Voyage solaire avec TALISCO √† l’AB

La r√©gion de Bordeaux est mondialement connue pour ses grands crus alcoolis√©s. Mais on pourrait aussi parler de ses grands crus musicaux parmi lesquels on peut notamment compter Noir D√©sir, Eiffel, Odezenne et TALISCO. De la chaleur et du soleil, m√™me beaucoup de soleil, il y en a tr√®s souvent dans les r√©gions o√Ļ poussent les vignes. Talisco nous a apport√© tout √ßa avec beaucoup de g√©n√©rosit√© et d’enthousiasme, comme du bon vin (ou de la bi√®re).¬† Bref, le cocktail parfait pour un glacial vendredi soir de novembre.

C‚Äôest dans sa version box que l‚ÄôAncienne Belgique nous accueille ce soir. Et en premi√®re partie LEO NOCTA vient tranquillement mais joliment ouvrir la soir√©e. Au programme : une demi-heure de volupt√© avec un duo synth√©-batterie, et quelques accords de guitares le temps d’un morceau. Ils s’accordent m√™me le plaisir d’un duo avec Alex Lucas et sa voix qui √©volue quelque part entre Christophe Willem et Selah sue. Le tympan laisse se glisser en lui cette pop douce et l√©g√®re. Tout √ßa commence √† sentir bon le soleil. L’AB a la bonne id√©e de balancer “Le temps est bon” de Bon Entendeur dans les enceintes pour nous faire patienter avant Talisco. Ok, l√† maintenant √ßa sent d√©finitivement le soleil ! Pendant ce temps, sur sc√®ne s‚Äôinstalle une s√©rie de longs et √©troits miroirs qui s‚Äô√©l√®vent vers le ciel comme des pics.

21 heures sonne comme l’heure du d√©part. TALISCO √† la guitare et ses deux musiciens √† la batterie et aux synth√©s/basse montent su sc√®ne. Ils partent pied au plancher et enclenchent directement la sixi√®me vitesse avec le titre “Sensation”, issu du dernier album Kings And Fools. Le son est √©pais, le light show sauvage et Talisco prend des poses conqu√©rantes avec sa guitare tout en balan√ßant ses m√©lodies √©piques. Idem pour son chant qui s’√©l√®ve de mani√®re aventureuse et solaire. Chaque morceau s’√©tire et se prolonge dans des versions r√©solument rocks. Le tout avec une euphorie qui se manifeste autant sur sc√®ne que dans le public. √áa y est, c’est les vacances, il y a plein de soleil et il fait chaud !
 
 
L’ensemble du set va se d√©rouler dans cette intense dynamique. Ils vont enchainer les titres issus de leurs trois albums durant l’heure et demi de concert. La force du r√©pertoire de Talisco est d’avoir quelques tubes imparables qui n’√©clipsent pas pour autant le reste du set propos√©. On pense ainsi aux titres “Your Wish”, “The Keys” et “Sun” dissimin√©s par-ci par-l√† dans le set. Vous savez ce genre de morceaux que vous avez d√©j√† entendu quelque part, √† la radio, dans une publicit√© √† la t√©l√©vision, qui sont rest√©s dans votre t√™te mais dont vous ignorez totalement qui en est l’interpr√®te. C’est un peu √ßa.
 
Entre deux morceau un mec dans le public ram√®ne trois bi√®res pour les membres du groupe. Du coup Talisco en profite pour vanter les m√©rites gustatifs de la Jupiler en comparaison √† une 1664… on ne les refera pas ces Fran√ßais. Le “mec aux bi√®res” reviendra un peu plus tard ramener d’autres bi√®res, sauf que sur sc√®ne ils sont nul part dans leurs bi√®res. Le public en profite alors pour chambrer gentiment le groupe. Et lorsque Talisco veut pr√©senter les deux musiciens qui l’accompagne un type crie “Non!”, fou-rire g√©n√©ral. Quand il finit finalement par les pr√©senter c’est pour dire que son clavi√©riste s’appelle Thomas Piron (v√©ridique) !
 
A l’heure du rappel, Talisco revient d’abord seul √† la guitare pour le titre “So old”, c’est toute la tension fragile de sa voix qui est alors mise en avant. le trio repart ensuite pour deux derniers titres : “I’m the dead man” et “Two Hands”. Ils √©vitent ainsi le trop facile pi√®ge du rappel en forme de concentr√© des titres les plus populaires du r√©pertoire, sans pour autant faire retomber l’ambiance, au contraire.
 
 
L’√©lectro-pop de Talisco peut parfois para√ģtre l√©g√®re dans sa version studio, mais en live elle se gonfle et d√©boule bien comme il faut en poussant les murs, sans rien casser. On √©tait venu chercher du soleil, de la l√©g√®ret√© et des good vibes, on est reparti avec tout √ßa, et m√™me plus encore.

 

√Čcrit par Jean-Yves Damien