BlueBird Festival : un ramage digne de son plumage

C’est dans le paisible village de Ohey que Sc√®nes Belges est venu souffler les bougies √† l’occasion du 10 √®me anniversaire du Blue Bird Festival. Tout √©tait pr√©vu pour que cet anniversaire soit une r√©ussite, et le bel oiseau avait d√©ploy√© ses ailes multicolores, tant au niveau des installations qu’au niveau de la programmation. Tout avait √©t√© pr√©vu sauf la pluie, invit√©e de derni√®re minute et qui avait profit√© de ce dernier week-end de juillet pour s’installer sur la r√©gion, telle une cigogne sur une chemin√©e alsacienne… Mais il en fallait bien plus aux courageux organisateurs et b√©n√©voles qui, jusqu’au bout, ont lutt√© contre les conditions climatiques pour que l‚Äô√©v√©nement soit √† la hauteur des nombreux participants.

Pour preuve, la tente install√©e “sur le pouce” par les membres de l’√©quipe de l’Oiseau Bleu, face √† la Main Stage, afin de permettre au public d’assister au sec aux performances des groupes programm√©s sur cette derni√®re, mais aussi d’abriter certains artistes tels que Mime Hic ou Buvez Moi, qui gr√Ęce √† cette proximit√© inattendue nous ont permis de profiter bien plus de leur univers.

Malheureusement, cette pluie ne nous a pas permis de profiter pleinement du Nid, sympathique podium install√© en plein air, et les artistes initialement pr√©vus sur celui-ci ont d√Ľ trouver refuge sous la MJAM Stage.Cela ne nous a pas emp√™ch√© d’accompagner David Lombard dans ses ambiances o√Ļ folk, country et rock des grands espaces, nous laissant entrevoir les traits d’√©crivains tels que Bruce Springsteen et Jason Isbell, chers au song writter li√©geois et pr√©sent sur son album “Looking for a Dream”.

David Lombard

Et c’est sous cette m√™me pluie que m’est apparu cette √©claircie cosmo-musicale nomm√©e Walk on the Moon, r√©union spatio-temporelle des tr√©pidations ska et des cuivres des Specials, habill√©s d’un groove qu’Amy Whinehouse n’aurait pas reni√©. Un magnifique rayon de soleil sur la Main Stage que Marie et ses acolytes nous ont offerts.

Walk on the Moon

Et l’arc en ciel de la journ√©e nous a √©t√© servi sur un plateau par les membres de Camping Sauvach. Pas de frigo-box, de cano√ę-kayak ou de tentes hollandaises mais une belle bande de fous chantants de retour sur sc√®ne pour un petit p√©riple bienvenue par ce temps de palmip√®de. Il y a un zeste de Gangsters d’amour et un soup√ßon de N√©gresses Vertes dans cette bonne humeur communicative que distille Didier Galand et son band, revenus sous leur forme  (presque) originelle. Et j’ose esp√©rer que ce retour donnera suite √† de nouvelles aventures car l’esprit d√©gag√© lors de leur prestation a tout simplement r√©ussi √† d√©loger de la tente,initialement  install√©e devant la Main Stage pour le public non waterproof, de nombreux spectateurs n’h√©sitant pas √† accompagner par le geste et la voix notre combo namurois.

Camping Sauvach

Malgr√© les conditions m√©t√©orologiques, il y avait beaucoup de chaleur sur le site du BlueBird Festival, tant dans la programmation des divers artistes pr√©sents que dans l’organisation, les nombreuses activit√©s et jeux pr√©vus dans et en dehors de l’enceinte du festival en √©tant la preuve.

Et cette chaleur √©tait pr√©sente tout au long de la journ√©e, jusqu’au bout de la nuit pour accompagner les artistes et les remercier de donner √† ce festival la possibilit√© de f√™ter dignement son dixi√®me anniversaire

L’organisation avait √©galement √† coeur de se d√©marquer par son implication dans l’√©cologie et le respect √† donner au milieu dans lequel nous nous trouvons. La r√©alisation du podium “le Nid”, tout en palettes, les chaises longues, les stands, tous dans ce m√™me mat√©riau. De m√™me que les informations sur les diverses √©nergies alternatives et leurs moyens de production, disponibles et expliqu√©s sur le site. Bref, un label Vert pour un volatile Bleu…

Un petit b√©mol tout de m√™me ? Allons, j’ose… La file d’attente au stand des cr√™pes. Je suis gourmand, et les cr√™pes bien trop bonnes. C’est tout.
Je voudrais √©galement d√©cerner une m√©daille collective aux “braves et braves ” qui avaient investi le camping le vendredi soir… Sortir de la tente le samedi matin n’a pas d√Ľ √™tre facile, mais les animations en valaient la peine.

  N’y a t-il pas un dicton qui dit “festival pluvieux, festival … heureux ” ?

√Čcrit par Eric Jacqmain