Voyage flamboyant avec Nick Murphy √† l’AB!

Mais qui est Nick Murphy? Il était anciennement connu sous le pseudonyme de Chet Faker, qui vous est déjà peut-être plus familier, il est né à Melbourne, Australie, en juin 1988.

Alors pourquoi est-ce que je dis ‚Äúanciennement connu‚ÄĚ? Car fin 2016 il a d√©cid√© de changer de pseudo sur sc√®ne et a pris son nom de naissance, Nick Murphy, √† la place de son pseudo Chet Faker.
Il avait choisi ce dernier à la base car il existe un autre musicien déjà reconnu et établi au nom de Nick Murphy et Chet Faker lui est apparu comme une évidence pour rendre hommage à Chet Baker car il a écouté énormément de jazz dans sa jeunesse.

Concert annonc√© soldout depuis belle lurette, les fans de l’Australien sont pr√©sents ce soir √† l’Ancienne Belgique. Prestation de deux heures annonc√©e, vu les d√©convenues que nous avons lors de ces pr√©c√©dentes apparitions au Botanique ou √† Werchter (annulations et set sacr√©ment raccourci) on esp√®re que les engagements seront respect√©s cette fois-ci!

Le concert d√©marre √† l’heure et merveilleusement bien avec une intro tout en crescendo sur le morceau Hear It Now issu du dernier album Run Fast Sleep Naked. Il encha√ģne √ßa rapidement avec des titres du premier album Built on Glass sorti en 2014, Gold et 1998 se suivent, id√©al pour un d√©collage impeccable du concert. L’ambiance est mont√©e d’un cran sans attendre lors de ce duo de morceaux plus anciens. La setlist distille soigneusement les anciens morceaux parmi les nouvelles compositions de l’australien, c’est tr√®s √©quilibr√© et donc √ßa emp√™che le souffl√© de retomber √† plat comme √ßa peut souvent arriver. Les nouvelles compos ne font pas tache parmi les anciennes, m√™me si on sent une nette √©volution surtout au niveau orchestration, entre le premier et le deuxi√®me album. Le groupe nous offre des intros bien plus longues et travaill√©es que sur l’album, c’est un v√©ritable plaisir d’√™tre amen√© de cette mani√®re dans le morceau. Ils accompagnent √ßa par des passages instrumentaux au milieu de certain morceau afin de leur faire prendre encore une autre dimension ce qui n’est clairement pas pour nous d√©plaire. On (re)d√©couvre certains titres de cette mani√®re et √ßa apporte clairement quelque chose en plus √† l’exp√©rience du concert.

Sur scène, ils sont quatre musiciens avec le batteur assez en retrait sur la gauche. La basse et le clavier sont plus proches de Nick qui lui oscille entre la guitare et le piano en plus du chant.
Un show light et des projections qui pris séparément sont somme toute assez minimales mais qui une fois couplés offrent un bel ensemble pour habiller la scène dépourvue de décors. Des images captées en direct sont retransmises en fond de scène, ce qui permet aux plus éloignés de profiter également des expressions faciales des musiciens.

Un concert tout sourire et bonne humeur, absolument nickel pour d√©buter la semaine reboost√© avec l’√©nergie positive du concert “feel good” de Nick Murphy.

√Čcrit par Ga√ęl Rinclin