SYML Ă  l’AB : Un concert qui a crĂ©e la surprise!

C’est dans l’Ă©lĂ©gante salle de l’Ancienne Belgique, toute de rouge vĂŞtue, que se produit SYML. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est qu’il est dĂ©jĂ  passĂ© par chez nous en participant Ă  l’Ă©mission culte D6BELS. Lors de ce showcase, cet artiste touche-Ă -tout a assurĂ© seul un concert intimiste et minimaliste, pour le plus grand plaisir de ses fans. Dans le cadre de sa tournĂ©e europĂ©enne, SYML est de retour en Belgique pour un show totalement inĂ©dit, dans un tout autre format. La soirĂ©e s’annonce pleine de surprises…

Malgré mes nombreuses venues, la salle de l’Ancienne Belgique me fera toujours autant vibrer que les musiciens qui l’occupent. Cette atmosphère unique fait que l’on se sent très vite chez soi, dans la convivialité d’une bonne soirée. Et, ce bon moment, c’est avec SYML que l’on le passera ce soir.

La grande salle de l’Ancienne Belgique se remplit tout doucement, jusqu’Ă  devenir proche du sold-out. Il faut dire que grâce Ă  son talent (et Ă  la magie de youtube), SYML a une grande fan-base en Belgique ! Il n’en a d’ailleurs pas fallu beaucoup pour convaincre le public dès le dĂ©but du concert. Avec un rideau de jeux de lumières pastel en arrière-plan, les trois musiciens prĂ©sent ce soir entament l’instru’ de The Bird, en l’allongeant de quelques passages Ă©lectro-rock totalement inĂ©dits. Au grĂ© des titres, SYML crĂ©e la surprise par rapport aux versions digitales de ses morceaux : En effet, toute sa setlist est intelligemment repensĂ©e, de manière Ă  ĂŞtre parfaitement adaptĂ©e Ă  un show de cette envergure. Il faut dire qu’avec un seul titre connu du grand public (Where’s my love), SYML doit dĂ©fendre le reste de ses compositions, pour la plupart issues de l’album Ă©ponyme sorti il y’a mĂŞme pas un an.

Certains morceaux sont décousus, on ne distingue parfois pas le refrain du reste, mais musicalement  parlant, ça reste puissant. De longues intros et outros nous font oublier le temps, on ne s’attendait pas vraiment à danser dans tous les sens ce soir, et pourtant, c’est chose faite ! Viens le moment où SYML fait une petite pause dans son concert pour faire un question/réponses géant. Le concept ? On hurle une question, et lui y répond, avec un peu de second degré et beaucoup d’humilité, qui nous a bien fait rire.

Avec sa voix parsemée tantôt de groove, tantôt de lyrisme, on est transportés dans un univers auquel personne n’avait pensé en entrant dans la salle. Que de surprises ce soir ! En parlant de surprises, SYML a osé l’autotune sur l’un de ses morceau (Bed). Inutile de vous dire que l’autotune n’a pas montré ce morceau sous son meilleur jour. La voix de SYML n’en a absolument pas besoin, et cela a fortement contrasté avec les morceaux précédents et suivants, qui étaient vocalement très beaux et plein d’harmonies naturelles.
Le trio passe presque par tous les genres de musiques dans une setlist de 16 morceaux et 1h20 de concert : entre rock, pop, électronique, country, acoustique, électro-autotune, on en prend plein les oreilles (et plein les yeux avec les élégants visuels qui renforcent le charme des morceaux).

La fin du concert se fait ressentir avec une sublime reprise de Mr Sandman, titre qui signifie « marchant de sable » en anglais. SYML nous expédie au pays des rêves en un rien de temps, et il sonne l’heure d’aller se coucher après cette fabuleuse soirée.

Comme ma tradition l’oblige, voici un top 5 des morceaux qui valent la peine d’ĂŞtre Ă©coutĂ©s et apprĂ©ciĂ©s Ă  leur juste valeur.

  1. Fear of the water : Ce morceau tout en douceur, lenteurs, pauses, s’Ă©coute sans modĂ©ration. SYML dĂ©crit des Ă©motions aussi claires et limpides que l’eau.
  2.  Mr Sandman : Cette reprise de The Chrodettes donne une toute autre dimension aux paroles et Ă  l’atmosphère de la chanson.
  3.  WDWGILY : Un titre électronique, aux accents mélancoliques excellemment bien produit.
  4. The Bird : Le calme avant la tempĂŞte. La tempĂŞte Ă©tant l’outro Ă©lectronique qui part dans tous les sens, en restant nĂ©anmoins cohĂ©rente avec le reste du morceau.
  5.  Flags : Ce titre n’est pas encore sorti mais après avoir entendu l’histoire qu’il y’a derrière, et les premières notes durant le concert, je n’ai pas pu m’empĂŞcher de l’inclure dans ce top.

Écrit par Solenn Gousset

Solenn Gousset