Hip-Hop masterclass par Freddie Gibbs au Botanique!

Passage par chez nous de l’un des maĂ®tres du hip-hop underground amĂ©ricain.
Fredrick Tripton, mieux connu sous le nom de Freddie Gibbs nous vient d’Indiana aux Etats-Unis et est actif depuis une petite quinzaine d’annĂ©es. Voyons voir tout ce que cette expĂ©rience nous amène sur scène!

Malheureusement nous n’aurons pas droit Ă  la prĂ©sence de Madlib sur scène avec lui ce soir. Lors d’autres dates, au Melkweg Ă  Amsterdam le lendemain ou la veille au Palais de Tokyo Ă  Paris par exemple, les deux comparses sont prĂ©sents, dommage pour nous! Parce que l’album Piñata qu’ils ont sorti ensemble en 2014 est un vĂ©ritable bijou. Tant dans les textes que dans les instrus hyper bien travaillĂ©s et diversifiĂ©s, cet album figure parmi les rĂ©fĂ©rences dans le hip-hop de ces dernières annĂ©es, on vous conseille vivement d’aller y jeter une oreille.

Il est 21h lorsque le flamboyant amĂ©ricain dĂ©barque sur scène, l’ambiance est dĂ©jĂ  bien chaude. On a eu la chance d’avoir Jay Prince en 1ère partie qui aura bien fait le boulot qui lui Ă©tait demandĂ©, on n’hĂ©sitera pas Ă  retourner voir le jeune britannique si l’occasion se reprĂ©sente.
Freddie Gibbs n’est accompagnĂ© que d’un DJ qui sert de backeur Ă  l’occasion, soit une bonne configuration hip-hop old-school comme on les aime. Avec le MC qui assure comme un malade au mic’, pas besoin d’artifice ou de mise en scène particulière quand on est si bon.
Durant la totalitĂ© du concert, le gaillard enchaĂ®ne les passages a capella sans broncher et dĂ©montre, s’il le fallait encore, qu’il est clairement au-dessus de pas mal de rappeurs, anciens ou rĂ©cents.

Le public continue d’ĂŞtre bouillant comme jaja et sert lui aussi de backeur de temps Ă  autre, les gens rĂ©pondent aux invectives de Freddie du tac au tac. Le MC rallie la foule Ă  grand coup de “F*ck Police” et autre “When I say E-S you say G-N” (du nom de son label) que le public reprenait en chĹ“ur avec un ardeur. L’amĂ©ricain n’hĂ©site pas Ă  faire une petite pause causette avec le public et vanner son DJ tous les 3-4 morceaux. C’en est devenu un running gag au cours de la soirĂ©e qui a sacrĂ©ment bien fonctionnĂ©, le DJ a pris cher mais toujours avec le sourire! On Ă©tait vraiment dans une excellente ambiance et complètement intimiste, c’Ă©tait comme si une bande de potes venaient voir un autre pote sur scène. Assez surrĂ©aliste quand on connait la carrière qu’il a dĂ©jĂ  derrière lui.

RĂ©glĂ© comme une horloge suisse, le MC originaire de l’Indiana a assurĂ© sa prestation Ă  partir de 21h pile pendant un peu plus d’une heure comme annoncĂ©. Heureusement, il ne prend pas les mauvais clichĂ©s des artistes hip-hop ‘ricains en Europe, qui ont tendance Ă  se pointer en retard et terminer leur performance plus tĂ´t. Quand ils se pointent…
Chapeau bas pour la vĂ©ritable leçon de hip-hop donnĂ©e ce soir par Freddie Gibbs dans une Orangerie du Botanique bondĂ©e et comblĂ©e par sa performance. On l’avait dĂ©jĂ  vu il y a quelques annĂ©es en festival (Dour 2013 et Ardentes 2015) mais on a complètement bien fait de revenir en salle, il y est encore plus monstrueux!

Écrit par Gaël Rinclin