qu’en plus elle était malade et au vu de la prestation qu’elle a fourni, on ne peut que saluer sa super performance. Si, même en n’étant pas à 100%, elle parvient à nous en envoyer autant, faut pas demander ce que c’est quand elle est en pleine forme! Pas impossible du coup qu’on se rende au festival Les Solidarités à Namur le dimanche 25 août pour assister à une nouvelle performance de la française.

Envoûtant et poétique Eddy de Pretto côté Tribord. La sincérité explose de sa prestation et impossible de ne pas être réceptif à ses textes autant que sa prestation. La plaine est véritablement blindée pour accueillir le kid avec polo, basquettes et casquette blanche. C’est la dernière date de l’été et il en profite un maximum, du coup le public aussi, tout le monde est gagnant!

Quel savoureux concert de Eagle Eye Cherry ensuite! Malheureusement la plaine n’est pas aussi remplie qu’auparavant, une grosse majorité des festivaliers a choisi d’aller manger en même temps. Mais ça n’empêche pas l’artiste de donner comme si tout était plein et le public présent est à fond dedans. Un bon retour aux 90’s comme le festival sait nous l’offrir pratiquement chaque année. Le monsieur est grand seigneur, même s’il joue une majorité des morceaux de son dernier album, il n’oublie pas les classiques indémodables que sont Save Tonight ou bien Falling in Love Again pour notre plus grand plaisir. Il restera également quelques minutes en backstage le temps de prendre des photos avec les fans, il a la main sur le coeur le demi-frère de Neneh Cherry.

Big Flo & Oli débarquent devant une plaine qui déborde de spectateurs, tout le festival s’est donné rendez-vous pour accueillir les deux frères de la région Toulousaine. Accusant un petit retard avant de monter sur scène, inutile de vous dire que le public était plus que bouillant lorsqu’ils débarquent. Ils nous offrent un très grand show, comme d’autres rappeurs qu’on a vu éclore au fils des années. Malheureusement pour eux, un petit problème technique au niveau de la retransmission des écrans les empêche de fonctionner. Ce qui gênera une bonne partie des spectateurs d’assister correctement au show tellement il y a du monde. Au final le show sera un peu raccourci au niveau temporel, mais certainement pas du point de vue qualitatif!

Écrit par Gaël Rinclin