Le mélange magique de King Gizzard & The Lizard Wizard fait son effet.

Encore une formation à tendance psychédélique qui vient nous ravir dans une Ancienne Belgique blindée de chez blindée! Le groupe joue et rempli la salle deux jours d’affilée. Attachez vos ceintures, ça file dans tous les sens avec King Gizzard & The Lizard Wizard!

Présentation rapide du groupe composé d’une ribambelle de protagonistes : Stu Mackenzie, Ambrose Kenny-Smith, Cook Craig, Joey Walker, Lucas Skinner, Eric Moore et Michael Cavanagh. Ça en fait du monde sur scène! Ceci explique également la multitude d’influences dont le groupe joui pour créer sa propre musique. Parce qu’il est difficile de décrire leur musique, il y a du heavy metal, rock garage, blues, southern rock, jazz, punk, etc… Tout ça remis à la sauce King Gizzard & The Lizard Wizard pour donner un mélange qui fonctionne foutrement bien!

C’est un groupe ultra prolifique avec un total de 13 albums jusqu’à présent. En 2017 ils ont fait le pari un peu fou de sortir 5 albums sur la même année, dont 2 en téléchargement libre, ce qu’ils ont fait en sortant le dernier le 31 décembre 2017.
Pari tenu!

Visuellement, c’est typiquement le genre de collectif dont on attend une bonne prestation et on n’a pas été déçu. On peut s’y perdre durant tout le concert, du psychédélisme tous azimut avec des projections démultipliées du groupe en direct, des images déformées traversées par des éclairs, d’autres effets bien senti et mention spéciale à l’alligator qui pilotait un avion jaune flash tombant dans une spirale changeant de texture… Difficile de le décrire avec des mots, il faut le vivre!

L’enchaînement Alter me III et Altered Beast IV est un combo imparable! Surtout pour nous dont l’album Murder of the Universe sorti en 2017 est une de nos références du genre. Le public est à l’image de cette soirée : complètement foufou! Ça commence à se jeter de la scène pour des courtes séances de crowdsurfing. Un public qui n’aura pas démérité et aura bien montré son enthousiasme pendant tout le concert et finissant par un véritable triomphe lorsque le groupe doit quitter la scène. On termine le concert transpirant et content d’avoir voyagé avec ces foufous d’australiens pendant plus d’une heure et demie. Comme le veut la formule, les plus valeureux continuent la soirée en haut, au club, avec une performance spéciale de Marc Decock sous le nom de King Dick, ça promet!

On se laisse avec un live capté ici même à l’Ancienne Belgique qui date déjà de 2016 afin que vous puissiez vous rendre compte de la folie et l’énergie de ce groupe! On imagine assez bien que le show du lendemain sera au moins aussi bon. Si vous ne connaissez pas et que vous êtes aventureux musicalement parlant, foncez les voir lors de leur prochain passasge par chez nous, vous ne serez pas déçu du voyage!

Écrit par Gaël Rinclin